Partagez | .
 

 Réunion de famille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Dim 18 Jan - 1:47
Kawada Ranger

Messages : 1083

Casier judiciaire
Statut: Citoyen anonyme
Jauge criminalité:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur

550 de large
Réunion de famille

100x100

Ft.

Alone
100x100

Our Story.

15.11.2020 - Alcea - Route 9 - Domuraille
100x100

And...

Rp écrit exceptionnellement du point de vu de Rei "observant" Mei.



Appréhension
« J'ai appelé mère hier pour en savoir plus sur cette histoire et, elle compte te faire épouser le gosse Aojima ! »

Je te sentais surprise, en colère, inquiète, nerveuse, non... angoissée. Tu venais de ranger ton holokit après un appel que tu venais de recevoir de Kazuo, ses paroles résonnaient dans ta tête, alors que tu sortais à peine du taxi qui t'avait déposé devant Domuraille. Tu restais planté là, à quelques mètres de la grande porte, tu levas la tête vers le ciel, glissant tes mains sur ton visage pour enfin les passer dans tes cheveux, respirant doucement, mais bruyamment, tu essayais de te calmer. Malgré tout, tu essuyais quelques larmes de colère qui s'étaient échappées malgré toi. Je sentais toutes ses émotions qui t'avaient atteinte... Ce n'était pas la première fois que je te surprenais à ressentir tout cela. Lorsque tu t'étais réveillé à Merya, en apprenant toutes les conneries que j'y avais faites et puis tout ce qui t'était tombé dessus suite à cela en rentrant à Talma, je t'avais surprise en train de craquer dans ta chambre qui avait toujours gardé le même aménagement depuis tes années de collège, le lendemain comme pour te défouler, tu l'avais d'ailleurs entièrement redécoré.

Dis-moi Mei... Tu m'en veux ? Bien sûr que tu m'en veux, tu n'as jamais ressorti notre cahier depuis que tu t'es éveillée il y a quelques mois. Bien sûr que tu es en colère à cause de moi tu as perdu ta liberté. Mais Mei, pourquoi ? Pourquoi donc te laisses-tu faire par cette femme ? Pourquoi lui avoir pardonné ? Pourquoi t'en vouloir alors que tu lui avais enfin tenu tête en te rendant à ce festival sans même lui parler ? Tu lui as pardonné, tu as voulu tout reprendre de zéro avec elle.

N'as-tu pas oublié ?! Elle t'a abandonné !

Tu relèves soudainement la tête, regardant à droite et à gauche, comme si tu cherchais quelque chose. M'avais-tu entendu ? Sans doute, ce n'est pas la première fois que cela arrive, je sais à quoi tu penses, je sais pourquoi ton subconscient m'a entendu... Tu penses à lui pardonner à nouveau ! Tu lui donnes raison, tu te dis qu'elle a sans doute des raisons de faire cela, qu'elle le fait pour ton bien... Mais réagit bon sang ! Elle veut te lier à quelqu'un pour la vie ! Elle veut nous lier à quelqu'un pour la vie ! Crois-tu qu'elle ait mis au courant ta belle famille pour mon existence ? Pour ta maladie ? J'en doute, elle te laisserait gérer toute seule la situation, lorsque la vérité éclaterait, lorsque tu seras à bout, lorsque j'apparaîtrais, ou pire... Lorsque lui apparaîtra...

Tu te semblais enfin décidé à bouger, tremblante, Hikage sur les talons, tu t'approchas des gardiens de la ville fortifiée, sortant ta carte d'identité, ainsi que ta licence de dresseur, tu les présentas à un des l'employer. Une réunion de famille hein... Cela ne m'étonnerait pas que la pression que tu devras subir m'éveille pour un petit moment, voyons si tu es devenue assez forte pour encaisser tout cela, ou mieux encore, t'opposer à cette décision aberrante !

«Bonjour, je suis Kawada Mei, j'ai été appelé pour la réunion des Kawada. »


Demande de modération
Mei décline son identité tout en présentant ses papiers d'identité afin d’accéder à Domuraille.


© Narja - Never-Utopia






Dernière édition par Hasegawa K. Mei le Mer 21 Jan - 19:46, édité 1 fois
avatar
Dim 18 Jan - 21:53
PNJ MJ

Messages : 2505

Voir le profil de l'utilisateur
Un des gardiens s'approche de vous et regarde votre carte avant de vous laisser passer.

"Je vous rappelle que vous devez 1.000 P$ pour l'entrée et je vous demanderai de faire enregistrer ce pass pour éviter de perdre du temps avec certains trop suspicieux."

Taxe d'entrée :

1.000 P$


Vous recevez le Pass Domuraille.


avatar
Mer 21 Jan - 19:44
Kawada Ranger

Messages : 1083

Casier judiciaire
Statut: Citoyen anonyme
Jauge criminalité:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur

550 de large
Réunion de famille

100x100

Ft.

Alone
100x100

Our Story.

16.11.2020 - Alcea - Route 9 - Domuraille
100x100

And...

Rp écrit exceptionnellement du point de vu de Rei "observant" Mei.



Condition
Évidemment, tu n'eus aucun mal à passer. Mais quand même cette taxe ! Quelle belle arnaque ! Tu ne dis rien, tu payes docilement, bon après tout ce n'est pas comme s'il y avait le choix, mais tu pourrais râler un peu ! Au moins, nous étions d'accord sur une chose : Nous n'aimions pas cette ville. Ici il était certain que tu ne passerais pas inaperçu, surtout en compagnie de ta mère que tu attendais devant l'entrée de la ville à sa demande, le lendemain de ton arrivée. Cela m'énervait que tu lui obéisses comme ça, sachant ce qui t'attendait, mais tu devais certainement être mieux dehors que dans le manoir familial à entendre toutes les trente secondes les reproches de ta grand-mère sur ta nouvelle couleur de cheveux et ton style vestimentaire que je t'avais imposé. Ainsi que supporter les ricanements incessants de ta peste cousine, qui manifestement n'avait d'yeux que pour ton frère, bien qu'elle s'en prenait tout autant plein la figure. Il fallait dire que cette vieille femme trouvait toujours quelque chose à redire.

Tu vis ta génitrice enfin entrer dans la ville, saluant le garde qu'elle connaissait manifestement bien. Elle payait également la taxe, après tout, personne n'était épargné ici. He, tu pourrais lui demander de te rembourser au moins ! C'est la moindre des choses de sa part ! Mais tu n'en ferais rien n'est-ce pas ? Faible petite chose. J'étais étonné que malgré tout cela, ton subconscient n'ait pas décidé de dormir pour me laisser le relais, il t'en fallait pourtant moins que cela avant, il fallait croire que, malgré tout, tu avais gagné en assurance... Peut-être avais-tu décidé de défendre ta cause finalement ? Tu la saluas, tu étais parti pour lui sourire, mais tu ne pus t'empêcher de faire une légère moue, évitant son regard, qui n'échappa pas au chef de famille.

« Je suppose que Kazuo t'a mise au courant hein... Il ne peut pas tenir sa langue celui-là ! Mei, sache que je fais cela pour ton bien ! Enfin allons-y, tout le monde nous attend. »

Elle ne te laissa pas en placer une, tu t'écrasas. Aller ! On s'en fiche qu'elle ait ouvert la marche ! Cela ne t'empêche pas de lui beugler dessus ! De lui dire ce que tu penses de tout ça ! Mais tu te contentas de la suivre silencieusement. T'étais-tu laissé convaincre que c'était pour ton bien ? Foutaise ! Ou alors avais-tu peur ? Peur que si tu t'opposes à elle, que votre relation devienne plus froide, qu'elle te renvoie d'où tu venais ? Penses-tu que je la laisserais faire ? Que Kazuo la laisserait faire ? Malgré tout, je partageais tes craintes, elle était chef de famille et lorsqu'elle avait décidé de quelque chose, rien ne pouvait lui faire changer d'avis. Et à vrai dire, je n'avais aucune envie de retourner dans ce fichu hôpital psychiatrique !

Midi était là, vous arrivâtes au manoir des Kawada, pratiquement toute la famille était conviée à cette réunion. Une bonne trentaine de personnes étaient présentes dans la salle de réception dans laquelle étaient placées des tables avec dessus de la nourriture. Nous nous doutions que Kazuo n'y serait pas convié, évidemment que lui ne se serait pas gêné pour dire ce qu'il pense de tout cela. Il manquait aussi de ton grand-père qui apparemment avait rembarré sa fille en déclarant que, retraité, il n'avait plus rien à faire avec ces histoires familiales. Cela fit évidemment râler sa femme dédaigneuse qui ne rata pas l'occasion de débattre sur le fait que ce n'était qu'un bon à rien qui ne pensait qu'avec ses muscles.

La chef de famille tût tout le monde, tandis que les domestiques apportaient tour à tour les hors d'oeuvres, prête à faire son annonce. Ton cœur se serra, tu te sentais comme un détenu qui allait recevoir sa sentence.

« Bien, vous avez sans doute tous entendu certaines rumeurs qui circulaient et surtout les nouvelles à la radio... Et bien oui, il a été décidé avec Mme Aojima que nos familles seraient unies par le mariage de nos enfants. Mei, tu es à présent la fiancée d'Akito Aojima, le nouveau chef de famille. »

Un brouhaha envahit la pièce, tu serras les poings, tu t'apprêtais à t'avancer vers ta mère pour contester, un geste qui m'étonna de ta part. Mais tu te stoppas lorsque tu te rendis que compte que tous les regards étaient sur toi et qu'un bon nombre de personne de la famille s'avançaient vers toi pour te féliciter. En particulier, ta grand-mère, tout sourire... Un sourire qui pouvait paraître normal, voire amical, pour tout le monde, mais pour nous, c'était un sourire effrayant...

« Félicitations ma petite Mei, tu en as de la chance, Akito Aojima est un bien bel homme. »

Tu eus un petit recul, tu n'avais rien pu faire, rien pu dire et de toute façon tu avais le sentiment que cela ne changerait rien et tu avais raison. Mise à part envenimer les choses et créer un scandale qui te pourrirait la vie à toi et à ton entourage, ton sort serait maintenant placé entre les mains d'une personne que tu connaissais à peine. Quitter la région ? C'était une option, si toutefois tu n'étais pas surveillé médicalement par des psychiatres qui pouvaient t'enfermer à tout moment. Tu étais prise au piège, mais au moins, tu réfléchissais un minimum avant d'agir contrairement à moi. À ta place, j'aurais beuglé comme pas possible, sans doute je ne serais même pas venue...

À ma plus grande surprise ainsi que de celle de ta famille, tu te repris dans ta lancée après avoir simplement hoché la tête à la femme de l'ancien chef de famille, t'avançant vers ta génitrice, un geste peu assuré, incertain, tu craignais les représailles, mais tu avais tout de même lancé le pari.

« Hm… Mère ! Je… Je voudrais… Je voudrais emmètre une condition »

L'intéressée haussa un sourcil, un silence s'installa, suivi d'un brouhaha et du regard outré de la vieille doyenne qui était prête à te remettre à ta place, chose qui fut coupée par sa fille.

« ... Je t'écoute. »

Déglutissant, tu la regardais droit dans les yeux, tu tentais au mieux de prendre une voix assurée. Mais elle ne le fut que faussement, tremblante, tu perdais manifestement en crédibilité.

« J-je voudrais pouvoir reprendre mon voyage dans Alcea ! Je ref-... Je ne veux pas rester à Talma enfermé toute ma vie dans un cocon ! »

Erina, la doyenne, écarquilla les yeux de colère, tandis que le brouhaha s'intensifiait, elle s'apprêtait encore une fois à te réprimander sévèrement, mais encore une fois, elle fut coupée par Megumi, elle se tût dans un grognement étouffé.

« ... Accordé, mais si on me fait part du moindre dérapage, tu reviens illico à la maison. »

Elle fendit la foule, passant devant toi, pour te murmurer.

« Cela vaut pour vous deux... »

Évidemment, cette dernière remarque m'était adressée particulièrement. Tu te contentas de lui répondre en hochant la tête timidement. Ton courage n'aura été que de passage, mais j'étais tout de même agréablement surprise, tu n'étais pas si misérable que je le pensais malgré tout. La vieille chouette renifla de dédain décidant que c'était à présent son tour de prendre la parole.

« Hmpf, manifestement, cette enfant a perdu toute éducation ! On ne peut pas la laisser rencontrer le chef Aojima ainsi ! Elle restera avec moi ! Tu es bien trop douce Megumi ! Je m'occuperais de l'éduquer correctement, je te la ramènerais pour le réveillon du Noël. Déjà jeune fille ! Tu vas me faire le plaisir de t'habiller correctement ! »

Mon dieu l'horreur... On allait devoir rester tout un mois avec ça ?! Pour le coup je suis contente que ce ne soit pas à moi de gérer... Ta mère se contenta d'acquiescer. Durant le reste du repas, tu te contentas de te faire toute petite, ignorant royalement les brimades de ta cousine qui se fit rapidement remonter les bretelles de ses parents. De toute façon ce n'est pas comme si ces piaillements t'atteignaient, tu avais vécu bien pire lorsque tu étais au collège à Johto. Lorsque le repas se termina, tout le monde retournait vaquer à ses occupations, quant à nous... Nous nous préparions pour un mois de cauchemars...


Demande de modération
Topic clos


© Narja - Never-Utopia




Contenu sponsorisé


 

Réunion de famille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Réunion de famille (pv Aaron)
» Réunion de famille [Arianne Martell]
» Réunion de famille[Pv Amaterasu]
» Réunion de famille [Syracuse en Sicile PV Ares]
» Réunion de famille [PV : Rafael Di Marzio]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Reborn :: 
Récré
 :: Bazar :: Archives RP
-
Liens utiles
Guide pour bien débuter
Contexte
Carte
CGU
Fonctionnement
Métiers
Avatar utilisés
Staff et crédit
Partenaires
Top-Partenaire

Facebook