Partagez | .
 

 La descente ce n'est pas toujours plus facile...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Lun 19 Jan - 15:17
Alcea

Messages : 1203

Casier judiciaire
Statut: Citoyen anonyme
Jauge criminalité:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Badtrip
24.11.2020 - 22.12.2020


C
hez certaines personnes, l'activité est vitale, le besoin de bouger, de n'importe quelles manières, pour éviter de penser et fuir une réalité difficile à vivre.

Cela faisait cinq jours que la mission était terminée, le lieutenant Sheffield vous avez donné à Urakami, Vasanta et toi une semaine de repos pour vous remettre de vos émotions, mais je ne peux dire que cela te soit véritablement bénéfique. Depuis ces quelques mois tes émotions ont été mis à l'épreuve, tu avais totalement craqué lorsque tu avais senti Majora te glisser des mains, mettant en jeu ton badge de ranger mais aussi ta liberté avec tes réactions violente et irraisonnée ; tu as été confronter récemment à des phénomènes que ta conscience réfute et dans tout ça, aucune avancé dans tes recherches, aucun indice sur cette organisation que tu traques depuis des années.
Il t'arrivait fréquemment de ne pas donner signe de vie pendant plusieurs jours. Mais au bout des deux, trois jours un collègue ou un supérieur t'appelait et tu te sortais de ta léthargie, et tu donnais une excuse plus ou moins valable pour ton absence. Tu avais une certaine imagination pour ça. Mais cette fois-là tu étais en semaine de repos, personne n'allait s'inquiéter de ton manque de présence.

Une loque, une larve, un déchet, tant de mots pour te décrire en ce moment. Dans un état second, tu étais recroquevillé sous ta couette, perdant toute notion du temps, du monde qui t'entourait, cherchant tout simplement à l'oublier à travers des substances illicites. La situation dans ton appartement était catastrophique, des bouteilles d'alcool et autres déchets jonchant le sol, le bordel ne semblait pas t'affecter et Majora et moi, on devait supporter tes phases d'euphorie et de dépression morbide, livrés à nous-mêmes car tu étais bien incapable de t'occuper de nous. Le kécléon avait l'habitude de se débrouiller pour chercher à manger et je n'avais personnellement pas besoin de me substanter avec de la nourriture physique. Toi par contre, ça faisait deux jours maintenant que tu n'avais rien avalé, faute d'y penser et de toute façon tu n'avais plus rien pour ça. Je devais donc te surveiller, veiller à ce que tu ne décides pas à faire une grosse connerie quand tu redescendais après une prise d'héroïne, vérifier que tu ne me fasses pas une overdose. Tu aurais bien aimé quelques fois, mais il était hors de question que mon jouet meurt sans mon autorisation.

Tu remuais, gémissait sous ta couette, te tournant dans tout le sens dans un sommeil plus qu'agité pour finalement te réveiller dans un monde que tu détestes. Tu étais pâle, un teint maladif, regardant autour de toi pour chercher quelque chose avec inquiétude. Des mots incompréhensibles sortirent de ta bouche, mais que Majora comprit puisqu'il arriva en courant pour se blottir contre toi. Tu l'attrapas dans tes bras, le collant contre ton torse, corps tremblant avant d'émettre des grognements plaintifs.
─ Je me sens pas bien... murmuras-tu dans le vide.
─ Ça t'étonne? Te répondis-je.
Tu ne dis rien de plus, de toute façon tu n'avais pas envisagé d'entamer une discussion, balayant ton regard sur le côté de ton lit pour chercher ce que tu avais en tête.
─ Si tu cherches ton héro', tu l'as fini ce matin.
Tu grommelais avant de te rouler en boule autour du lézard dont la fraîcheur te faisait du bien. C'était toujours assez difficile pour toi d'être en manque, une sensation horrible entre mal-être et douleur.
─ Il reste de la codéine pour la douleur si tu veux... t'es pas un peu exagéré sur ce coup ? J'ai cru que tu n'allais jamais te réveiller !
Encore un son incompréhensible pour exprimer ton mécontentement, mais finalement tu acceptas ma proposition, avalant avec hâte les quelques comprimés que je te donnais. Voyant ton état se détériorant, j'avais pris l'initiative de confisquer tes drogues le temps que tu redeviennes toi-même, de toute façon tu aurais été incapable de faire preuve de violence pour les récupérer. Tu te réfugias sous tes draps en attendant que ça passe. C'est à ce moment-là que ton téléphone sonna.

Tu répondais rarement pendant tes périodes de toxicomanie, même si pour toi un appel voulait signifier qu'il était peut-être temps de bouger. Mais là, tu n'avais pas vraiment le choix. Tu avais tendu ton bras vers ton holokit et avais vu que c'était la ranger Sheffield, et avec elle, il valait mieux décrocher. Conscient que c'était plutôt risqué, je t'arrachai le téléphone des mains pour couper ton hologramme et décrocha pour avoir le message.
─ Bonjour ranger Kishgal, j'espère que vous profitez bien de vos jours de congé car, le 31 vous êtes demandé à Talma en tant que surveillant du bal. J'espère que vous ne comptiez pas fêter la nouvelle année . En tout cas si c'était le cas, vous n'avez plus qu'a annulé. C'est l'occasion pour vous de rattraper vos bourdes passées. Ah et, tenue correcte exigée et ... Veillez à ce que vos pokémons ne foutent pas le bordel.
Évidemment, la punition pour tes erreurs professionnelles devaient bien tomber un jour, et ce fut une mission chiante et non négociable. Mais il ne fallait pas s'en plaindre, cela aurait pu être bien pire. Maintenant, il fallait que tu répondes et ce n'était pas gagné. Je m'approchais donc de toi, holokit en griffe.
─ Alice, il faut que tu répondes, c'était Sheffield, pour une mission dans moins de deux mois.
Tu gémis, m'ignorant complètement, tu n'avais pas l'air de saisir mes propos. Je m'énervai, sautant sur toi pour arracher la couverture. Tu crias de stupeur avant de me donner un coup de poing qui me fit rouler jusqu'au mur d'en face devant les yeux effarés de Majora. Je grinçai des crocs, puis revenant à la charge, je t'attrapai les cheveux, le tira vers le bas pour que tu me regardes, ignorant des plaintes.
─ Je fais de mon mieux pour que personne n'apprenne que tu es un putain d'héroïnomane ce qui risquerait fortement de compromettre ta carrière, donc la prochaine fois que tu me frappes alors que j'essaye de t'aider tu pourras aller te faire foutre !
Tu ne dis rien, sentant bien que tu étais en tord sur ce coup.
─ Bien, maintenant tu vas répondre à ce message. Tu vas juste répondre "message reçu" et essayes d'être un minimum clair.
Tu acquiesças, j'aimais bien quand tu faisais ce que je disais, on aura dit un petit toutou docile. J'activais donc la messagerie et tu dis les deux mots que je t'avais demandé de répéter, de façon assez audible malgré un léger ton fatigué. Après ça, tu retournas sombrer, serrant les dents le temps que tu redescendes complètement.

Tu mis deux bonnes semaines avant de te remettre dans ta phase de toxicomane dépressif. Trois jours après l'appel, tu t'étais précairement sevré de l'héroïne à coup de pilule de codéine et de cocaïne pour être plus ou moins opérationnel pour reprendre ton travail ; cependant, tu restais toujours fatigué et neurasthénique. Pendant ces quinze jours, tu ne fis que rester au labo à traiter les échantillons que te ramenaient les autres rangers de leurs scènes de mission afin de les aider dans leurs enquêtes. C'était répétitif, chiant, mais ça ne te prenait pas la tête et te permettait de faire un travail sans à avoir à réfléchir.
Finalement, tu finis par reprendre ton rythme de vie. Tu rendis ton rapport de la mission fait avec Wissel, un dossier de plusieurs pages, écrit avec une rigueur scientifique dans lequel tu t'étais perdu pour occuper ton esprit. Tu n'avais rien omis à part la raison de ta panique, c'était trop personnel pour le préciser et s'il y avait commentaire à dire, tant pis.
Jusqu'au bal, tu fis d'autres missions en solitaire, bénigne et ennuyeuse uniquement pour remplir ton compte en banque. Le mois ne fut guère très palpitant.

Le vingt décembre, tu décidas de partir à Talma, tu devais t'y rendre pour la sécurité du bal de fin d'année, mais tu devais y être plus tôt pour les préparatifs. De plus tu avais soudainement voulu voir un peu les festivités qu'ils y avaient lieu avant et je préférai nettement que tu profites des quelques jours de libre avant ta mission à te chopper un rhume à Talma que de te voir comater dans ton lit.
Enfin ton départ fut quelque peut laborieux. Faire ton sac fut rapide, mais découvrir que ta moto était en panne te mit de mauvais poil. Il fallait changer le carburateur et aussi les pneus. Tu l'apportas donc au garage pour acheter les pièces adéquates et fis les réparations, trop peu confiant pour laisser Christine entre les mains d'inconnus.
Finalement, tu réussis à partir deux jours plus tard.



Moderation's time !

→ Achat d'une moto : 18.000 P$.
→ Déplacement jusqu'à Talma en moto.

Merci ! ♥






Dernière édition par Alice J. Kishgal le Ven 23 Jan - 0:11, édité 2 fois
avatar
Mar 20 Jan - 19:51
PNJ MJ

Messages : 2505

Voir le profil de l'utilisateur
Vous achetez une moto pour 18.000 P$ [Utilisation 5/5]
Veuillez l'ajouter dans votre inventaire avec le nombre d'utilisations restantes.

Vous roulez jusqu'à Talma. [Utilisation 4/5]


 

La descente ce n'est pas toujours plus facile...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» C'est toujours plus facile de dire au revoir en s'amusant [Fe]
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]
» L'assassin revient toujours sur les lieux du crime. Diantre, qu'on l'arrête!
» On n'a pas toujours besoin d'un plus petit chez soi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Reborn :: 
Récré
 :: Bazar :: Archives RP
-
Liens utiles
Guide pour bien débuter
Contexte
Carte
CGU
Fonctionnement
Métiers
Avatar utilisés
Staff et crédit
Partenaires
Top-Partenaire

Facebook