Partagez | .
 

 [PV Alice][modération]1. Collaboration forcée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
Invité
Jeu 7 Aoû - 23:13


PERSONNAGES PRÉSENTS - Fin de matinée (le 7 août)
Wissel (ranger ♀)
Alice (ranger ♂ - oui)
Whaynes (chef ranger)

Wissel est convoquée par son supérieur, qui lui attribue un partenaire pour sa première mission, à son grand désarroi...

COLLABORATION FORCEE. - première mission

La lumière qui rentrait à flots par la fenêtre submergeait presque le bureau d'acajou. Le bois fauve flamboyait, ses noeuds raffinés s'empourprant comme la peau soyeuse d'une jeune vierge sous le regard de Wissel. Brillante de vernis, la surface luxueuse attirait irrésistiblement son attention et un pli se formait entre ses sourcils à la vue de la tache de café, circulaire comme le dessous d'une tasse, qui venait souiller cette ébénisterie sans défaut.

"Wissel? Vous m'entendez?"

La jeune fille cilla ; derrière le bureau, la figure soucieuse de son supérieur, arcades pelées et lippe molle, la fixait.

Tachant de masquer le déplaisir que sa vue lui causait, elle se redressa et hocha la tête avec sécheresse, son garde à vous impeccable.

Le lieutenant auquel elle avait été attribuée était un type obèse, affalé derrière son bureau, du nom de Whaynes. D'après les rumeurs, c'était un fils de riche, peut-être même noble, placé à ce rang par l 'influence et la fortune familiale. Il incarnait tout ce que Wissel haïssait ; l'idée d'avoir été mise sous les ordres d'un tel incapable la faisait frissonner de colère.

Elle laissa son regard glisser sur le visage poupin, la tête de gros bébé vissée sur le corps gargantuesque, enfoncée dans les plis comme dans un nid douillet. Ses yeux gris restèrent neutres, étincelant d'un froid contenu pendant son examen. Elle contint son souffle désapprobateur, sa moue de dégoût, et lutta pour ne pas palpiter des narines à l'odeur de transpiration. Aussi douteux que soit son chef, sa conduite demeurerait irréprochable. Elle s'en fit serment.

Whaynes soupira d'un air ennuyé. Ses doigts boudineux farfouillèrent les papiers devant lui. L'envie de trépigner - assortie de celle, plus embarassante, de se gratter la fesse droite - fit serrer les dents à Wissel. Qu'est-ce qu'il attendait? S'il avait du temps à perdre, ce n'était pas son cas!

Enfin, après avoir lentement étalé les rapports devant lui, le lieutenant repris la parole avec douceur.

"Bien... Comme il a été décidé par le jury... Malgré votre jeune âge..."

Il releva les billes bleues de ses yeux vers elle, la dévisageant avec intérêt.

"... vous passez directement ranger. Félicitations."

A la grande horreur de Wissel, il lui fit un sourire vague et essuya sa main sur sa veste avant de la lui tendre. Elle la regarda avec méfiance et, au dernier moment pour éviter l'embarras, leva la sienne pour venir lui serrer. Comme elle le craignait, la paume était moite. Elle se libéra au plus vite et lutta pour ne pas se frotter contre sa jupe. Raide comme un piquet, elle se concentra sur l'idée du lavabo qui l'attendait à la sortie.

"Cependant..." reprit Whaynes, les syllabes sortant de sa bouche comme une mélasse sirupeuse. "J'ai là des notes sur vos dernières attributions... Avant et après votre diplôme... Je ne mets pas en doute votre sérieux, oh que non..."

Une ridule de contrariété apparut entre les sourcils de Wissel.

"Vos résultats sont très satisfaisants, oui. Mais on m'a rapporté, eh bien... Que vous agisseriez seule, que vous refuseriez d'aider les autres... Voir même que vous discréditeriez votre équipe."

La ride se creusa, devenant sillon.

"J'ai conscience que la formation est... exigeante. Qu'il vous a fallut éviter l'élimination. Mais vous êtes ranger, désormais..."

Il rangea ses papiers, tapotant la tranche de la pile pour les aligner. Il ne la regardait même pas tandis qu'il la critiquait de sa voix doucereuse. Wissel fulminait.  

"Oui, vous êtes ranger à présent. Ce n'est plus de la compétition... C'est du travail d'équipe."

Elle n'y tint plus et s'écria:
"Je travaille très bien en équipe! Je ne vois pas l'utilité de tergiverser quand c'est facultatif, c'est tout! Je... Je, excusez-moi, Monsieur." cracha-t-elle finalement à regret.

"Ce n'est pas grave, Wissel. J'ai confiance en vous, c'est pourquoi je vous ai attribué un partenaire."

Oh, cette condescendance! Elle le fixa les yeux exorbités, enragée. Comment ce parasite à peine capable de quitter son bureau osait-il remettre en cause ses compétences! Comme s'il connaissait quelque chose au terrain!

"Je suis sûr que vous apprendrez tous deux de cette collaboration", conclut-il.

Il sourit, et son regard pétilla d'un éclat malicieux qu'elle jugea malveillant. Attendant le plus possible d'une mine constipée pour bien marquer sa désapprobation, elle finit par saluer et répondre d'une voix contrite :
"Si ce sont vos ordres..... ...Lieutenant."

Son titre jaillit comme un renvoi, tant elle le méprisait. Il venait de pourrir son rêve, ce moment tant attendu, la somme de tous ses efforts. Alors oui, en cet instant, aussi déraisonnable cela soit-il, Wissel le haït de toutes ses forces.


Demande de modération :
- Mission ranger, une fois qu'Alice aura répondu
[note à l'attention des modos et de Oni] :
:
 

Merci à Kenshiro pour le code!


Dernière édition par Wissel Al-Harb le Mar 9 Sep - 18:34, édité 1 fois
avatar
Sam 9 Aoû - 1:00
Alcea

Messages : 1203

Casier judiciaire
Statut: Citoyen anonyme
Jauge criminalité:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur
La première impression est toujours la bonne


L
ueur blafarde émergeant de l'encadrement d'une porte d'ébène finement sculptée, telle est ta destination. Tu marches dans les couloirs, longs et sombres, éclairés par la faible lumière extérieure rentrant par les volets encore rabattus pour protéger les locaux des chaleurs estivales. Tes pas résonnent sur les carreaux usés par les passages et aux couleurs terne sde façon net et sûr de toi. Parfois ce son cristallin est coupé par ceux de tierce personne te croisant dans ton long manteau noir, la casquette visée sur ta tête, le regard ne se détournant pas de ton chemin. Sombre et froid, dénué d’intérêt pour ce qui t’entoure contrairement à ton compagnon écailleux, perché sur ton épaule, te servant de tourelle de surveillance. Tu restes accompagné de ton nuage de fumer, comme s'il faisait partie de toi de ta personne, allégorie de ta personnalité toxique.

Ce matin même tu avais reçu un courriel de la part de ton lieutenant. Une attribution de mission, sans détails, juste de venir à son bureau pour plus ample information. Tu t'étais donc levé, devant être prêt pour onze heures. Ouvrant grand tes volées pour profiter du soleil, tu avais commencé la journée avec rails, meilleurs moyens de te réveiller avant de prendre un café et croquer dans une miche de pain. Tu t'étais préparé rapidement, enfilant ton long manteau avant de claquer la porte de ton studio pour te rendre au bureau ranger où tu travaillais.
C'était un grand complexe, très actif, des gens couraient dans tous les sens. Tu étais entré, montrant ton badge à l'accueil et étais monté dans les étages. Dans l’ascenseur, tu avais allumé une cigarette. Personne ne te fit de remarque, ne voulant guère avoir ton mauvais caractère sur le dos.

Et maintenant tu parcourais les couloirs des lieutenants, arrivant devant cette porte que tu finissais par connaître par cœur. Agrippant la poignée dorée, tu la tournas, puis entras.
Tout était à l'image de cette porte, luxueuse. Le flot de lumière régnant dans ce bureau t'obligea à rester quelques secondes à l'entrée pour y habituer tes yeux.
─ On n'attendait plus que vous, Kishgal.
Ton regard se porta vers l'homme qui te parlait, remplissant allègrement son fauteuil de sa masse imposante et suintante. Une jeune femme était en face de lui, belle mais aussi froide que la glace. Elle s'était tourné vers toi lorsque tu étais entré. Tu la jaugeas du regard, te demandant qui c'était. Elle avait l'air de ces rangers coincés à donner des ordres.
─ Veuillez ne pas entretenir votre cancer dans mon bureau, Kishgal, dit calmement le lieutenant en plissant ses petits yeux porcins.
Le lieutenant Whaynes était un homme particulier, aussi doué dans sa fonction que la taille de son ventre. Cela faisait déjà un an que tu étais sous ses ordres et bien qu'au début vos échanges étaient électriques, il avait su quelque peu te dresser. En effet, cela t'avait fatigué de taper dans un sac de gélatine. À force tu t'étais rendu compte que cet homme à l'apparence trompeuse était sans doute le meilleur lieutenant de cette structure. C'est pour cela que sans un mot, tu te dirigeas vers la fenêtre pour l'entre ouvrir et jeter le mégot dehors faute de cendrier dans la pièce ; sans un mot, sans énervement. Puis tu te retournas vers Whaynes, t'adossant à côté de la fenêtre, jetant un bref regard sur la jeune femme.
─ Vous m'avez fait appeler pour quoi, Lieutenant ?

Le lieutenant ne répondit pas tout de suite, rassemblant des papiers devant lui, il regarda la jeune femme puis toi.
─ Je vous présente mademoiselle Al-Harb Wissel, Wissel, je vous présente Kishgal Alice. Vous deux, vous allez devoir travailler ensemble la mission suivant et pour toutes les missions à venir.
Tu manquas de t'étouffer, mais avant que tu ne puisses répliquer, il continua :
─ Kishgal, travailler en solitaire n'est pas dans la mentalité des rangers. Cela fait deux mois que vous n'avez aucun coéquipier depuis...
─ Et je m'en porte très bien !
─ Depuis que l'ancien a démissionné ! Reprit-il en haussant très légèrement la voix mais sans énervement. Vous n'avez rien à dire, les papiers sont fait et signé. Tâchez d'apprendre à vous connaître et à travailler ensemble. Sur ceux, voici votre mission.
Tu te mordis légèrement la lèvre inférieure sous l'énervement, regrettant d'avoir jeté ta cigarette. Mais tu ne dis rien, de toute façon tu n'auras pas le dernier mot, il te connaissait et savait l'intérêt de ne surtout pas te laisser seul, toi et tes réactions expéditives. Tu attendis donc les informations sur la mission en espérant que la blondinette ne soit pas trop, envahissante.

Modération

→ Demande de mission avec Wissel.


avatar
Lun 11 Aoû - 14:20
PNJ MJ

Messages : 2505

Voir le profil de l'utilisateur
Le lieutenant Whaynes se lève et cherche un dossier dans le tiroir de son bureau. Il le dépose devant vous deux, et vous regarde tour à tour.

« Bon, voilà la mission. Il y a trois jours, Mr. Flint est venu nous rapporter le vol de son Pyroli. Une ranger, Miss Callagan est partie en mission pour enquêter mais voilà, ça fait trois jours donc, que nous n'avons plus aucunes nouvelles d'elle. On s'inquiète, forcément. Donc vous irez voir Mr. Flint, vous recommencez l'enquête depuis le début. Faites vite, la vie de l'un des notre est peut être en danger. Tenez moi informé de l'avancement du dossier toutes les trois heures. J'ai pas spécialement envie de perdre la trace de deux autres agents. Ah et, le rapport, je veux qu'il soit donné par vous deux, pas juste par l'un. C'est une mission de CO-LA-BO-RA-TION compris ?»

Il vous donne une copie du dossier puis se rassied.

«Bon , au boulot tout les deux. »


Vous l'avez donc compris, votre mission est prioritairement de retrouver l'agent disparu et par la même occasion, de retrouver le Pyroli volé. Rendez vous donc chez Mr. Flint. Bon courage !


avatar
Invité
Mer 13 Aoû - 10:26


PERSONNAGES PRÉSENTS - Fin de matinée (le 7 août)
Wissel (ranger)
Alice (ranger)
Whaynes (chef ranger)

Wissel est convoquée par son supérieur, qui lui attribue un partenaire pour sa première mission, à son grand désarroi...

COLLABORATION FORCEE. - première mission

D'un air nonchalant, une clope au bec, Alice Kishgal rentra dans la pièce. La nouvelle ranger l'observa de haut en bas, devinant déjà que, quel que soit l'inconnu, il se révèlerait son futur partenaire. Son look décontracté n'incarnait pas l'autorité de la loi comme elle le jugeait de rigueur ; même si elle-même portait une jupe fort courte, son tailleur et sa tenue globalement noire inspirait le sérieux -sexy, mais sérieux quand même. Impossible d'en dire autant de l'homme qui jeta son mégot par la fenêtre suite à la remarque de leur supérieur.
Il avait donc un minimum de respect, songea-t-elle.
Leurs regards se croisèrent quand il examina la pièce, tombant naturellement sur elle qui était au milieu pour une raison quelconque. A ce moment seulement Wissel nota que ses yeux étaient dépareillés ; de là venait peut-être ce léger malaise qu'il lui inspirait, comme déphasé.
Une grimace presque comique lui échappa lorsqu'il apprit son association forcée à la ranger, et elle lui tendit la main, articulant un "Enchantée..." sans saveur particulière. Elle n'était pas enchantée et lui non plus, à en juger par ses protestations, et il y avait une certaine ironie dans leur commune détresse. Elle, cependant, avait la bienséance de ne pas s'offusquer devant son collègue imposé.

La soumission des deux subordonnés acquise, le lieutenant put enfin exposer leur mission. Gardant d'abord sa mine blasée, Wissel se rapprocha progressivement lorsqu'elle entendit les détails. Son intérêt était accroché. Un vol, pas mal. Une disparition... Là, ça devenait sérieux. En fait, c'était la mission la plus importante qu'elle ait eu jusqu'à présent. Ce n'étaient pas encore les vols à main armé ou des criminels à arrêter mais ça promettait d'être plus risqué que les exercices de l'école ou les ennuyeux recensements qu'on lui soumettait depuis sa nomination... Elle sortit son carnet et entreprit de noter les informations importantes

- vol de Pyroly, Flint - disparition de Callagan, ranger - disparue depuis trois jours - adresse : 24 rue Daspérides - MAJ 3h -


Elle hocha mornement la tête lorsque Whaynes insista sur l'importance de collaborer. Son discours s'était fait plus énergique alors qu'il donnait les ordres, comme s'il cherchait à les secouer, ce qui était peut-être nécessaire vu l'allure de son futur acolyte. Visiblement, il savait aller à l'essentiel le moment venu. Elle ne révisa pas son jugement pour autant, mais parvint à occulter sa désagréable présence pour se concentrer sur son travail.

"Bien compris. Un rapport toutes les trois heures. Vous n'aurez rien à redire de mon travail", affirma-t-elle avec une pointe d'aigreur.

Wissel salua et sortit de la pièce sans attendre l'homme au visage masqué par sa casquette bouffie - qu'il n'avait pas pris la peine de retirer en entrant, se souvint-elle. Dès qu'il passa la porte luxueuse (tous les objets raffinés de cet endroit suscitaient chez elle un malaise mêlé d'envie) elle lui fit face, souhaitant manifestement mettre les choses au point avec lui avant qu'ils ne commencent. Ils faisaient quasiment la même taille, et sa mine de sombre individu mystérieux qui se fiche de tout ne l'impressionnait pas.

"Kishgal, hein? A moins que vous préfériez que je vous appelle Alice?"
Ses lèvres se crispèrent en rictus, elle n'aimait l'originalité de ce nom pas plus que le reste du personnage et le parcourut encore du regard, comme si ses joues barbues pouvaient dissimuler une féminité quelconque.

"Vu votre âge, je présume que ce gros tas a voulu me placer sous la responsabilité d'un ranger d'expérience... Je n'ai pas besoin d'être baby-sittée, merci. Donc je préfère vous prévenir : on bossera ensemble puisque ce sont les ordres mais je me passerais de vos conseils."

Elle se détourna bien vite après sa réplique, prouvant qu'elle lui portait peu d'attention et qu'il pouvait la suivre si ça lui chantait. Pendant qu'ils discutaient, elle pianotait sur son Pokematos et recherchait l'itinéraire sur le GPS intégré. Quittant le couloir des gradés, ils rejoignirent les parties communes. Elle salua les rangers qu'ils croisèrent, ne les connaissant pas encore de nom - quelques têtes familières, rien de plus. On ne pouvait dire qu'elle se soit bien intégrée pour le moment, et peut-être Whaynes n'avait pas entièrement tort, ce qui était encore plus horripilant.




avatar
Jeu 21 Aoû - 1:59
Alcea

Messages : 1203

Casier judiciaire
Statut: Citoyen anonyme
Jauge criminalité:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Bon bah démerdes-toi !


M
ais voilà qu'elle te regardait, de son regard en coin, de ses yeux acier, froid et déroutant qui te mettait mal à l'aise tellement cette couleur perçante était inhabituelle. Vous alliez bien ensemble avec vos yeux étranges. Elle te dévisagea comme tu l'avais fait pour elle, tu t'attendais presque à ce qu'elle chuchote une critique comme tu avais souvent l'habitude de la part de tes collègues, mais rien. Elle ne fit que se tourner vers toi, te tendant sa main pour te saluer. Tu regardas quelques seconde sa main, blanche, fine et élégante, avant de la prendre pour la serrer. Une poigne douce mais ferme avec une certaine pointe de rigidité. Tu cherchas pas à la lui broyer, ce n'était pas ton genre. Tu lui répondis un "Moi de même" sans oublier un petit sourire à défaut d'en voir un sur son joli visage trop frigide.
Un toussotement de la part du lieutenant Whaynes attira leur attention et il put enfin exposer la mission : une histoire de vol, de disparition, un compte rendu toute les trois heures mais ce qui te resta en travers vu l'insistance sur la collaboration. Comme s'il croyait que cette fois ça allait marcher, il sortait son sketch à chaque explication de mission mais ce n'est pas pour ça que ça fonctionnait. Tu ne dis rien, laissant rien paraître, jetant un œil sur ta nouvelle collègue qui prenait des notes. Tu tapotas ton ombre s'étalant contre le mur, celle-ci rapetissa pour prendre la forme humanoïde d'un ténéfix se tenant droit comme un pic, fier. Je marchai jusqu'au bureau, tendant mes mains griffus vers le lieutenant. Ce dernier me remit le dossier, une copie, au moins on était sur de rien oublier, bien que les notes que prenait Wissel pouvaient être utile, mais tu aimais bien lire tout d'A à Z pour être sûr. Je me retournai pour me rediriger vers toi, m'arrêtai, regardai la jeune fille et lui fis un large sourire. Tu toussotas et je pressai le pas pour te donner le dossier avant de m'accroupir à côté de toi. Elle est bonne ! Sifflais-je. Mais un peu froide, va falloir la chauffer celle-là pour que tu te la fasses !
Tu ne réagis pas visiblement à la remarque, me lançant juste un regard me demandant d'arrêter de lui dire te telles conneries. Puis tu la regardas, réalisant que le gnome que j'étais n'avait pas si tord que ça. Tu baissas les yeux sur le dossier, le feuilletant en diagonale, il y avait les comptes rendus de Mr. Flint fait toutes les trois heures – une habitude avec ce lieutenant ? - des notes brèves, parfois sans intérêt, puis plus rien à partir de vingt-et-une heure. Tu refermas les papelards et les mis dans ton sac.
─ Bien, les comptes rendus seront donnés comme d'hab'.
Pas de remarque sur la collaboration, tu pourrais devenir satirique, tu saluas ton lieutenant après Wissel et lui emboîta le pas fermant la porte derrière toi en même temps que je redevenais ton ombre.

Une fois close, tu ne tardas pas à rallumer une cigarette en tant que gros fumeur que tu es. À peine allumée, elle se tourna d'un coup vers toi, manquant de te faire sursauter. Le rictus qu'elle fit lorsqu'elle prononça son prénom lui donna l'envie de la frapper, mais ce n'était pas sa faute s'il avait un prénom de merde.
─ Vous m'appelez comme vous voulez jeune fille.
Fais un effort mon vieux, ne lui dit pas que son prénom sonne comme vaisselle elle risquerait de te mordre. Puis cela ne mènerait à rien.
Elle mit les choses aux clairs, cela tombait bien, tu n'étais pas du genre à donner des ordres, ta politique était "marches ou crèves". Au moins elle ne sera pas trop dans tes pattes. Jeune diplômée, sur d'elle, trop sans aucun doute. Elle se détourna de toi, n'attendant pas de réponse de ta part, t’ignorant pour pianoter sur son pokématos. Tu ne pus réprimer un ricanement après ce discours plein d'orgueil en pensant à comment elle allait se planter. Tu lui passas devant le nez, sifflant pour appeler quelque chose. À ce moment-là, un kécléon sortie en courant du couloir menant aux laboratoires des rangers scientifiques avec un biscuit dans la bouche.
─ Qui t'a donné ça ? Non-laisses tomber...
Le lézard s'arrêta d'un coup, fixant la ranger avant son gâteau encore coincé entre les dents, te regarda, le regarda, mangea le cookie et grimpa sur ton dos sans jamais la quitter de ses petits yeux méfiants.

Tu te tournas vers Wissel, toujours sur son engin pour trouver le lieu de mission. Puisqu'elle ne voulait pas d'aide tu ne lui en donnerais pas et tu lui fis savoir avec subtilité :
─ Bien, puisque tu as l'air d'être plutôt bien formée, je te laisse passer devant. Alors, où va-t-on ?
Passer devant ? Petit coquin, tu veux la mater ? Quoi ? Non ce n'est pas moi le lubrique, tss ! Si on peut plus rire !

Modération

→ Suite de la mission.

[HRP : Désolé pour le retard ;__;]




Dernière édition par Alice J. Kishgal le Ven 29 Aoû - 1:05, édité 1 fois
avatar
Mar 26 Aoû - 21:07
PNJ MJ

Messages : 2505

Voir le profil de l'utilisateur
Vous arrivez chez Mr. Flint qui semble ravis de voir que l'on prend son histoire de vol au sérieux mais s'étonne de vous voir vous plutôt que la Ranger qu'il avait vu la première fois. Il s'avance vers vous et vous salut.

« Tiens, je ne m'attendais pas à voir du renfort ! Il s'est passé quelque chose de grave avec mon Pyroli ? »


Monsieur Flint est inquiet bien sur, à vous de le rassurer et d'avancer dans votre enquête.


avatar
Invité
Dim 7 Sep - 22:51


PERSONNAGES PRÉSENTS - Fin de matinée (le 7 août)
Wissel (ranger ♀)
Alice (ranger ♂ - oui)
Whaynes (chef ranger)

Wissel est convoquée par son supérieur, qui lui attribue un partenaire pour sa première mission, à son grand désarroi...

COLLABORATION FORCEE. - première mission

Un Kekleon et un Tenefix qui la fixait avec un sourire malsain. Ces Pokemon avaient toujours un rictus malveillant, mais l'attitude de l'humanoïde ne fit qu'attiser sa méfiance. Quand au reptile, le laxisme de son dresseur quand à son attitude - le laisser errer à sa guise, dérober des friandises - lui fit hausser les sourcils.

A la suggestion de son tout nouveau "partenaire", elle prit les devants, consultant son pokematos pour y inscrire l'adresse de la victime du vol.
"Ce n'est pas loin d'ici. On peut y aller à pied."
Et elle pressa le pas, de sa démarche raide qui faisait claquer ses semelles sur l'asphalte, comme si elle avait voulu le semer.
Elle ne semblait pas vraiment intéressée par sa conversation potentielle.

Arrivée au seuil - une jolie maison, qui aurait pu attirer l'attention des cambrioleurs - , elle consulta ses notes, jeta un coup d'oeil à Alice, et sonna à la porte.
L'homme qui ouvrit la porte semblait fatigué et nerveux. Elle lui montra leurs badges.
"Ranger Wissel... et... Kishgal", présenta-t-elle en désignant Alice du pouce avec un hochement de menton décidé. Sa mine était grave, et Flint s'inquiéta aussitôt.
"Quelque chose est arrivé à mon Pyroli?"

Elle fronça le nez, essayant de se donner un air diplomatique. Rassurer les gens et s'occuper de la communication n'était pas son fort, mais ça faisait partie du job.
"Non. Enfin, en vérité, nous l'ignorons. Il y a eu des complications sur cette enquête, et nous avons besoin d'informations complémentaires, c'est pourquoi nous devons vous interroger à nouveau."
Elle se tourna à demi vers Alice, le jaugeant du regard. Etait-ce juste une grande gueule ou son expérience était-elle réelle?

"Mon collègue va vous poser quelques questions. Vous voulez bien qu'on entre?"

Il y avait une pointe de défi, et d'amusement, dans son regard alors qu'elle refilait la part discussion à Kishgal. Ca et la paperasse, ça allait surement être la corvée dont ils essayeraient de se débarasser.


[Désolée pour le retard p_p j'ai fait court du coup, j'essayerais d'être plus réactive sur le suivant]

Merci à Kenshiro pour le code!
avatar
Jeu 11 Sep - 23:32
Alcea

Messages : 1203

Casier judiciaire
Statut: Citoyen anonyme
Jauge criminalité:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Bon bah démerdes-toi !



R
egarde ça ! C'est qu'elle faisait comme si on n'existait pas la demoiselle, une âme de meneuse malgré son nouveau grade. C'était le genre à avoir de la niaque, les dents longues et à croire pouvoir tout faire seul sans connaître ses limites. Ces gens-là, le jour où ils tombent, ils se font très mal. Mais toi, tu t'en fous, tu la laisses dans son délire de commander, elle finira par se lasser avec la routine. Elle était encore jeune et ignare, la beauté du métier ne s'était pas encore fané à ses yeux. Qu'elle en profite, pensas-tu.
Elle ne se fit pas prier deux fois quand tu lui dis de s'occuper de la destination malgré la pointe de sarcasme dans ta voix, à peine avait-elle trouvé le plan qu'elle emboîta le pas, te disant que vous iriez à pied. Tu te dis que ça aurait été mieux d'y aller à moto mais c'était peine perdu d'en émettre l'hypothèse ; déjà parce qu'elle n'aurait jamais monté sur la tienne et de toute façon elle était déjà sortie du poste de ranger. Pas du genre à t'attendre.
Alors que tu te rapprochais de l'entrée officielle, tu passas pas une porte sur la gauche, le laboratoire du poste, où tu attrapas ton sac de travail sans oublier de faire un geste pour saluer ton confrère. Tu ressortis par une porte sur le côté pour rejoindre Wissel qui te fixait, encore, avec impatience et énervement. La mission allait être longue.
Lorsqu'elle te vit, elle reprit le pas, de vive allure. Tu te demandas quand elle allait passer au galop, que les gens sont pressés. Enfin, ça allait pas aider au relationnel que vous soyez à si éloigné l'un de l'autre. Mais avec une qui tentait de faire craquer le bitume et l'autre qui traîne des pieds, un vrai duo de choc.
Après un petit quart d'heure de marche – Dieu que ton sac est lourd sans ta moto – vous finîtes par arriver au lieu-dit. La demoiselle t'attendait encore, regard assassin, tu commençais presque à y être habitué et lui esquissa un rictus tout en jetant ta clope dans un caniveau. Elle sonna.

Un homme ouvrit la porte, teint triste, blafard, nerveux. Restriction des pupilles quand il vit vos badges, traits nerveux. Il ne s'attendait pas à nous voir sauf pour deux raisons. Il jeta un regard rapide sur et autour de nous, ce n'était pas pour la bonne raison.
─ Il s'est passé quelque chose de grave avec mon Pyroli ? Demanda-t-il avec un tremblement dans la voix.
Et pour cause, on n'était pas le ranger qui s'occupait de retrouver son pyroli. Évidemment, Wissel prit un air grave, dur, de quoi ne pas rassurer le client. Puis elle mit les deux pieds dans le plat, "nous l'ignorons", le truc à ne pas dire à quelqu'un qui s'inquiète. Il fallait toujours leur faire croire que les choses avançaient, doucement mais sûrement. Heureusement, elle lui demanda de s'occuper de l'interrogatoire. Sans doute qu'elle ne s'attendait pas à ce que tu soupires de soulagement vu le ton où elle avait dit sa dernière phrase.

Tu t'approchas de l'homme, enlevant ton chapeau, sourire professionnel aux lèvres. À la vue d'un air moins grave il se détendit même si tes yeux bicolores le déroutaient.
─ M. Flint, c'est bien ça ?
─ O... oui.
─ Bonjour, comme vous l'a dit ma collègue, je suis Kishgal, ranger scientifique. Nous inviteriez-vous à entrer ?
─ Euh... oui, bien sûr, si vous avez des questions ce n'est guère agréable de rester sur le pas de la porte.
L'homme vous fit entrer, vous conduisant jusqu'au salon. C'était plutôt une chouette maison, luxueuse mais douillette. Il vous invita à vous asseoir, ce que tu fis en le remerciant puis sortie un carnet de notes de ton sac.
─ Donc... donc vous ne savez toujours pas où se trouve mon pyroli ? Demanda M. Flint, anxieux.
─ Hélas, pas pour l'instant, mais les recherches avancent.
─ Vous avez parlé de complications.
─ Ce ne sont pas vraiment des complications, notre collègue, celle qui est venue il y a quelques jours chez vous, est toujours sur l'affaire. Cependant elle manque d'informations et ne pouvant quitter son poste elle nous a demandés de l'aide. C'est une routine dans le milieu.
Il n’était guère nécessaire de lui dire que ce même ranger était porté disparu. Tu réfléchissais aux questions à poser, les rapports de Miss Callagan étaient assez fournie et il y avait déjà tout l'interrogatoire posé à M. Flint trois jours plus tôt. Puis ce n'était pas vraiment ton truc.
─ Je vous demanderai dans un premier temps de m'expliquer tout ce qui c'est passé.
Afin de savoir si ce qu'il disait maintenant concordait à ce dont il avait répondu à Miss Callagan.
─ Ensuite, si vous avez des informations complémentaires ou que vous nous cachez. Sachez que c'est dans votre intérêt. Pour finir, je voudrais voir le lieu du vol afin de vérifier si mes collègues scientifiques n'ont rien laissé échapper en matière d'indices.
Tu attrapas ton stylo, le fit cliquer, prêt à prendre note et regarda l'homme avec insistance comme si s'il mentait, tu le verrais....

Modération

Mission : Alice fait l'interrogatoire à M. Flint puis va sur les lieu de kidnapping pour user de ses talents d'analyste de scène de crime.


avatar
Mar 16 Sep - 22:51
PNJ MJ

Messages : 2505

Voir le profil de l'utilisateur
Face aux calmes et au savoir faire de Alice, Mr Flint se calma pour commencer à narrer le même récit qu'il avait raconté, trois jours auparavant, à Miss Calagan.

« Et bien, comme bien souvent, je suis aller me promener avec mon Pyroli en dehors de la ville. Il ne m'est jamais rien arrivé lors de ces promenades alors, je ne me suis pas méfié. Un garçon courait et, a trébuché devant moi, j'ai voulu l'aider mais, quelque chose m'a saisit par derrière, me bouchant la vu. J'ai bien tenté de me débattre vous pensez ! Mais il était bien trop costaud ! Pyroli a tenté de me sauver je crois, je l'ai entendu cogner puis couiner. Oh mon pauvre Pyroli ... Que t'ont-ils fait ... Je dis "ils" car j'ai entendu plusieurs voix. Puis en entendant mon pauvre Pokemon souffrir, je me suis débattu davantage mais, j'ai finis par être assommé et, quand je me suis réveillé, j'étais seul, ces types avaient disparu, l'enfant avait disparu, ainsi que mon pauvre petit Pyroli ... »

Mr Flint fit une pause, se remettant de ses émotions avant de reprendre.

« Nous nous trouvions près des côtes, à longer la mer. Concernant l'enfant, je crois qu'il avait pas plus de dix ans, je sais pas si ça peut vous être utile et, je sais pas si il faisait partie de cette mise en scène mais, on ne sait jamais ... En tout cas, j'ai pas le souvenir d'avoir déjà vu ce gosse quelque part ... »

Mr Flint s'arrête, levant les yeux vers les deux rangers, l'air suppliant.

« Je vous en supplie, retrouvez mon Pyroli ! Je suis prêt à payer le maximum pour cela ! »

Que comptez-vous faire désormais ? L'interroger davantage sur certains détails ? Ou enquêter vers les côtes du sud-est ?


avatar
Invité
Dim 21 Sep - 13:29


PERSONNAGES PRÉSENTS - Fin de matinée (le 7 août)
Wissel (ranger ♀)
Alice (ranger ♂ - oui)

Wissel est convoquée par son supérieur, qui lui attribue un partenaire pour sa première mission, à son grand désarroi...

COLLABORATION FORCEE. - première mission
A sa grande surprise, Kishgal se débrouillait bien avec l'interrogatoire. Elle suivit la conversation en prenant des notes, l'air grave. De temps à autre elle jetait un coup d'oeil au ranger. Il cachait au témoin la disparition de leur collègue. C'était peut-être plus sûr, songea-t-elle en soupirant. Elle avait tendance à se montrer trop franche, trop rentre dedans. Kishgal prenait plus garde à ménager l'homme et à le rassurer sur le sort de son pyroli. Il était donc plus attentionné qu'il n'en avait l'air. Et visiblement, il gérait mieux le relationnel.

Le récit fait par Flint lui fit plisser le nez. Ca ressemblait fort à une combine de voleurs. Mais on ne pouvait pas exclure d'autres hypothèses, comme le fait que le garçon ait été poursuivi, et que l'homme ait été impliqué dans quelque chose de plus gros.

"Ce garçon vous disait quelque chose? Réfléchissez bien, c'est une information essentielle! Le sort de votre pokemon pourrait en dépendre... Est-ce que vous l'auriez vu sur un lieu que vous fréquentez habituellement?"

Ce pourrait être une célébrité quelconque... Mais si jeune, peu probable. On pouvait exclure tout proche... L'enfant d'une connaissance tout au plus... La vie de son pokemon était en jeu, il serait étrange qu'il leur cache quelque chose... A moins que justement, il ne soit sous l'emprise de quelque chantage? Elle observa l'homme de façon plus appuyée, tentant de repérer un détail qui révèle un récel d'informations. Il aurait pu lâcher cette information comme un indice. Mais rien jusqu'à présent ne témoignait en faveur de cette hypothèse, et elle réfléchissait sans doute trop.

Elle se retourna vers Kishgal, l'interrogeant du regard. Voulait-il partir enquêter au plus vite, ou avait-il des choses à ajouter? De son côté elle était pressée de passer à la suite, ce qui se révélait par un battement impatient de son doigt sur la couverture de son carnet, et l'impatience couvant dans ses yeux. Malgré leur couleur froide, ils couvaient d'un feu avide, d'action, de résultats, d'avancement. Elle fit mine de se diriger vers la porte, songeant que son partenaire la rappellerait si il avait mieux à faire ici. Et puisqu'il avait fait l'interrogatoire, il pouvait aussi bien saluer leur victime. Elle se contenterait d'un signe de tête.

Quelque chose dans sa dernière réplique lui fit froncer les sourcils, emprise d'un doute. Etait-ce normal qu'il propose de payer? Ils étaient salariés et recevaient des primes de mission, mais c'était leur QG qui s'en chargeait... Etait-ce une tentative de corruption? Ou bien les citoyens payaient le centre des rangers en échange de leurs services? Elle en parlerait à Kishgal ensuite. En attendant, elle se contenta d'un sourire un peu sec.

"Nous ne faisons que notre devoir, M. Flint."




Merci à Kenshiro pour le code!
avatar
Jeu 2 Oct - 0:48
Alcea

Messages : 1203

Casier judiciaire
Statut: Citoyen anonyme
Jauge criminalité:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Le temps passe et trépasse


C
ela n'arrivait pas souvent à Alice d'être social, mais parfois ça lui arrivait, surtout quand c'est pour clouer le bec de Wissel qui devait s'attendre à ce qu'il ne gère pas la situation. Il avait mis son sarcasme de côté pendant quelques minutes, le temps que Mr. Flint se calme et raconte ses aléas. Une histoire ordinaire et plus que chiante d'un homme même pas capable de dresser son pokémon pour qu'il se défende un minimum. Surtout un pyroli, ce n'était pas faible ces bête là. Mais celui-là devait être un toutou à son maîmaître qui ne connaissait que le coussin moelleux de son panier, un truc inutile ; et cela gavait éperdument Alice de se décarcasser pour ça. Qu'il aille s'en chercher un autre au lieu de faire chier. Mais non, il avait appelé la police et sanglotait presque en racontant comment il s'était fait avoir. Quelle honte.

C'était une situation plutôt banale : un enfant qui sert de leurre et attire l'attention de la victime pendant que ses collègues le volent par surprise, le tout avec rapidité. Une magouille de pickpocket, rien de bien méchant. Seulement, cela n'expliquait pas la disparition de Miss. Calagan, il s'était passé quoi entre-temps ? Rien dans ce récit ne pouvait le dire et ce n'était pas cet homme qui le saurait. Être venue ici n'était qu'une perte de temps, il valait mieux aller sur les lieux du crime pour voir si quelque chose pouvait les guider et encore, il ne fallait pas trop espérer trouver quoi que ce soit.
─ Je vous remercie pour votre témoignage, cela va nous servir, répondit Alice avec une pointe de sarcasme.

Alice se releva, pressé de sortir d'ici, mais l'homme leva un regard de pitié vers lui et lui sortie une phrase qui attira l'attention du ranger corrompu.
─ Vous êtes prêt à payer n'importe quel prix pour retrouver un pyroli ? Il a quelque chose de si spéciale pour que vous souhaitez le récupérer à tout prix ?
Alice avait du mal à comprendre l'amour qu'on pouvait avoir pour un pokémon, pour lui, ils n'étaient que des armes, des outils, une extension de sa main pour arriver à ses fins. Bien qu'il ait une affection non avouée envers Majora, qu'il ne s'empêchait de martyriser de temps à autre, il ne s'attachait pas à ces bêtes, il n'en était pas capable. Les sentiments envers les autres étaient déjà difficiles à avoir alors envers des animaux... Toujours est-il que si le bestiau était si important, il n'aurait pas hésité à demander compensation, si une grande blonde le fixait pas sans cesse de travers, clôturant le deal par une phrase sèche avant même qu'il prenne la parole. Tant pis, il ne sera toujours temps de faire du chantage plus tard.

Jack salua l'homme suivant sa partenaire qui était déjà dehors. Il passa devant elle, lui faisant signe qu'ils y allaient.
─ Étais-ce de l’esbroufe que tu faisais devant le lieutenant ou tu sers vraiment à quelque chose ?
Son ton était légèrement sec, voir blessant, il était vrai qu'au début Alice avait cru que cette jeune recrut savait ce qu'elle faisait, mais depuis que la mission avait commencé, il faisait tout et elle, elle restait plantée là, acquiesçant ce qu'il se passait et faisant des commentaires qui ne faisaient pas vraiment avancer les choses. Si c'était pour qu'elle devienne un poids, autant qu'elle reste ici, quitte à mentir dans le rapport concernant leur soit-disante collaboration.



Moderation's time !

→ Wissel et Alice parte de chez Flint pour continuer la mission.
Merci ! ♥

avatar
Jeu 2 Oct - 20:10
PNJ MJ

Messages : 2505

Voir le profil de l'utilisateur
Mr. Flint pose son regard sur Wissel et secoue misérablement la tête.

« Comme je viens de le dire, ce garçon ne me dit rien du tout ... Je suis navré de ne pas pouvoir vous aider plus que cela ... »

La suite de la conversation abasourdi l'homme. Quelque chose de spéciale ? L'homme ne semblait pas comprendre ce que venait de dire le ranger Alice. Il ne trouvait même pas quoi répondre, bégayant plus qu'autre chose.

« Je... je ... Eh bien ... C'est mon compagnon ... Mon ami ... C'est normal ... »

Finalement, vous quittez la maison de Mr. Flint, laissant ce dernier dans son abasourdissement.

Vous avez donc récolté des informations ! Vous devez vous rendre sur le lieux de vol afin d'enquêter là-bas ! Cherchez autant que vous le pouvez !


avatar
Invité
Mar 7 Oct - 10:30


PERSONNAGES PRÉSENTS - Fin de matinée (le 7 août)
Wissel (ranger)
Alice (ranger)


Wissel est convoquée par son supérieur, qui lui attribue un partenaire pour sa première mission, à son grand désarroi...

COLLABORATION FORCEE. - première mission

Leurs questions supplémentaires n'apportèrent aucun complément d'information, et ils se retrouvèrent bien vite dehors, se dévisageant en chiens de faïence. Alice la dépassa sans s'arrêter, et jeta par dessus son épaule un commentaire désobligeant.

"Navrée de vous avoir laissé vous débrouiller. J'ai estimé qu'un homme d'expérience tel que vous n'avait pas besoin de l'aide d'une novice pour un simple interrogatoire de témoin...", rétorqua-t-elle avec un sourire grinçant.
Elle n'allait pas se laisser désarçonner par une remarque d'un type qui n'était pas même son supérieur. Pour qui se prenait-il, ce hippie hirsute? Elle aurait dû en rester là, mais au fur et à mesure qu'elle marchait, l'indignation montait à lui faire se dresser les poils de la nuque. Ses pieds martelaient le sol avec colère comme elle repassait la scène dans sa tête en se demandant, malgré elle, si elle avait commis une erreur. Elle fit quelques enjambées plus grandes pour le rattraper et, une fois à sa hauteur, ajouta d'un ton guindé.

"Laissez-moi vous faire savoir que j'ai pris des notes, MOI. Parce que je doute que vous rédigiez le rapport, mmh? "

Ils marchaient d'un pas vif et se dirigeaient vers le sud-est, descendant des ruelles plongeant vers le front de mer. Elle parcourait compulsivement son carnet, froissant presque les pages entre ses mains.

"Mon attitude est professionnelle. Je ne vous permet pas de remettre mes compétences en question. Et je n'ai rien à vous prouver, mes résultats le feront."

Elle l'observait de son regard dénué de sympathie, regrettant une fois de plus qu'un tel partenaire lui ait été attribué. Que ce soit sa nonchalence, son air je-m'en-foutiste ou cette légère aura qui la mettait mal à l'aise, elle ne pouvait déjà pas saquer l'homme au regard dépareillé. Il ne lui vint pas à l'esprit que qui qu'on lui mette dans les pattes, elle ne l'aurait pas apprécié. Elle aurait préféré travailler seule, mais c'était justement sur ce point qu'on lui demandait de faire des compromis. Et il fallait que ça tombe sur cet homme.
Mais plus que tout, elle ne pouvait supporter qu'il la regarde de haut.

Alors qu'ils échangeaient ces amabilités, ils débouchèrent sur les quais, duo dépareillé, le début d'une grande amitié. Il y avait quelques échoppes de souvenirs, un marchand de glace, non loin d'une plage de galets gris où quelques touristes avaient étalé leurs serviettes. Des goélises tournoyaient en piaillant comme pour les encourager dans leur match, riant en se demandant qui poserait le plus de couilles sur la table, la fille ou le mec.
Wissel, tachant de ne pas faire cas des éventuelles railleries d'Alice, engloba les lieux du regard, décidée à ne pas le laisser prendre les devants cette fois.

"Il faut trouver des témoins de la scène. On peut demander aux boutiques. Si il se promenait, il a dû suivre le quai le long de la plage... On va fouiller pour voir si on trouve des indices. Le pyroli a dû se débattre, il y aura peut être des traces de brûlures."

Ah, Kishgal se demandait si elle servait à quelque chose? Elle allait lui montrer. Il n'avait qu'à suivre les ordres. Son regard vif, cherchant toute personne ou objet susceptible d'apporter un renseignement, fusillait tout et tout le monde d'éclairs bleus.
avatar
Dim 9 Nov - 21:19
Alcea

Messages : 1203

Casier judiciaire
Statut: Citoyen anonyme
Jauge criminalité:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Arrêtes de te justifier bordel !
07.08.2020


R
egardez-vous en train de vous crêper le chignon comme un petit couple en phase de divorce, c'en est presque comique. L'agent Al-Harb avait un certain piquant mais avait tendance à trop se justifier, mais ce n'est pas en te laissant faire le boulot qu'elle allait te clouer le bec avec ses soi-disant capacités. Pourtant, tout comme moi, tu étais curieux de savoir ce qu'elle avait dans le sac, voir si tous ce qu'elle raconte n'était pas du pipos. Mais elle en rajoutait comme si elle tentait la perche. Prendre des notes, c'est bien, mais quand il y a eu quelque chose d'intéressant à retenir, presque l'intégralité de ce qu'avait dit la victime était déjà dans le dossier et les informations en plus pouvaient facilement être retenues de mémoire, à condition d'en avoir une. Face à son ton guindé, tu tournas la tête, faisant un sourire légèrement forcé et lui répondit :
─ C'est bien.
Qu'on pouvait plutôt traduire par "Tu sais que j'en ai rien à foutre ." ? Elle se tue quelques secondes alors que vous vous dirigiez vers le sud-ouest vers la plage. Elle était plongée dans le dossier, nerveuse, sans doute à cause de votre échange. Elle semblait tenir à son image puisqu'elle rajouta, encore pour se justifier :
─ Mon attitude est professionnelle. Je ne vous permets pas de remettre mes compétences en question. Et je n'ai rien à vous prouver, mes résultats le feront.
─ Ce n'est pas parce que vous avez une attitude professionnelle que cela fait de vous un bon ranger, répondis-tu d'un ton sec.
Comment osait-elle alors que depuis leur rencontre elle ne cessait de le juger du regard ?

Après cet échange très chaleureux, vous descendîtes sur les quaies hébergeant des bateaux de toutes tailles, de toutes couleurs, de tous types : à moteur, à voile, à rames, avec des noms plus ou moins originaux. Une plage se trouvait non loin où des gens se doraient au soleil comme des steak sur une plancha, un vendeur de beignets passait entre les serviettes, répétant sans cesse à haute voix ce qu'il vendait. Quelques boutiques de souvenirs longeaient le bord de plage, vendant des coquillages venant d'autres lieux, faisant miroiter de fausses merveilles pour prendre les touristes pour des poichigeons.
Wissel regarda autour d'elle avec son regard "professionnel" et prit les devants sur ce qu'il fallait faire, la base quoi. Tu te tournas donc vers Majora qui attendait sagement à côté de toi.
─ Bon, comme d'habitude, tu vas me chercher des indices. Comme à dit la madame cherche des signes de brûlures, une odeur, ou des poils, bref quelques choses, tu as vingt minutes. Greed reste à ta place je sais que le soleil et toi vous n'êtes pas ami.
Oh ! Quelle délicate attention, j'en prends bonne note. Tu te tournas ensuite vers Wissel.
─ Bon, je vais questionner les marchants fixes, tu t'occupes de ceux qui travaillent régulièrement sur la plage ?
Tu voulais parler des maîtres nageurs, des clubs, des marchands mobiles ou encore les gardiens des bateaux. Si vous vous séparez, vous couvrirez une plus large surface et éviterez de vous parler.


Moderation's time !

→ Alice part questionner les marchants tendis que son kécléon cherches des indices physiques sur la plage.

Merci ! ♥

avatar
Mar 11 Nov - 11:05
PNJ MJ

Messages : 2505

Voir le profil de l'utilisateur
Le ranger Alice se charge d'interroger les commerçants. Au début, il n'eut que des réponses négatives. Soit ils n'ont jamais rien vu, soit leur magasin était fermé ce jour-là, soit ils avaient mieux à faire. Entre autre, autant dire que l'agent n'eut rien de bien intéressant … Alors qu'il se rend cette fois-ci chez un glacier, celui-ci réfléchit un moment.

« Ah oui, la description de ce garçon me dit quelque chose ! Il est venu plusieurs fois acheté des glaces chez moi. Il me semble qu'il n'a aucun parent car, à chaque fois que je lui parle d'eux, pour savoir où ils se trouvent, il hausse toujours les épaules en disant qu'il n'en savait rien. Je l'ai aussi déjà vu parler avec des types bizarres mais, je serais incapable de vous en faire la description, désolé. Tout ce que je peux dire, c'est que ce gosse est souvent dans les parages mais, je ne l'ai pas encore vu aujourd'hui. »

Au moins vous ne revenez pas bredouille. Bien joué ranger Alice ! Vous avez récolté des informations !

Du côté du ranger Wissel, celle-ci interroge vendeur ambulant, membres de la sécurité sur la plage et autres personnels travaillant ici mais, rien. Toutefois, une jeune femme se lève de sa serviette et vient vers l'agent et attire son attention.

« Je peux peut-être vous aider. Je me balade souvent très tôt le matin sur la plage, en compagnie de mon Galopa. J'ai déjà vu ce que vous venez de décrire. Je m'étais cachée, ce jour-là. Je n'ai pas pu intervenir, ils étaient bien trop nombreux, par contre, j'ai pris des photos si ça vous intéresse. »

La jeune femme retourne près de sa serviette et, sort une tablette de son sac puis l'allume et cherche dans ses fichiers pour y montrer ensuite à l'agent Wissel. Il s'agit d'une scène similaire à celle qui est arrivé au vieille homme et à son Pyroli. Les hommes possèdent tous une capuche, on ne peut discerner leurs visages, sauf d'un seul. Un homme avec visiblement une chevelure violette, les cheveux lui arrivant jusqu'aux épaules et, autour de son cou, un collier représentant une lune.

« J'espère que ça vous sera utile … Je n'ai pas osé me rendre à la police ce jour-là, la victime me l'avait demandé, elle avait trop honte de s'être ainsi fait berner mais, je me suis dis que je garderais ces photos, jusqu'à ce que la personne souhaite enfin porter plainte … Ils lui ont volé son Pichu, il était donc impossible pour lui de se protéger face à ces cinq types ... »

Bien joué ranger Wissel ! Vous avez récolté des informations !

En ce qui concerne Majora, le Kacleon de Alice, c'est le bide total. Il ne trouve aucun indice, rien, visiblement, tout a été nettoyé, il faut dire que cela date et que le vent, ainsi que l'eau, a dû nettoyer toute trace. Le caméléon continue malgré tout de fouiller, comme on lui a ordonné. Pendant qu'il cherche des indices, un garçon s'approche de lui, la tignasse blonde et, en fait il ressemble étrangement au gamin qu'a décrit le glacier à Alice. Il s'accroupit près du Pokemon et, lui sourit.

« T'es tout seul toi aussi ? Ça te dit de venir avec moi ? Aller viens ! Tu verras que c'est cool ! »

Majora n'a trouvé aucun indice, toutefois le gosse tenter d'embarquer le Kacleon de force.


avatar
Invité
Mer 12 Nov - 23:48


PERSONNAGES PRÉSENTS - Fin de matinée (le 7 août)
Wissel (ranger)
Alice (ranger)


Wissel est convoquée par son supérieur, qui lui attribue un partenaire pour sa première mission, à son grand désarroi...

COLLABORATION FORCEE. - première mission

La réaction sèche de la jeune fille ne rencontra qu'une indifférence blasée de la part d'Alice. Il eut même le culot de sous-entendre qu'elle n'était pas une bonne ranger, qu'être professionnel n'était pas suffisant.
Elle secoua sa chevelure délavée, soufflant par le nez en croisant les bras.
"Peut-être pas, mais c'est le minimum nécessaire."
Et elle lui lança un regard qui le mettait au défi d'être professionnel, lui.

Ce qui suivit ne joua pas en sa défaveur. Il renchérit sur ses ordres, proposant un plan qui lui permit de prendre enfin un peu d'air et de ne plus l'avoir dans ses basques.

C'est avec soulagement que Wissel se retrouva seule, et entreprit d'interroger les employés, prenant en note le nom de chacun, ses horaires et observations, sans rapport apparent avec l'affaire en cours. Le manque d'avancement tangible la frustrait et elle devenait de plus en plus désagréable au fur et à mesure que ses chaussures se remplissaient de sable, braquant sa carte de ranger devant les passants avec une vigueur à les faire sursauter. Elle apprit un tas de chose sur les jobs saisonniers et le fonctionnement de la plage, mais absolument rien d'utile, ce qui ne l'empêcha pas de remplir des pages avec acharnement. Alors qu'elle allait abandonner et retourner voir si Alice avait été plus chanceux, une jeune femme la héla tout en se redressant.

Elle raconta une affaire très similaire à la disparition du pyroli, même déroulement, prouvant que l'intervention du gamin n'était pas une coïncidence. La ranger téléchargea les photos sur son holokit, songeant qu'au moins ils avaient une preuve accablante des méfaits accomplis... Elle essaya de zoomer sur l'homme au visage découvert, se demandant d'où il pouvait tirer une telle assurance. Elle claqua la langue, gravant ses traits dans sa mémoire. Il faudrait confronter cette photo aux fichiers des rangers. Il n'était pas très malin, pour un voleur de Pokemons. Si c'était bien ce qu'il était... Pourquoi tous les autres masqués, et pas lui? Quelque chose ne tournait pas rond...

Revenant au présent, le soleil qui tapait dans sa nuque, annonciateur d'un coup de soleil sur sa peau sensible, elle se retourna pour repérer Alice, la main en visière. Après une telle avancée, il ne pourrait que la prendre davantage au sérieux. Des photos, c'était un sacré coup de chance.

Elle ne le trouva pas immédiatement. Parcourant la jetée du regard, ce dernier s'arrêta sur la silhouette reptilienne d'un Kekleon, qui semblait discuter - enfin, être appréhendé, les pokemons ne parlent pas! - par un adolescent. Elle l'avait vu partir à la recherche d'indices, et elle songea qu'il était peut être tombé sur quelqu'un s'inquiétant de le voir seul, perdu peut-être. C'était fréquent d'envoyer des pokemons faire des courses quand ceux-ci étaient bien entrainés, mais on n'était jamais sûr. Elle même avait dû rameuter un certain nombre d'égarés pour les ramener en pension en attendant que leur propriétaire les réclame. Ca faisait partie du travail des rangers, en particulier débutants.

Un rayon de soleil vint faire étinceler les mèches de la petite silhouette, et elle sentit la sueur perler sur son cou.

Un garçon blond. Un jeune garçon blond.

Elle se trouvait à plus de cinquante mètre en contrebas, sur la plage. Elle n'avait pas le temps d'intervenir. Elle vit le gosse approcher sa main du Kekleon.

Elle redressa son Holokit, avait de réaliser qu'elle n'avait pas pris le numéro d'Alice et de lâcher une floppée de jurons. Retirant ses chaussures, elle se lança dans un sprint vers l'escalier qui menait aux quais, éclaboussant de sable les bronzeurs outrés.
avatar
Jeu 13 Nov - 0:47
Alcea

Messages : 1203

Casier judiciaire
Statut: Citoyen anonyme
Jauge criminalité:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Bye bye self-control
07.08.2020


À
croire que le monde regardait leur nombril, presque aucun des marchants n'avait vu quoi que ce soit et cela commençait réellement à t'irriter. Tu fis chaque échoppe une par une, quand elles n'étaient pas fermées, pour interroger chaque vendeur et leurs employés. Tu répétais sans cessent les raisons de ton interrogatoire, te transformant presque en un tourne disque rayé qui recommençait la même chanson encore et encore au point que cela te lassait. Jusqu'au moment où un glacier finit par lâcher une information, tu l'écoutas avec espoir mais au final son témoignage n'avançait à rien, tu savais déjà que c'était un gamin qui sévissait dans les parages. Enfin bon, le fait qu'il vienne souvent acheter des glaces ici était déjà pas mal, il suffisait d'attendre qu'il revienne pour que le vendeur le reconnaisse, ou pas. L'idée de devoir interpeller tous les gamins de la plage te fit presque frisonner, c'est qu'il y en avait masse.

Ayant terminé d’interroger tous les vendeurs tu décidas de rejoindre l'agent Wissel qui était plus bas sur la plage. Il s'approcha du bord de la place, là où commençait la plage en contrebas, regardant la mer au loin qui dansait au gré des vagues. Le ciel était d'un bleu d'été calme contrastant avec le vert de la mer légèrement chaotique. Le sable était fin et clair, recouvert d'une multitude de serviettes, certains vides, d'autres portant des bronzeurs pâles, foncé, gros, maigre, voluptueuse. Des gamins jouaient, soulevant les grains de sable sous leur passage, quelques plagistes se plaignaient.
Soudain tu aperçus Wissel courir comme une dingue, ton regard se détacha d'elle pour se déplacer dans la direction où elle courait et vis Majora en compagnie d'un gamin. Tu ne tiltas pas tout de suite, pendant bêtement que c'était un enfant qui voulait jouer avec Wrath sans savoir que c'était un pokémon enragé, tu plains même le gamin. Mais lorsque tu vis le blondinet tenter d'attraper l'animal qui se débattait et tentait de le griffer avec de plus en plus de hargne tu compris, reconnaissant la description que t'avais faite le marchant.

Ton cœur s'arrêta net puis il se mit à battre d'un seul coup, tu te mis à sprinter comme un dingue, descendant les marches, manquant de te tomber, tu te cognas même le flanc contre le bord de la rampe mais tu ne sentis rien sous l'effet de l'adrénaline. En même temps tu dégainas ton beretta, enlevas la sécurité et tira sans aucune sommation.
La balle alla se figer à un mètre du gamin, évidemment que tu n'allais pas le tuer, même si dans ta tête tu en avais très envie.
─ Éloigne-toi de ce kécléon ! Hurlas-tu, le souffle court, à l'adresse du voleur. Ou je te jure que je fais sauter ta cervelle !
Ayant appris à dissimuler tes sentiments, tu étais habituellement un homme froid, inquiétant, faisant preuve d'un certain cynisme et agissant presque comme un robot. Seulement, il t'arrivait parfois d'en craquer, il fallait que le sentiment soit réellement puissant pour qu'il est un impact sur toi, et quoi de mieux que de s'en prendre à ton kécléon, dernière relique de ta défunte femme, pour faire renaître en toi un sentiment que tu avais presque oublié : la peur. À cela rajouter le fait que tu n'as touché aucune substance illicite depuis la mâtiner à cause de la présence de Wissel fit que tu te sentis submerger par cette émotion, une impression de noyade. Et tout cela se voyait physiquement... tu tremblais.



Moderation's time !

→ Alice a bien décidé de flinguer le gamin s'il se casse avec son kécléon, donc s'il essaye vaut mieux pour le gamin qu'il rate, mais bon, il tremble donc cela peut jouer en la défaveur du ranger.

Merci ! ♥



Dernière édition par Alice J. Kishgal le Mer 24 Déc - 17:35, édité 2 fois
avatar
Jeu 13 Nov - 20:00
PNJ MJ

Messages : 2505

Voir le profil de l'utilisateur
En entendant quelqu'un courir dans sa direction, le gamin leva la tête et, vit Wissel lui arriver dessus, toutefois, ce n'est pas ceci qui le fit lâcher prise mais, plutôt la balle qui vint se ficher dans le sable non loin de lui. Le bruit du tire avait figé le gamin et, tournant lentement la tête à l'endroit où la balle fumée encore, il lâcha prise et tomba en arrière, se retrouvant sur les fesses et recula, les yeux écarquillés par la peur. Il se mit à trembler complètement tandis qu'il leva lentement les yeux vers celui qui lui avait tiré dessus tout en hurlant.

« J-je...je... »

Les larmes montèrent aux yeux du gamin tandis qu'il continuait de fixer le ranger Kishgal, tétanisé. A peine quelques secondes après que Alice ait rejoins sa collègue, ainsi que son Pokemon et le gamin, un couple arriva vers eux en courant.

« Non mais vous êtes malade ! Tirer sur un enfant ! Ce ne va pas bien ! Bande de voyou ! Chéri, appel la police ! »

L'homme hocha la tête tandis que sa femme injure Alice de s'en être prit à un enfant sans défense. En parlant de l'enfant sans défense … Le voilà qu'il se fait la belle !

Qu'allez-vous faire ? Poursuivre le gosse ? Ou calmer la situation ? Ou autre chose peut-être ?


avatar
Invité
Sam 15 Nov - 16:50


PERSONNAGES PRÉSENTS - Fin de matinée (le 7 août)
Wissel (ranger)
Alice (ranger)


Wissel est convoquée par son supérieur, qui lui attribue un partenaire pour sa première mission, à son grand désarroi...

COLLABORATION FORCEE. - première mission
Wissel allait plonger pour plaquer le gosse au sol. Elle avait sa pokeball dans sa main, au cas où une intervention de Vekk serait nécessaire. Le voleur pouvait avoir des Pokemons ; mais sa première priorité était de le neutraliser avant qu'il n'arrive un malheur avec le Kekleon. C'était un Pokemon de ranger, entrainé au combat, pas un familier innoffensif, et l'enfant était bien imprudent de chercher à le capturer à main nue. Un suspect mineur gravement blessé, elle n'avait pas besoin de ça pour sa première mission.

Alors elle resta plantée avec un air ahuri quand Alice surgit en beuglant, une arme en main. Son intervention musclée la laissa sans voix, tellement cette démonstration de force semblait démesurée. Les mecs et leur besoin de poser leurs couilles sur la table. Appréhender un déliquant de douze ans avec une arme à feu? Vraiment?

C'est là que la détonation retentit, et elle blêmit, un frisson glacial descendant le long de sa colonne. Des cris s'élevèrent autour d'eux, et le gosse s'écroula, elle crut un instant qu'il était touché. Non, ce taré avait tiré à côté. L'enfant semblait sous le choc, bégayant.
Wissel se tourna vers Alice, soufflant avec incrédulité et rage, voulant avant tout vérifier qu'il n'allait pas renchérir. L'homme semblait bouleversé lui aussi, ses mains crispées sur le pistolet tremblant violemment et elle ne put s'empêcher de penser que peut-être il n'avait pas fait exprès de louper le gamin...
Bien qu'elle mourut d'envie de l'incendier pour son inconséquence, ce n'était pas le moment de perdre les pédales, avec son cohéquipier qui pétait déjà une durite. Elle prit une grande inspiration pour se calmer et aboya :

"Alice, range ton arme!"
Elle voulut se retourner pour relever le gosse et, par la même occasion, le retenir... Mais parmi l'attroupement apeuré qui se formait autour d'eux, un couple courageux s'avança, s'interposant entre eux et le jeune voleur.
Et merde. Des justiciers improvisés.
La femme, d'âge mur, levait ses petits poings et traitait Alice de tous les noms pendant que l'homme avait saisi son portable. Les choses avaient franchement dérapé. Et il ne fallut qu'un instant au garçon pour, remis de son émotion, saisir l'occasion et s'enfuir à toutes jambes.
Deux choix s'offraient à Wissel. Elle avait quelques secondes pour décider, avant qu'il ne tourne à l'angle et qu'elle ne le perde de vue. Les gens ne l'avaient pas identifiée comme une menace. Elle pouvait les contourner et partir à la poursuite du gosse, et laisser Alice dans cette merde. Soit il continuait à s'énerver, au risque de faire une bavure, soit il retrouvait son sang froid... Mais ce n'était pas son problème, pas vrai? Elle devait faire passer la mission en premier. Le blâme retomberait sur lui, elle serait celle qui aurait fait son job jusqu'au bout. Avec un peu de chance, ça la débarasserait de ce partenaire encombrant.
Alors que si elle restait...
Elle appuya sur le bouton de sa pokeball, et s'adressa au rayon qui s'en échappait, avant même qu'il ne soit totalement matérialisé.
"Vekk, suit garçon peur! Discret!"
Elle regarda son Pokemon se faufiler entre les jambes des passants comme une araignée métallique, insectoïde furtif, et soupira. Elle sortit de sa poche sa carte de ranger qu'elle ouvrit sous les yeux des deux témoins.
"Rangers Al-Harb et Kishgal, en mission. Prière de ne pas faire obstruction aux forces de l'ordre."
Elle se retourna vers Alice, lui lançant un regard lourd de reproches. Il allait lui devoir bien plus qu'une bière pour rattraper ça.
"Ce n'est qu'un tir de semonce, le pistolet est chargé à blanc. Veuillez garder votre calme et vous disperser." Elle glissa tout bas, se glissant à son côté.
"Calme-toi et montre ta carte. Ton pokemon va bien. Qu'est-ce qui t'a pris...?!"
Dans un coin de sa tête, elle se traitait d'imbécile. On ne tire pas sur un mineur, même pour intimider. On ne tire même pas sur des adultes coupables si ils ne représentent pas une menace directe! Elle savait que certains rangers avaient le sang chaud mais Kishgal dépassaient les bornes ; en fait, il avait carrément l'air taré. Et avec ces témoins, nul doute que ce coup d'éclat allait remonter jusqu'à la caserne...


modération:
 
avatar
Jeu 4 Déc - 23:32
Alcea

Messages : 1203

Casier judiciaire
Statut: Citoyen anonyme
Jauge criminalité:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur
On respire un bon coup et on se reprend
07.08.2020


T
out était flou, tout se passa si vite que tu ne compris pas toi-même ce qui s'était passé. Bras tendu, le canon fumant, tu fixais le jeune homme entre haine et frayeur. Puis, toujours l'arme en main comme si ta main ne voulait se desserrer, tu courus vers lui, pour attraper à genoux, essouffler, Majora dans ta bras, le serrant comme ton bien le plus précieux à tes yeux.
Après le silence pesant qu'avait suivi la détonation, des voix s'élevèrent accompagnait d'un attroupement. La curiosité humaine était plus forte que leur instinct de survie. Mais tout n'était qu'écho, tu n'écoutais pas, tu ne pensais pas ; si bien que lorsque Wissel te parlait, tu ne fis que lâcher ton arme qui tomba au sol dans un bruit métallique ce qui fit reculer quelques gens. Elle semblait fou de rage et pour cause, ta réaction était totalement disproportionnée pour une personne qui ne savait rien de toi. Je me matérialisai à tes côtés, légèrement inquiet, vu ton état tu étais encore bon pour une soirée déprime et ça avait tendance à m'agacer plus qu'autre chose.
Je relevai la tête, il y avait de plus en plus de monde, ce n'était pas une bonne chose. Un couple vint soudainement jouer les justiciers manquant de me faire perdre de vu la cible, ou plutôt ma cible. J'aimais pas des masses ce kécléon mais si on le touche on a affaire à moi. La femme se mit à gueuler sans savoir, parce que chez les humains s'ils ont moins de treize ans ils sont forcément innocents. Logique implacable. Je montrai les crocs à cette bourrique et j'avais envie d'arracher ce téléphone qui me semblait bien dangereux sous le coup. Mais cela n'aurait qu'aggravé la situation, d'autant que Wissel faisait de son mieux pour la gérer. J'espère que tu retiendras son geste.

C'est alors que le gamin disparu de mon champ de vision, je jurais mais remarquai que la ranger l'avait toujours en vue et envoya son pokémon le suivre.
─ Alice ! Reprends-toi bordel ! Je te laisse le môme est en train de se casser. Tu me revaudras ça, je te le jure !
Après ces quelques mots je suivis l'ombre du scalpion pour lui prêter main-forte, passant entre la foule sous la forme d'une ombre zigzagante pour finalement atteindre celle du garçon et me cacher à l'intérieur.

M'écoutant tu te relevas, tenant le kécléon dans un de tes bras, ses petites griffes s'enfonçant craintivement dans ton manteau, tout en ramassant l'arme que tu mis machinalement dans ton holster droit. Ne protestant pas, tu fis ce que te disait le ranger Al-Harb, montrant ton badge de ranger sans dire un mot de plus. Il valait mieux. Mais lorsqu'elle te demanda pourquoi une telle réaction, tu te raidis, lui lançant un regard sombre.
─ Rien..., dis-tu dans un murmure mal à l'aise en total paradoxe avec ton expression hostile.
Comme si tu allais raconter le pourquoi du comment à la première étrangère que tu croisais. Étendre ta vie ce n'était pas ton truc, rare était ceux qui connaissaient les drames de ta vie pourrie à part ceux qui avaient accès à tes dossiers aussi bien biographiques que médicale. Faisant monter le lézard sur ton épaule – il était hors de question qu'il s'éloigne de toi – tu sortis un paquet de clopes de ton manteau ainsi qu'une boite de gélule, tu en avalas deux et allumas une cigarette d'une main nerveuse. Tu pris une longue inspiration puis recracha la fumée sentant ta tension légèrement baisser même si ce n'était pas suffisant. Puis tu osas un regard vers Wissel avant de le détourner et de lâcher :
─ Merci...



Moderation's time !

→ Ténéfix s'est lié à l'ombre du gamin pour le suivre avec scalpion tandis qu'Alice essaye de se reprendre.

Merci ! ♥






Dernière édition par Alice J. Kishgal le Mer 24 Déc - 17:35, édité 1 fois
avatar
Ven 5 Déc - 14:52
PNJ MJ

Messages : 2505

Voir le profil de l'utilisateur
Essayant de maîtriser la situation, le gamin en a profité pour se faire la belle, heureusement que la Ranger Al-Harb a pensé à envoyer son Pokemon à la poursuite du gosse, ce fut ensuite au tour du Tenefix du Ranger Kishgal de le rejoindre. Leurs Pokemon suivant le gosse, les rangers peuvent tenter de calmer la situation mais, cela ne va pas être facile au vu du bordel que le ranger a foutu … Malgré les explications de Wissel, l'homme contacta tout de même la police tandis que sa femme continue d'incendier le duo, leur disant qu'ils sont des incapables et des inconscient, qu'on ne tire pas sur un enfant, même s'il s'agit d'un délinquant. Bref, autant dire qu'ils n'en ont pas terminé ici …

Au bout d'un moment, deux voitures de polices et font reculer la foule tandis que l'agent Sheffield Keira. Le regard sévère, elle s'avance vers les deux rangers et leur demande de la suivre immédiatement. Les policiers contiennent la foule présente mécontente comme ils le peuvent mais, au moins, les deux rangers, ainsi que la chef de ranger ont pu sortir et se rendre aux voitures. Vérifiant que personne ne les a suivit et que ses autres agents s'occupent bien du reste, elle commence à les incendier.

« Qu'est-ce que c'est que cette histoire ?! Pourquoi est-ce que je reçois l'appel de la police en me disant qu'un ranger a tiré sur un gamin ?! Vous êtes complètement taré ?! Inconscient ?! Vous imaginez ce qui aurait pu se passer sur le tir l'aurait touché ?! Est-ce que ça vous arrive de réfléchir avant d'agir ? »

Elle posa son regard sévère sur Kishgal à cette dernière phrase, visiblement, elle est plus qu'en pétard, même ses propres agents n'osent pas l'approcher.

« Je vous donne une mission et vous, au lieu de faire ça sans normalement, non, vous créez une émeute ! Vous voulez perdre votre place, c'est bien ça ?! J'attends des explications et elles ont intérêt à être justifié ! »

Elle fixa les deux rangers, visiblement, il est hors de question de la faire attendre …

De leur côtés, les deux Pokemon suivent toujours le gamin qui finit par s'engouffrer dans un bâtiment abandonné. Ralentissant le pas, il s'approche peu à peu près d'une source de lumière où se trouve des types pas bien net. Voyant le gamin essouflé et encore sous le choc, l'un d'eux s'approcha de lui.

« Qu'est c'que t'as ? T'es tout blanc. »

« J.. Un type a voulu m'tirer dessus … J'crois c't'un policier ... »

« QUOI ?! Il t'a pas suivis au moins ?! »

« N...non … Y..y'avais pleins d'gens qui les ont arrêté et ... »

« Putain sérieux ! J'espère pour toi qu'personne t'as suivis ! »


Le gamin dégluitit en baissant la tête.

Bon courage, il va vous falloir calmer les nerfs de Keira ! Du côté de vos Pokemon, ces derniers ont trouvés la planque des voleurs. Que va-t-il se passer maintenant?


avatar
Invité
Ven 12 Déc - 23:54


PERSONNAGES PRÉSENTS - Fin de matinée (le 7 août)
Wissel (ranger)
Alice (ranger)
Vekk (Scalpion)
Greed (Tenefix)
Majora (Kekleon)

Wissel est convoquée par son supérieur, qui lui attribue un partenaire pour sa première mission, à son grand désarroi...

COLLABORATION FORCEE. - première mission

Rues détournées et passages glauques, éclats de lumière et d'ombre, halètements. Les pieds du gamin martelaient le sol en une mélodie rythmique, facile à suivre pour l'insecte métallique. Vekk se glissait sous les voitures, filait entre les jambes des passants, courant accroupi, prenant appui sur ses pics antérieurs, d'une démarche mécanique, accélération, interruption. Déplacement. Dissimulation. Focalisé sur la petite proie humaine, lente, maladroite. Le Scalpion traitait les informations en masse tout en se déplaçant, réagissant instantanément aux variations de son environnement et de sa cible. Ses mouvements étaient trop efficaces, dépourvus d'anticipation, de doute. Malgré sa forme humanoïde, son attitude bestiale, il bougeait comme un drone. Une machine.

Il détectait un autre Pokemon qui altérait le voile dimensionnel, l'avait aperçu un instant avant qu'il ne se glisse dans l'ombre de la cible. Statut inconnu. Il demeurait attentif à son égard, à défaut d'avoir des ordres. Priorité : observation. Il conservait une distance de trois à six mètres entre l'enfant et lui, passant d'un abri à un autre sans se faire repérer. Enregistrant mentalement le chemin parcouru.
La planque s'ouvrit devant lui. Tôle tordue et béton croulant. Le jeune humain avait disparu dans l'entrée, barrée de planches mal fixées qu'il avait fait pivoter pour passer. Leur encoignure disjointe laissait assez d'espace pour le Pokemon qui, compressant son corps et rabattant ses crochets costaux, s'engouffra à sa suite, rasant le mur décrépi.
Après un couloir au fort taux d'humidité, une pièce de grande dimension s'ouvrait, le mettant dangereusement à découvert. Le Scalpion demeura tassé dans l'ombre de l'entrée, attentif à ce que sa lame n'accroche pas la lumière, fixant de sous son casque la scène qui se déroulait devant lui. Très concentré, il stockait le maximum d'informations.

Il y avait un conflit. L'humain hiérarchiquement supérieur marquait sa domination par un volume sonore élevé. Le mot "suivi" revint plusieurs fois et Vekk se recula légèrement, prêt à se hisser au mur pour se cacher dans les conduits d'aération à la moindre alerte. D'après le briefing fait par sa propriétaire, leurs proies étaient des voleurs de Pokemon. Il n'avait pas eu le temps de faire le point sur la situation mais visiblement leur recherche avait été découverte et les cibles étaient en alerte. S'infiltrer serait difficile. Plus le temps passait, plus les chances de les voir fuir et leur échapper augmentaient.
Le Scalpion bougea ses lames, se retenant de les faire cliqueter. Il détestait prendre des décisions. Sa propriétaire n'était pas là pour donner d'ordre, et elle n'avait pu lui fournir qu'un code d'action très limité. Suivre. Ne pas se faire repérer.
Il avait suivi. Et maintenant...

Vekk examina les informations disponibles. Les objectifs de mission. Arrêter les criminels. Les identifier. Trouver des informations.
Comment appelait-on ça...?
Un grésillement mental et le mot lui revint.
Preuves.
Après s'être assuré que rien de décisif ne se produisait dans la salle en face de lui, l'insectoïde rampa comme un scolopendre, gagnant rapidement le plafond.


Pendant ce temps, sa maîtresse se prenait un savon. Très droite, plus raide qu'un poteau, le regard braqué droit devant elle, Wissel Al-Harb se tenait au garde à vous. L'agent Sheffield était rouge de colère, et ses éclats de voix claquaient comme un fouet pendant qu'elle tournait et tournait devant eux, mains crispées dans le dos. Par instant elle s'interrompait pour leur jeter un regard excédé, comme si elle se demandait comment on avait pu leur donner une relève si inconsciente, et incompétente.
Quelque chose dans l'estomac de la jeune ranger faisait un nœud depuis que, la situation s'envenimant, elle avait compris peu à peu sa gravité. Evidemment, sur le coup, elle avait été choquée, catastrophée. Mais elle avait agi, l'adrénaline la portant à prendre des décisions, faire son maximum pour éviter le désastre.

Avec une foule furieuse que seules deux voitures de ranger avaient pu disperser, une supérieure dont la rage froide faisait peur à voir et un Alice blême et anormalement silencieux à ses côtés, il était évident que le désastre n'avait pas été évité. Les gens étaient mécontents, les gens qu'ils devaient protéger. La réputation des rangers allait en pâtir, ici, à Frewick, capitale même de la profession. Les rumeurs infondées suffisaient à nourrir le mécontentement contre les forces de l'ordre, alors que ferait une bavure comme celle là?

Et elle se disait qu'elle n'avait pas pris la bonne décision, dans le feu de l'action. Elle n'aurait pas dû incriminer les rangers. Elle n'aurait pas dû s'associer à Alice. En le faisant passer pour un fou, son appartenance aux rangers aurait pu passer inaperçue. Elle aurait peut-être même dû l'arrêter. Au lieu de ça, elle l'avait couvert, et aujourd'hui, jour de sa première mission, sa carrière allait s'arrêter net. Elle entendait à peine les mots de l'agent qui se brouillaient dans ses oreilles. Son "associé" n'avait presque rien dit depuis l'incident. "Rien", et "Merci". Serrant les dents avec rage, elle n'avait qu'une envie, prendre ses remerciements et lui renfoncer dans la gorge. Elle se haïssait de l'avoir protégé.

Elle ne manifesta aucune réaction lorsqu'elle les menaça de les virer. Rien, sinon que ses jointures étaient un peu plus blanches. La chef exigeait des explications. C'était à Alice d'en donner, même si rien ne saurait justifier son action. Elle ignorait s'il serait en état de s'excuser, et il pouvait tout foutre en l'air, un peu plus. Elle glissa un regard vers lui, glacial et furibond à la fois, attendant de voir s'il prenait la parole.


modération:
 
avatar
Sam 13 Déc - 2:08
Alcea

Messages : 1203

Casier judiciaire
Statut: Citoyen anonyme
Jauge criminalité:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Tais-toi et encaisse.
07.08.2020


L
es murs semblaient transpirés par leur proximité, les pierres noires, couvertes de lichens n'avait jamais vu la lumière en dehors des artificielles vacillantes. Il faisait sombre malgré le soleil encore présent, les ombres se tordaient sous le passage de l'enfant haletant, prenant des formes non euclidiennes. L'une d'elles passait d'une à l'autre comme un cétacé dans l'eau, comme le monstre du placard s'approchant discrètement du lit de sa victime infantile, accompagnait d'un cliquetis discrétisé et lugubre provenant dont ne sait quelle créature horrifique. L'enfant s'arrêta plusieurs fois pour regarder derrière lui, mais il ne voyait rien, rien que ne semblait le suivre. Et pourtant.
L'ombre finit par atteindre celle du garçon, s'y engouffrant comme un silencieux parasite, la suivant en toute discrétion. Elle absorbait ce qu'elle voyait, les détails dans les tournants, le nom des échoppes croisées, des rues, cette fleur bleues poussant miraculeusement au pied d'un lampadaire, tout ce qui permettait de retrouver son chemin dans le labyrinthe de Dédale. Puis enfin l'enfant ralentie sa course et s’engouffra dans un passage entre deux planches branlantes qui le condamnaient. Je jetais un regard en arrière, vérifiant que l'autre, suivant tout aussi discrètement la cible, soit toujours présent et m'engouffra dans la planque.

L'humidité des lieux était pire qu'ailleurs. Un conduit d'eau semblait avoir été percé et la chaleur avait créé une atmosphère poisseuse, désagréable. Un long couloir se poursuivit, sombre, me facilitant la traque mais soudainement l'enfant déboucha dans une immense pièce, grisée par l'abandon. La lumière, si soudaine, m'obligea à me coller au gamin, manquant de l'effleurer de ma glaciale personne. Il s'approcha d'un groupe d'humains aux airs patibulaires. Un conflit s'entama, l'un d'eux semblait paniqué, se rassurant par une hausse de voix conséquence qui se voulait aussi menaçante envers l'enfant qui ne savait pas quoi répondre. Ce dernier fit un pas en arrière, accrochant son ombre à celle d'un pilier de maintenance. J'en profitai aussitôt pour quitter ma cachette devenue trop petite puis longeai les murs dans l'obscurité pour rejoindre l'"autre". Arrivé à son niveau je pus voir que c'était un scalpion, créature arachnoïde plutôt cartésienne dans leurs démarches. Je me matérialisai en partie, le reste de mon corps encore attaché à l'ombre.
─ Voyons ce qui va se passer, murmurais-je rictus aux lèvres. J'espère qu'ils vont lâcher une information importante, sinon on va devoir la chercher.
Je ne savais pas trop ce que valait ce pokémon, toujours est-il qu'il était plutôt discret comme lui avait ordonné sa maîtresse. Je redescendis un peu pour le rapprocher de la conversation tout en restant camouflé mais je m'arrêtai net, pris d'un soudain vertige et d'une douleur à la poitrine. Les pierres précieuses de mon corps se ternirent et je sentais mes forces m'abandonner quelque peu. On était trop éloigné. Je reculai donc, les vertiges cessèrent. J’espérai donc que tu ne bouges plus en créant une distance encore plus grande entre nous.

Tu rêvassait encore lorsque la pointe de l'aiguille vint traverser ton cœur, t'arrachant un cri étouffé sous la surprise, alors que le lieutenant Sheffield était en train d'allègrement vous incendier. Depuis le début tu n'écoutais pas, tu l'entendais comme un écho désagréable mais ton esprit ne voulait pas traiter l'information arrivant à tes tympans. Soudainement tu pris conscience de la situation, regardant d'un coup d’œil à droite, à gauche, me cherchant du regard. Tu me maudis d'être partie aussi loin malgré la corde qui nous reliait.
─ Vous voulez perdre votre place, c'est bien ça ?!
Tu te raidis, cette phrase était bien arrivé à ton cerveau comme un coup de poignard. Tu levas les yeux vers elle, ceux-ci retrouvant lucidité. De quoi elle parlait déjà . Tu repassas ce qui s'était passé, comme si toutes les informations depuis le coup du revolver s'étaient stockées dans un coin de ta tête en attendant que tu sois apte à les percevoir. Tu jetas un regard sur Wissel, au garde-à-vous, professionnelle comme toujours mais dont le regard trahissait la panique et la rage. Elle débutait et voilà que tu l'avais mise dans la merde. Tu serras les dents, cherchant tes mots pour calmer la colère de la chef ranger puis finir par dire :
─ Lieutenant Sheffield, je suis entièrement responsable des événements, dis-tu d'une voix claire. Le ranger Al-Harb n'a rien à voir dans ce désastre, elle a même fait preuve d'un grand savoir-faire malgré le fait que ce soit sa première mission. Elle n'a pas à pâtir de mes erreurs... J'ai paniqué.
Une attitude tellement étrange de ta part, ça en était déstabilisant, habituellement tu aurais fait preuve de cynisme, de nonchalance, mais là non, à vrai dire t'en avais pas le cœur. Tu n'étais pas au garde-à-vous mais non avachie non plus, soutenant le regard de Keira pour lui faire comprendre que tu pensais sincèrement ce que tu disais. Tu étais un ancien maintenant, tu avais su faire tes preuves malgré de nombreuses remises à l'ordre. Tu avais su montrer que tu pouvais remplir tes missions jusqu'au bout, rendre des rapports avec une rigueur scientifique et que malgré ton air rebelle tu finissais toujours par faire ce qu'on te demande. Wissel par contre débuté, et être déjà pris dans une mauvaise affaire pour t'avoir couvert, tu lui devais bien ça.



Moderation's time !

→ Alice n'a aucune excuse mais essaye d'innocenter Wissel aux yeux de Keira puisqu'elle n'a rien fait de mal dans l'histoire.

Merci ! ♥

HRP : ... Je déteste quand tu fais de chouette RP Wissel... je finis toujours pas craquer et RP alors que je devrais pas >x<".






Dernière édition par Alice J. Kishgal le Mer 24 Déc - 17:34, édité 1 fois
avatar
Lun 15 Déc - 18:07
PNJ MJ

Messages : 2505

Voir le profil de l'utilisateur
Du côté de Vekk et de Greed, ces derniers restent bien dissimulé, d'ailleurs le Scarlpion finit par trouver des conduits d'aérations. Pendant ce temps, la conversation entre les types continuent, ignorant cette fois-ci le gamin.

« Qu'est c'qu'on fait du coup ? »

« J'sais pas mais faudrait bouger avant qu'on nous trouve. »

« Ouais mais, comment on déplace l'Pokemon de l'autre pièce ? »

« On s'en fou de ça ! »

« Mais on va s'faire tuer si on livre pas c'Pokemon ! »


L'homme s'arrêta net de parler, observant ses hommes puis lâche un soupire.

« C'est vrai qu'il y a ce détail … Bon, faut leur dire de ramener rapidement leur cul pour récupérer les Pokemon. Toi, vas les appeler, qu'ils viennent les chercher maintenant ! »

« C'compris ! »


L'un des hommes partie en courant dans l'autre pièce pour téléphoner. Dans cette autre salle, que l'on peut atteindre via les conduits d’aérations, plusieurs cages en fer dure se trouvaient là, remplit d'une dizaine de Pokemon qui ne réagissaient pas ou, à peine, comme si ils avaient été drogué par divers calmants. L'homme sort son holokit pour commencer à composer le numéro …

De l'autre côté, Keira attend les explications des deux rangers et, commence quelque peut à s'impatienter, fort heureusement, le Ranger Kishgal prit enfin la parole, plaidant ainsi coupable pour cette faute afin que cela ne retombe pas sur la Ranger Al-Harb. La chef des rangers l'écoute, le regard toujours aussi sévère.

« Pourquoi avez-vous paniqué ? Y avait-il seulement une raison à cela ? Savez-vous que vous nous faites perdre un temps précieux à cause de ça ? J'espère au moins que, dans votre incapacité, vous avez au moins réussit à trouver quelque chose ! »

Pour sûr, vous n'en avez pas encore terminé avec Keira, espérons que vos Pokemon sauront se charger du reste seul …


avatar
Invité
Lun 22 Déc - 23:01


PERSONNAGES PRÉSENTS - Fin de matinée (le 7 août)
Wissel (ranger)
Alice (ranger)
Vekk (Scalpion)
Greed (Tenefix)
Majora (Kekleon)

Wissel est convoquée par son supérieur, qui lui attribue un partenaire pour sa première mission, à son grand désarroi...

COLLABORATION FORCEE. - première mission
Vekk se rendit compte que le Pokemon l'avait suivi parmi les ombres, glissant dans les conduits là où il rampait entre les caissons de métal, faisant attention à ne pas produire de raclement. Il parvinrent à une pièce plus grande, où il détecta un grand nombre de créatures enfermées. Les paroles des humains étaient sans équivoque, ils allaient quitter les lieux très prochainement, ce qui nécessitait une prise de décision.
Le Scalpion resta, indécis, au plafond, avant de devisser discrètement la plaque qui les séparait de la prison improvisée. Il mit à jour les informations de mission : individu de type ténèbres. Statut : allié.
"Faut-il intervenir ? " cliqueta-t-il a son intention ?
Sa propriétaire n'avait pas fait état d'une action militaire, et engager les hostilités pourrait résulter en plus de dégâts. Il était face à une situation dépassant ses compétences. Il était un soldat, pas un chef. Naturellement, il s'en remit à la personne la plus susceptible de trancher pour lui. Il espérait ne pas faire un mauvais jugement en confiant la direction des opérations à l'autre Pokemon. Si il exigeait une intervention, il le suivrait.
Wissel adressa un regard surpris à Alice. Elle ne s'attendait pas à ce qu'il assume l'entière responsabilité de ce fiasco, et encore moins à ce qu'il la complimente. Il avait toujours semblé méfiant, voir moqueur à son égard, comme s'il la prenait pour une rookie envieuse de faire ses preuves. Il n'était pas un lâche, et mieux, il assumait ses erreurs. Il remontait légèrement dans son estime et elle en était presque agacée. Elle aurait préféré qu'il reste le je m'en foutiste trop sur de lui qu'on lui avait attribué malgré elle, et pas quelqu'un de plus complexe échappant à sa compréhension. Elle voulait le juger comme incapable, comme suffisant ; mais pour l'heure elle ne savait plus quoi en penser. Sinon que quelque chose était arrivé, un déraillage qui ne s'était jamais produit à en juger la surprise de leurs supérieurs.
"Nos Pokemons sont partis à la poursuite du témoin." prit-elle le risque de glisser.
Elle s'inquiétait de savoir Vekk si éloigné. Elle n'avait pas pu lui donner de bonnes instructions et n'avait aucune idée de ce qu'il trouverait sur place. Envoyer un Pokemon à la poursuite de trafiquants de Pokemons... était ce vraiment un choix choix avisé ? Mais elle fronça les sourcils et secouant la tête, chassa les doutes. Du coin de l'oeil elle nota que son "partenaire" semblait mal en point, presque nauséeux. Elle ne dit rien de plus, le laissant s'expliquer, sa bouche réduite à une mince ligne réprobatrice.


modération:
 
Contenu sponsorisé


 

[PV Alice][modération]1. Collaboration forcée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Erreur de modération.
» Débat sur l'orthographe...
» ForumHaiti : Une modération qui rime avec le respect mutuel
» [Modération] Les bannières..
» Modération ... À qui de droit ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Reborn :: 
Récré
 :: Bazar :: Archives RP
-
Liens utiles
Guide pour bien débuter
Contexte
Carte
CGU
Fonctionnement
Métiers
Avatar utilisés
Staff et crédit
Partenaires
Top-Partenaire

Facebook