Partagez | .
 

 [Event] Le bal : des rencontres intéressantes en perpective

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
Dim 18 Jan - 20:06


Je me tenais devant un bâtiment à la limite de l'excentricité totale au milieu de cette ville.
En fait, c’était plutôt le quartier en lui-même qui tranchait avec le décor de la capitale d’Alcéa, un quartier pavillonnaire quasiment en plein milieux d’une grande ville, quartier dominé par quatre grands édifices, les maisons des fameuses « Familles Fondatrices ».
Aussi, cette salle des fêtes, quasiment aussi massive que l’une de ces quatre maisons, et située à mi-chemin entre le cœur du quartier et les grands buildings de la ville faisait un peu étrange en dominant largement toutes les habitations alentours.

Je remarquais un grand nombre de personnes entrant dans le bâtiment, je n’imaginais cette soirée être à ce point attendue. Mais, dans ce flux certaines personnes sortaient du lot. Je tentais de bien les distinguer pour pouvoir les retrouver dans la salle.
Je m’étais également inclus dans la file et remarquais que les deux « videurs » faisaient un tri des plus sélectifs, je ne le voyais pas avant, mais sur la masse visible à l’extérieur, seul un très petit nombre de personnes était autorisé à rentrer par les deux colosses après un examen poussé. Je réajustais donc pour la centième fois mon costume, un manteau en peau de Haydaim, dessous un t-shirt ressemblant à une chemise, un pantalon en velours et des chaussures noires. Ces habits, je les portais peu ensemble, mais ma mère et mes proches avaient toujours maintenus qu’ensemble ils formaient un costume très simple et sobre, fait confirmé lors de ma prestation sur scène avec Alron, le Lucario de mon maître, pour une démonstration de concours.

J’arrivais enfin au niveau des deux videurs :
- Bonjour messieurs, puis-je me joindre au bal ? Je détestais parler de façon aussi mielleuse, mais pour le coup le dégout de ressembler à mon père était écrasé par l’envie que j’avais de voir l’intérieur du bâtiment et de rencontrer d’autres dresseurs.
Les deux hommes me fixèrent un long moment, l’un deux me fit, come à tous les autres avant moi, une rapide fouille au corps, la présence des familles fondatrices devait visiblement avoir quelque chose avec cela.
-  C’est bon, tu peux rentrer. Et pas la peine d’être aussi poli petit, cet évènement est organisé pour être apprécié, pas pour stresser.
Le videur m’avait surpris, il n’avait pratiquement jamais parlé à qui que ce soit à part deux ou trois autres personnes. Je ne réussis qu’à bafouiller un merci à peine audible qui leur décrocha à tous deux un grand sourire avant d’entrer dans le bâtiment.

Je m’attendais à pas mal de chose pour l’intérieur, mais de là à entrer dans une sorte de reproduction du célèbre opéra d’Illumis adaptée en salle de fête, j’étais assez loin du compte.
Le plafond, un dôme, était orné de la même fresque représentant les différents pokémon légendaires connus et observés. J’avais beau avoir déjà l’observer, cette fresque me faisait toujours cet effet de majesté mélangée à de la peur, après tout, chacun de ces pokémon pourrait anéantir un pays s’il le voulait.

Je restais là, à observer cette fresque, laissant le temps filer.


Dernière édition par Cyrille Duffour le Ven 30 Jan - 12:06, édité 1 fois
avatar
Invité
Mar 20 Jan - 16:04



Suite au concours, j'avais appris que ma victoire au concours avait fait en sorte que j'étais invité au bal de fin d'année prévu par les familles fondatrices de la région. Il s'agissait là d'un grand honneur, j'en concevais, mais il y avait un énorme problème à cela. Comment pourrais-je être en plein cœur d'un bal avec la peur des gens que j'avais ? C'était juste impossible... Futeki semblait pensif, comme s'il essayait de trouver une solution pour que j'évite la soirée ou d'être mal à l'aise en y allant, même Zurui donnait l'impression d'y réfléchir. Finalement, je vis les épaules de mon starter se baisser, découragé, et je sentais que j'allais être obligé de me rendre à ce fameux bal. Mon holokit sonna et je remarquai qu'il s'agissait de mes parents, si bien que je répondis au plus vite pour voir leurs visages souriants. D'un même ensemble, ils me félicitèrent pour ma victoire à mon second concours et ajoutèrent qu'ils étaient fiers de moi et que j'avais de magnifiques partenaires sur qui compter. Mon père ajouta qu'il était étonné de ne pas avoir Virgil et mon visage avait dû se décomposer puisque ma mère lui avait mis son coude dans l'estomac pour le faire taire, mais le mal était fait. Virgil... Où était-il finalement ? Futeki m'avait assuré qu'il avait réussi à reconnaître son aura lors de ma prestation, mais je n'avais encore aucune nouvelle de lui. Ma mère s'empressa de me rassurer en me disant qu'il devait être retenu par des affaires familiales qui l'empêchaient de me rejoindre et de me contacter. D'ailleurs, je venais de penser que je n'avais pas son holokit, mais ça, je ne le dirais pas à ma mère qui allait encore me faire la morale en me disant que c'était donc normal que je ne puisse pas savoir ce qui lui arrivait. Lorsque je leur parlais du fait que j'étais une sorte d'invité d'honneur au bal, ma mère se transforma en une groupie surexcitée et déblatéra de nombreux conseils sans que je puisse vraiment les comprendre avant que mon père prenne le relais. Ce dernier resta très simple, je devais juste donner une bonne impression et ne pas m'attirer d'ennuis. De toute façon, je ne comptais pas être le centre de l'attention, je serais tellement mal que je ne m'en remettrai jamais. Je coupais la conversation tout en soupirant, déçu de ne pas avoir d'autres solutions que d'aller à ce bal.

La tenue n'allait pas poser problème, il suffirait de remettre la même qu'au concours, mais je savais que je n'allais pas être dans mon élément. Le pire dans tout ça, c'était que je n'allais pas pouvoir compter sur Futeki, puisque les Pokémon étaient interdits pour la réception. Autrement dit, j'allais être totalement seul, entouré de personnes que je ne connaissais pas le moins du monde. Et si Virgil y était lui aussi ? Non, impossible, il n'avait aucune obligation d'y aller et je ne le voyais pas se forcer pour s'y rendre... tout comme moi d'ailleurs. Le jour était finalement venu, j'essayais de me détendre en profitant de la journée pour me balader avec tous mes Pokémon puisqu'il faisait beau malgré les températures basses. Kisaki et Atsui s'amusaient à se poursuivre dans les airs, tandis que Zurui me suivait tranquillement et que Futeki marchait à mes côtés. J'étais inquiet quant à la résistance de mon Prismillon face au froid, mais il semblerait que je m'en faisais pour rien puisqu'il fit passer le mot de ne pas m'inquiéter pour si peu, ce qui ne m'empêchait pas de le faire tout de même. Une fois que nous étions seuls, j'en profitais pour m'entraîner avec Futeki et reproduire les gestes qu'il faisait. Je ne savais pas du tout de quel art martial il s'agissait, mais cela avait le don de me réchauffer et de me donner plus confiance en moi. Comme si la force de mon starter se déversait en moi lorsque je reproduisais ses enchaînements, c'était une impression bien évidemment, pourtant, c'était très réconfortant. Une fois la nuit tombée, je rentrais au centre pour me préparer et mettre de nouveau le costume que j'avais lors du concours, au moins, j'étais sûr d'être reconnu si je venais habillé ainsi et il s'agissait de ma seule tenue qui faisait classe pour une soirée d'une telle prestance. Je laissais mes Pokémon en dehors de leurs Pokéballs en leur faisant promettre de ne pas mettre le bazar et d'obéir à Futeki et Zurui si jamais ils sentaient qu'ils devaient mettre les points sur les i. Ensuite, je me dirigeais vers le lieu indiqué en faisant attention de ne pas me perdre dans la métropole, ce qui n'avait pas été simple en réalité. Arrivé devant le bâtiment, je fus littéralement écrasé par la splendeur qu'il y avait en ce lieu, c'était tout simplement magnifique et je ne voyais que l'extérieur pour le moment, que me réservait encore l'intérieur ?

Je faisais donc la queue en me concentrant sur mes doigts que je faisais rouler l'un par-dessus l'autre pour éviter de paniquer puisque j'étais trop proche des gens. Deux personnes faisaient une rapide fouille pour voir si les invités respectaient bien les règles et l'un d'eux me reconnut et me félicita pour ma victoire. Le rouge me monta naturellement aux joues et je m'empressai de m'incliner pour le remercier puisque je ne parvenais pas à remuer mes lèvres avant d'entrer d'un pas pressé. Et là, j'avais encore plus l'impression d'avoir effectué le réflexe Chartor, je me sentais tellement petit face à l'immensité de ce qui m'entourait, sans compter les fresques représentant les Pokémon légendaires déjà recensés. Au final, je n'étais qu'un grain dans une immensité, à leurs yeux, je n'étais pas si différent des autres. Je rêvais de devenir une star Pokémon, quelqu'un de connu pour ses prestations magnifiques et l'attachement qui le liait à ses Pokémon... J'étais encore loin du compte finalement, mais c'était le but que je m'étais fixé et je devais avouer que mon départ n'était pas si mauvais que cela vu que je comptabilisais deux concours gagnants dans la liste. Certes, ces victoires, je les devais à mes Pokémon qui avaient tout donné lors des numéros et des combats, mais j'étais tout de même avec eux. Toujours perdu dans la contemplation du décor, je ne fis pas attention à l'endroit où je mettais les pieds et je finis par bousculer quelqu'un. Horriblement gêné, je me retournais vers la personne et, déjà la tête baissée, je m'excusais d'une petite voix :

J-j-je vous prie... de m'excuser... Je... je ne regardais pas où j'allais.
avatar
Invité
Mar 20 Jan - 22:54



On venait de me bousculer, forçant mon esprit à sortir de sa rêverie, je réalisais que j’étais en train de chuter, me stabilisant je lâchais rapidement une excuse :
- Pardon, j’aurais pas dû rester là… En ayant à peine le temps de finir ma phrase que je remarquais qui m’avais bousculer.

Un jeune homme un peu plus grand que moi les cheveux brun et le visage intégralement rouge vif, quoique je voyais mal ce visage braqué directement vers ses chaussures, sa phrase avait été à peine inaudible. Le plus étonnant était l’absence totale de réponse de sa part.

- Heuu… Tout va bien ? Je faisais un pas vers l’inconnu en posant ma question, lui réagit immédiatement en faisant un pas en arrière.
Interloqué je continuais d’essayer de m’approcher lui, continuait de reculer. Après un petit moment à jouer au chat et à la souris de cette façon que je commençais à trouver foncièrement ridicule, je retournais à la fresque. Impressionnant ce plafond n’est-ce pas ? La question était innocente, mais j’espérais pouvoir ainsi sortir mon « interlocuteur de son mutisme. Je décidais donc de ne plus regarder dans sa direction et commençais à parler.

- Ce plafond, comme tout cet intérieur en fait, est une réplique quasi-exacte du grand opéra d’Illumis, la ville d’où je viens, et bien que je l’ai visité plusieurs fois, cette fresque qui dépeints les pokémons légendaires de notre monde  me maintiens toujours tête levée pendant de très long moments. En plus, tous ne sont pas forcément aussi aimables qu’ils en ont l’air ici, Yveltal par exemple, un dieu de la mort dont on dit qu’à chaque éveil il vide tous les êtres vivant qui l’entoure de leur énergie vitale… Plutôt affreux non ? Pourtant je dois admettre que ce sont ces légendes au passé sombre qui m’attire. Yveltal, Darkrai, Giratina, et j’en passe. Et toi, qu’est-ce que tu en penses ?

La question était venue naturellement, de même que le mouvement de tête qui l’accompagna. Je pus alors voir pour la première le visage du l’inconnu avec qui je parlais, des yeux d’un bleu aussi profond que celui de l’océan, le mot céruléen me vint immédiatement en tête, un teint blanc, identique au mien quand je n’allais pas longtemps au soleil. En voyant que je le regardais il balbutia rapidement des excuses rapides avant de re-braquer  ses yeux sur ses chaussures.

Je commençais à m’intéresser à son habit, quand un son inaudible se fit entendre, j’arrêtais mon inspection pour essayer d’entendre ce qu’il me disait.
avatar
Invité
Mer 21 Jan - 13:23



Comment pouvais-je être aussi maladroit ? À peine étais-je entré dans le bâtiment que j'avais été subjugué par la beauté des fresques et que je n'avais pas du tout regardé où j'allais si bien que j'étais rentré dans quelqu'un. Sans même croiser son regard, je m'étais incliné en balbutiant des excuses que je soupçonnais d'être inaudibles pour mon interlocuteur. En plus, il s'agissait peut-être de quelqu'un de très important et je venais de faire une bourde monumentale que j'allais regretter amèrement... Bon sang, Futeki pourquoi n'étais-tu pas proche de moi lorsque j'avais le plus besoin de toi ? Il fallait que tu restes à mes côtés pour me donner ta force et ton courage, si je voulais vaincre a peur, tu devais rester à mes côtés et être là pour rattraper mes erreurs. C'était très égoïste comme façon de penser, mais c'était aussi réaliste, je ne pouvais rien faire sans lui. Il était la lumière qui me permettait de prendre le bon chemin, son aura réconfortante illuminait mon champ de vision pour que je le suive pas à pas. Alors qu'il me demandait si tout allait bien tout en s'approchant de moi, je reculais vivement tout en gardant la tête baissée. Au ton qu'il utilisait, je pouvais savoir qu'il s'agissait d'un jeune homme, d'ailleurs, vu les chaussures qu'il portait, il était évident que c'en était un, de plus, il ne semblait pas agressif, ce qui était plutôt une bonne chose. Néanmoins, ma peur était trop importante pour que je puisse encore relever la tête et lui faire face. Finalement, il partit dans un monologue expliquant le fait qu'il adorait cette fresque représentative des Pokémon légendaires et qu'il aimait particulièrement ceux qui possédaient une histoire assez sombre. Je relevais la tête pour suivre son regard et je remarquais que ceux qu'ils nommaient étaient en effet d'un noir d'encre, très certainement puisqu'ils possédaient le type Spectre ou Ténèbres. Il me demanda alors ce que j'en pensais tout en tournant la tête vers moi et nos regards s'échangèrent un instant avant que je le dévie. Il devait avoir mon âge et ses vêtements laissaient à penser que ce n'était pas son style vestimentaire habituel, il avait dû s'habiller ainsi pour le bal. Comment je le savais ? À force d'observer les coordinateurs, j'étais devenu capable de reconnaître les personnes à l'aise dans un costume et celui-là ne l'était pas réellement.

Je... je préfère plutôt Mew, Célébi, Manaphy et Victini... ils sont peut-être petits, mais ils ont une force impressionnante en eux... Et les apparences sont souvent trompeuses... du moins, c'est ce que je crois...

C'était très étrange... Pourquoi arrivais-je à lui parler ainsi alors que je ne le connaissais pas le moins du monde ? Peut-être parce qu'il m'avait interrogé sur un sujet qui m'intéressait et sur lequel je pouvais parler pendant des heures : les Pokémon et les apparences. Après tout, certains Pokémon avaient leurs histoires et les préjugés à leurs égards ne faisaient que pleuvoir, pourtant, ils n'étaient peut-être pas comme décrits dans les légendes. Absol en était un bon exemple, il était connu comme étant le Pokémon Désastre parce qu'il venait toujours sur le lieu d'une catastrophe et on le pensait responsable de tout ceci. Pourtant, la réalité était tout autre puisqu'il pouvait juste prévoir et qu'il tentait désespérément d'avertir de ce qui allait se passer. Et il n'était pas le seul à subir des préjugés pareils, toutefois, le rôle d'un coordinateur était de trouver les forces intérieures d'un Pokémon tout en faisant fi de son apparence. Zurui était un papillon et tout le monde le voyait comme un être fragile et magnifique, toutefois, il avait eu suffisamment de courage pour mener son groupe au travers des dangers. Je jetais des coups d'œil vers mon interlocuteur pour en savoir plus sur lui. L'avais-je déjà vu au cours d'un concours ? Je ne pensais pas... Avait-il été invité pour une quelconque raison à mon instar et était-il juste venu pour profiter de la soirée et du bâtiment qu'il avait l'air d'apprécier particulièrement ? Toutes les réponses étaient possibles et je ne savais pas quelle était la bonne, mais je n'allais pas lui demander pour autant, j'en serais juste incapable. Du moment qu'il restait à bonne distance de moi, je pourrais poursuivre la discussion, mais si jamais il faisait mine d'approcher, je ne pourrais que reculer davantage tant que je n'en saurais pas plus sur lui.
avatar
Invité
Mer 21 Jan - 14:41



Il m’avait répondu. C’était presque surprenant, j’avais bien compris son problème, la timidité, ou simplement la peur des gens, j’en avais été guéri par ce vieux fou de Ragnas il y a bien longtemps. En tout cas il avait répondu de façon franche et clair, preuve que je l’avais intéressé, même s’il était retourné aussitôt à regarder ses chaussures.

- Je vois pourquoi ces petits pokémons peuvent intéresser les gens, petit et pourtant si puissants… Je me rendais alors compte que je le tutoyais sans même m’être présenté ou lui avoir demandé si je le pouvais. Ho mince ! Je m'aperçois que je te tutoie, mais… Je ne t’ai même pas donné mon nom. Cyrille Duffour, dresseur débutant, ravi de te rencontrer.
Et comment tu…

Je m’arrêtais avant même d’avoir prononcé plus de deux mots pour lui demander son nom. J’avais commencé à regarder son habit un peu plus tôt, mais je m’étais arrêté pour tenter une autre approche.

Il portait un manteau de bonne facture, quoi que je n’identifiai pas la peau, un costume blanc des plus simple en-dessous mais orné d’un petit nœud papillon bleu. Il portait cet ensemble bien plus naturellement que moi le mien, je ne l’avais jamais mis qu’une fois dans un contexte bien différent. Mais une chose était sûr concernant ce garçon, j’avais déjà vu cet habit avant, laissant mon esprit faire je me mis à parler à voix relativement haute sans m’en rendre compte.

- Costume blanc… manteau… Télé… Concours… Ca y est ! Je sais ! Un éclair de génie me traversa l’esprit, J’avais en effet déjà vu ce costume, et sur une personne toute similaire à celle qui se tenait devant moi.
Tu es Hiroi Hassan ! Le garçon qui a remporté le concours de Talma, j’avais vu une retransmission, une prestation sensationnelle d’ailleurs, j’ai adoré la tornade finale de ton Prismillon. Ça c’est une bonne surprise, je te vois à peine la veille et le lendemain je te tombe dessus par hasard. Les combats n’étaient pas retransmis, mais j’ai tout de même vu que tu avais un Lucario et…

Je m’arrêtais net une nouvelle fois, à la simple évocation du nom il s’était comme enfoncé dans son costume, on aurait dit un Chartor. Sur le moment je m’étais laissé emporter par la surprise.
Heu… Désolé, tu n’es sans doute pas ici pour parler de ça… Par contre, en parlant de Lucario…
Mes mots se tarirent d’eux-mêmes pour la troisième fois, il était presque figé, pire encore qu’au début, je ne savais pas quoi dire, la seule chose qui vint à l’esprit sortie toute seule sans mon consentement, du moins c'est l’impression que j'eu, parlons d'une pulsion soudaine.
- Sincèrement désolé, j’ai pas pensé que tu pouvais avoir autant de mal à communiquer… Si j’avais vécu ce phénomène de la manière… Je m’en serais rendu compte mieux que ça… Je commençais à laisser mon esprit filer à nouveau sans me rendre compte que je parlais encore à voix haute. Après tout, j’en ai eu du mal à parler aux gens après l’accident… Non, j’aurais dû le voir…

Je m’inclinais et me préparais à le laisser se remettre de mon erreur quand…
avatar
Invité
Jeu 22 Jan - 0:09



Qu'est-ce qui me passait par la tête ?! J'étais en train de discuter de Pokémon légendaires avec un parfait inconnu qui n'avait pas l'air d'être d'une des familles fondatrices puisque son langage ne correspondait pas à l'étiquette des nobles. Enfin, c'était ma façon de voir les choses en tout cas. Le tutoiement et l'impression de mal porter son costume étaient deux éléments qui allaient à l'encontre de cette supposition, si bien que je pouvais me permettre de le cataloguer dans les personnes non invitées venues pour la soirée. Il fallait avouer que si j'avais su que l'endroit était aussi stupéfiant, je serais également venu, mais ma condition de vainqueur du concours m'obligeait légèrement à être présent. Ce que je ne comprenais pas, c'était pourquoi ? Après tout, je n'avais pas mes partenaires avec moi, si bien que je voyais ce que je pouvais faire ici. J'aurais compris si jamais on m'avait demandé de faire une représentation spécialement pour le bal du réveillon, mais ce n'était pas le cas. Pour montrer que les gagnants étaient privilégiés ? Peut-être... Ou alors pour me détendre après le stress constant du concours ? Probable aussi... Revenons à nos Wattouat. L'inconnu avait repris la parole, si bien que je l'écoutais poliment me répondre qu'il comprenait mon point de vue, même si je doutais qu'il était allé aussi profondément que moi dans la réflexion. Soudainement, il se rendit compte qu'il me tutoyait depuis le début alors qu'il ne s'était pas présenté. Et hop ! Troisième élément qui l'écartait des bonnes familles, ils se présentaient toujours lorsqu'ils rencontraient quelqu'un. Il se nommait donc Cyrille Duffour et était dresseur débutant, ce qui signifiait que j'avais raison depuis le début à son sujet.

Il se mit à m'observer de la tête aux pieds et il enchaîna plusieurs mots comme s'il essayait de se rappeler quelque chose. Finalement, il trouva mon identité avant même que je puisse me présenter de moi-même puisqu'il venait de le faire et que je devais bien lui rendre la pareille. Le compliment qu'il avait glissé m'avait fait plaisir, mais avait malencontreusement déclenché un nouveau niveau de gêne si bien que j'avais plongé ma tête dans mes épaules avec le visage en feu. Il avait adoré la tornade finale de Zurui, cette même tornade que nous avions mis des jours à travailler. Il fallait qu'il puisse envoyer suffisamment de vent pour me faire voler mais qu'il se retienne pour éviter que je sois emporté par sa puissance. Je me rappelais encore de mes rencontres douloureuses avec un arbre lors de nos entraînements, Futeki avait pensé qu'il le faisait exprès, mais je savais qu'il n'en était rien et j'avais fait comme si de rien n'était pour poursuivre les essais. Les bleus que j'avais sur le corps étaient maintenant de l'histoire ancienne, bien que je les avais sentis sur le moment. Le dénommé Cyrille ajouta qu'il n'avait pas vu les combats, selon lui, ils n'avaient pas été retransmis, ce qui était faux puisque tout le concours était rediffusé pour l'ensemble de la région. Il poursuivit sur le fait qu'il savait tout de même que j'avais un Lucario et ce fut à ce moment qu'il remarqua que j'étais très mal à l'aise à cause de ses compliments, si bien qu'il finit par se taire pour reprendre que je n'étais sûrement pas présent pour parler du concours. En réalité, cela ne m'aurait pas dérangé qu'il m'en parle, j'aurais aimé savoir ce qu'il avait pensé des moindres détails de mon numéro, après tout, si je voulais me perfectionner, il fallait bien que j'écoute toutes les critiques possibles venant de n'importe qui. Il semblait faire une fixation sur mon Lucario et je me demandais bien pourquoi. Avait-il remarqué que je pouvais discuter avec lui ? Avais-je laissé tomber ma garde un instant pour qu'il puisse le découvrir ? J'étais persuadé que non, mais la possibilité que ce soit possible me figea littéralement sur place. Je ne voulais pas que quelqu'un apprenne ce secret qui n'appartenait qu'à Futeki et moi !

Sincèrement désolé, j’ai pas pensé que tu pouvais avoir autant de mal à communiquer… Si j’avais vécu ce phénomène de la manière… Je m’en serais rendu compte mieux que ça… Après tout, j’en ai eu du mal à parler aux gens après l’accident… Non, j’aurais dû le voir…

Il était comme moi finalement, à la différence près qu'il avait passé cette période alors que j'étais encore en plein dedans. Toutefois, des détails attisèrent ma curiosité alors qu'il s'inclinait pour me présenter ses excuses. Accident... Cela n'avait jamais été naturel chez lui, il s'agissait d'un traumatisme qu'il était parvenu à surmonter. En étais-je seulement capable à mon tour ? Le destin l'avait-il placé sur ma route pour me permettre de passer à l'étape supérieure ? Je n'en savais trop rien, mais je sentais que je pouvais lui parler sans crainte. Il fallait déjà commencer par faire en sorte qu'il se relève, sinon il allait attirer l'attention des gens et d'autres pourraient me reconnaître et vouloir me poser plein de questions et m'adresser des compliments.

Ne... ne t'inquiètes pas, ce n'est pas toi, c'est juste que... je n'ai pas l'habitude de parler avec les autres. Et puis, Fut... je veux dire, Lucario est quelqu'un de très précieux à mes yeux... du coup, parler de lui me met mal à l'aise. Mais que voulais-tu me dire à son propos ?
avatar
Invité
Dim 25 Jan - 18:35



- Ne... ne t'inquiètes pas, ce n'est pas toi, c'est juste que... je n'ai pas l'habitude de parler avec les autres. Et puis, Fut... je veux dire, Lucario est quelqu'un de très précieux à mes yeux... du coup, parler de lui me met mal à l'aise. Mais que voulais-tu me dire à son propos ?

Je pensais que mes oreilles me jouaient des tours, mais non, Hiroi m'invitait à rester pour savoir pourquoi son Lucario, qui avait visiblement un surnom, m'intéressais autant. Je me redressais et m'assurais que je ne l'avais pas mis trop mal à l'aise, Son mouvement de tête à demi-hésitant trahissait le fait que je l'avais en effet embarrassé, mais qu'il passait outre ce sentiment.

- He bien... Je commençais à lui parler du dojo de l'art ancien, de la griffe, de mon maître et enfin j'en venais à Alron, le Lucario que mon maître avait entrainé lui-même et avait désigné comme mon partenaire pour les entrainements.
Alron était un Lucario assez âgé, mais encore loin d'être sénile, il prenait un malin plaisir à m'envoyer valser à la moindre erreur un peu trop grosse... J'en ai récolté des bleus avec lui. Cependant il essayait aussi de "m'enseigner" l'aura, d'après mon maître il était convaincu que j'avais une immense affinité avec tout cela, il a donc passé des mois à m'apprendre. Maintenant, je peux voir les auras... Mais j'ai besoin d'une astuce pour que ça marche, et ça manque de discrétion... Aussi, rencontrer un Lucario plus jeune me parait un moyen intéressant de voir si je ne pourrais pas m'améliorer.

Je terminais en lui répétant cette phrase que mon maître nous avait lancé, à moi et mes amis le jour de notre départ, « Quoiqu’il advienne, n’oubliez jamais que ces jeunes pokémons que vous avez reçu en ont autant que vous à apprendre du monde. Ils seront vos plus fidèles amis, vos meilleurs alliés et surtout, jamais vous ne devrez les considérer autrement que comme vos partenaires, vos égaux. »Une phrase qui résonnait pour moi avec toujours autant de force, elle symbolisait tout ce que je voulais être.

Je m’arrêtais, comme en suspens dans ma pensée, Puis une idée me vint à l’esprit.
- Je pense pas que nos destination coïcident, ni même les niveaux de nos partenaires, mais… Peut-être que, plus tard, on pourrait voyager ensemble sur un bout de route. Qu’est-ce que tu en dis, on échange nos numéros d’holokits, on garde le contact et on voit si on se revoit. En tout cas, je te soutiendrais pour tous tes concours, je pourrais même les voir sur l’holokit.

J'avais complètement monologué sans m'en rendre compte, comme à chaque fois que je me lançais dans une explication ou une histoire. Je m'excusais de ne pas avoir laissé Hiroi dire quoique ce soit, mais il n'avait pas l'air d'avoir été dérangé par cela.
avatar
Invité
Lun 26 Jan - 20:31



Je ne savais pas trop quoi penser de la scène qui se déroulait sous mes yeux en ce moment. La seule personne, hormis mes parents, qui avait été capable de m'approcher était Virgil, uniquement parce qu'il était mon reflet d'âme, mon jumeau psychologique et qu'ensemble nous pourrions sûrement avancer plus loin que seuls. Certes, il n'était pas à côté de moi et respectait une distance que je trouvais plus qu'acceptable, mais je parvenais à lui parler sans trop de problèmes, il n'y avait que ma timidité qui brisait le rythme de mes phrases avec les hésitations. En réalité, je m'étais chargé de courage pour savoir si mes craintes allaient se justifier, à savoir, s'il savait que je pouvais communiquer avec Lucario sans le moindre problème et que je voyais son aura. Normalement, il ne pouvait pas le savoir, toutefois je devais m'en assurer. Il commença à me raconter son histoire, sa vie au dojo, ses entraînements avec son maître et surtout avec un Lucario nommé Alron. Dès qu'il annonça qu'il récoltait souvent des bleus, je ne pus m'empêcher de sourire en pensant que Futeki aimait aussi me faire réagir assez brutalement je devais l'avouer.

Néanmoins, je me raidis au moment où il déclara qu'il recevait un entraînement pour l'aura, comme quoi il aurait une affinité pour avoir ce don. Si seulement Futeki était présent, il serait en mesure de me dire s'il disait la vérité, non pas qu'il semblait mentir, mais... je pensais être le seul à posséder ce don bien qu'incomplet. Il prétendait voir les auras... Toutes ? Sans exception ? Ah... il avait une astuce, qui n'avait pas l'air d'etre discrète d'après lui... De quoi parlait-il à la fin ? Serait-ce raisonnable de lui poser ouvertement la question ? Ne sentirait-il pas que je cherchais à me renseigner pour ma propre expérience ? Que devrais-je faire ? Il s'agissait d'une chance inouïe de pouvoir en savoir plus, je ne pouvais décidément pas passer à côté ! La suite reprenait les paroles de son maître lors de son départ et je devais avouer que ses mots étaient riches de sagesse et de compréhension. Les humains égaux aux Pokémon. Dresseur et Pokémon unis dans l'adversité jusqu'à ne faire qu'un. Il était évidemment que cela pouvait être interprété de plusieurs manières et, pour moi, c'était exactement le but que chaque coordinateur devait avoir : ne faire qu'un avec son partenaire et donner le meilleur d'eux-mêmes ensemble.

Je pense pas que nos destination coïcident, ni même les niveaux de nos partenaires, mais… Peut-être que, plus tard, on pourrait voyager ensemble sur un bout de route. Qu’est-ce que tu en dis, on échange nos numéros d’holokits, on garde le contact et on voit si on se revoit. En tout cas, je te soutiendrais pour tous tes concours, je pourrais même les voir sur l’holokit.

Bizarre... S'il sortait vraiment d'un pareil entraînement, ses partenaires devaient d'un niveau supérieur au mien, d'ailleurs, il n'était pas impossible qu'il puisse me battre facilement en se servant de son expérience. Futeki serait un adversaire de première catégorie pour lui, mais vu qu'il s'agissait d'un Pokémon qu'il semblait bien connaître, ce n'était peut-être pas une bonne idée de l'envoyer. Après toutes ces informations et ces questions qui donnaient le tournis à mon esprit, je mis un temps avant de réagir à ce qu'il venait de me proposer. Un bout de chemin ensemble ? Une occasion pour moi d'en savoir plus sur sa vision des auras, mais en contrepartie, je devrais lutter continuellement contre ma peur. Le défi était de taille, mais ma curiosité était tellement plus importante que l'appréhension que je ressentais que j'acceptais sans hésiter.

Je serais ravi de pouvoir de nouveau discuter avec toi. Ton histoire m'intrigue et, comme la prochaine fois, mon Lucario sera présent à mes côtés, nous pourrons parler de ça tous ensemble. Je te remercie pour tout, les compliments et la discussion, j'espère te recroiser un jour.

Une fois les salutations terminées et les numéros échangés, je pris congé de lui pour aller dans la salle principale et m'émerveiller une nouvelle fois devant tant de majesté. La soirée n'était pas finie, mais elle avait plutôt bien commencé, il me suffisait juste de ne pas bousculer quelqu'un d'autre et d'éviter d'être... reconnu. Trop tard... Et voilà qu'une autre personne s'avançait vers moi, certainement pour me féliciter pour le concours, tandis que je rétractais ma tête le plus possible entre mes épaules et que mes joues devenaient de plus en plus rouges. Il fallait vraiment que j'apprenne à lutter contre ma peur, c'était indispensable si je ne voulais pas fuir les personnes qui voulaient me voir suite à un concours pour discuter de telle ou telle chose.
avatar
Invité
Ven 30 Jan - 12:05


Nous échangions rapidement nos numéros d’holokit et je voyais Hiroi partir de son côté, enfin je devrais dire essayer de partir, à peine avait-il fait cinq mètres qu’un homme l’abordait après l’avoir reconnu. J’hésitais à aller l’aider, ce côté Chartor qu’il avait en enfouissant sa tête dans ses habits était une preuve qu’il était mal à l’aise, mais si j’allais vers lui pour le libérer de la foule oppressante en train de se former autour du vainqueur du concours…

- Désolé Hiroi… Je n’osais guère faire ce que j’aurais normalement fait, cela m’attirerais des ennuis inutiles. Je m’éloignais donc pour me fondre dans cette foule massive qui composait maintenant le rez-de-chaussée. Ne pas me faire voir par Hiroi est le mieux que je puisse faire pour lui, s’il me voit, je ne sais pas ce que je pourrais faire pour l’aider.

Le temps passait, et rien ne semblait vraiment briser la monotonie qui c’était installée dans mon esprit… Sans doute que ma rencontre avec Hiroi avait un peu trop échauffé mes espoir de rencontrer quelqu’un avec qui voyager. Admettons tout de même que la séparation avec Basile ai été un peu brutale, j’avais tellement couru après coup pour être ici que je n’avais même pas réalisé que je n’étais pas en forme. Sentant mes sentiments monter sans contrôle et les souvenir partir en roue libre je prenais rapidement le chemin du premier étage, cette réplique était tellement exacte que même les chemins dérobés étaient présents, j’atteignais le premier étage en un clin d’œil et trouvais vite un balcon peu exposé.

A ce moment les choses se bousculaient dans ma tête, le plaisir d’avoir une rencontre aussi intéressante que celle d’Hiroi, le fait que Basile ai dû repartir vers Kalos, l’absence de nouvelle des autres, Nico, Benji, Florinne et Coline d’un seul coup je me sentis bien seul, pourtant, j’étais entouré de dizaines de personnes… Et c’est ce moment que les souvenirs choisirent pour s’en méler, mes grands-pères qui n’étaient plus là, moi, loin de chez moi, ma mère seule… Une mélancolie qui ne me ressemblait pas déferlait ainsi dans mon esprit, je regardais alors cette salle d’un autre œil, Yveltal, Darkrai, si leurs légendes m’intéressaient, ce n’était pas par pur plaisir, incarnations du chaos et us malheur, ces pokémons devait présider à quelque chose dans ma vie…

Je ressassais mes souvenirs du haut de mon balcon, me demandant si finalement je n’aurais pas mieux fait de rester avec HIroi, quand mon regard fut attiré plus bas.
Je remarquais deux personnes qui sortaient du lot, un jeune homme en costume peut-être de mon âge ou plus jeune, accompagné par une fille, cheveux blonds, et une robe blanche comme j’en avais rarement vu. Elle était resplendissante vu de là-haut, mais ses mouvement trahissaient une certaine angoisse. Son partenaire en revanche semblait plus à l’aise au milieu de tous ces gens qui se pressaient autour de lui, sans doute un chef ou membre éminent d’une des familles fondatrices.

Après un moment je décidais d’arrêter de me morfondre seul, plus rien ne semblait en passe de se déclencher et je serais tout aussi bien avec Poussifeu, si ce n’est mieux. Je partis du bal, me dirigeant vers le centre pokémon où je m’installais avec Poussifeu pour dormir.

Topic clos.
Contenu sponsorisé


 

[Event] Le bal : des rencontres intéressantes en perpective

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Phrases intéressantes.
» Projet de campagne Blitzkrieg pour personnes intéressées et intéressantes ;)
» des retrouvailles plus qu'intéressante. SaddiePV.
» Abréviations intéressantes
» Des choses intéressantes à savoir!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Reborn :: 
Récré
 :: Bazar :: Archives RP
-
Liens utiles
Guide pour bien débuter
Contexte
Carte
CGU
Fonctionnement
Métiers
Avatar utilisés
Staff et crédit
Partenaires
Top-Partenaire

Facebook