Partagez | .
 

 [Event] Le tournant d'une vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Ven 30 Jan - 0:39
Kawada Ranger

Messages : 1083

Casier judiciaire
Statut: Citoyen anonyme
Jauge criminalité:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur

550 de large
Le tournant d'une vie

100x100

Ft.

Aojima Akito
100x100

Our Story.

31.12.2020 - Alcea - Route 14 - Talma
100x100

And...




Affronter
Il ne restait que quelques heures avant le bal, tout le monde se préparait pour la soirée qui allait se dérouler. Quant à moi, je regardais blasé, ma mère et ma grand-mère se crêper le chignon sur la tenue que j’allais porter pour la soirée. Évidemment mon opinion n’était certainement pas la bienvenue… À croire qu’elle se sentait bien plus concernée par ces fiançailles que moi et cela ne renforçait que davantage la pression qui m’habitait, constatant l’importance de l’évènement qu’était le mariage arrangé. Le fait de ne pas savoir ce qui allait se passer lors de cette rencontre m’apeurait le plus. Cela faisait des années que je n’avais pas vu Akito Aojima, bien sûr j’avais vu sa photo publiée dans les journaux depuis sa succession, mais j’ignorais totalement quel homme il était, ni même ce qu’il pensait de tout cela, j’avais entendu dire que c’était nos mères qui c’étaient arrangés entre elles, alors on avait dû également lui imposer cela. Mais surtout… Si je devais à présent passer le restant de mes jours avec lui, comment allait-il réagir lorsqu’il apprendrait l’existence de ma maladie ? Lorsque Rei lui ferait face ? Devrais-je lui dire ? Mais comment ? Quand ? Je n’allais tout de même pas lui dire comme ça de but en blanc… Si je faisais tout capoter en lui apprenant de la mauvaise manière, mère serait sans doute très en colère et je n’ose même pas imaginer grand-mère si cela arrivait, je pourrais dire adieu à la condition que j’avais réussi à imposer.

Les deux femmes c’étaient enfin décidées sur une robe blanche faites sur-mesure, heureusement parce que j’en avais assez des essayages, de changer toutes les deux minutes de tenue. Et à vrai dire cette robe me satisfaisait aussi, car même si les épaules étaient découvertes, les avants bras étaient couverts par des espèces de manches détachés de la tenue. Au moins on ne verrait pas toutes mes cicatrices, du moins celle que Rei c’était faite elle-même à l’hôpital psychiatrique…

Le temps qu’elles soient sûres de leur décision il était temps de partir pour la salle de spectacle. C’était bien avant l’heure de l’ouverture, mais les familles fondatrices y avaient accès bien avant et avaient même accès aux loges pour se préparer. Même si je ne trouvais pas cela bien utile, autant faire comme tout le monde et se préparer tranquillement chez soi, mais mère ne l’entendait pas de cette oreille, me confiant aux soins de domestiques présentent dans la loge pour me préparer pour la soirée.

{ www }


Je dus retourner aux loges, ma pince tenant mes cheveux était tombée car mal mise, due à mon empressement, je m’excusai auprès de la jeune femme qui s’occupait de moi, heureusement celle-ci fut compréhensive et réarrangea ma coiffure. Je soupirai, j’étais déjà un peu plus détendu après avoir vu Kazuo. Avant de me laisser partir, l’employée vérifia mon maquillage, car évidemment, on m’en avait mis un peu malgré mon mécontentement. Heureusement on ne me mit que des choses assez discrètes.

Maintenant prête, je sortis de la pièce en remerciant employés de la famille, avant de rejoindre ma mère qui me souhaita toute de même bon courage avant de me montrer le point de rencontre qui était dans un endroit plutôt isolé de la salle. Je déglutis avant de prendre mon courage à deux mains et de m’avancer vers le ranger. Heureusement on m’avait épargné les talons, je portais que de simples ballerines blanches au moins je ne me ramasserais pas ridiculement sur le sol à un moment si important. Maintenant devant lui, je ne pus cacher ma nervosité, mais dans les règles de l’art, je me présentais tout en exécutant une légère courbette.

« Bonsoir, je suis Kawada Mei, cela faisait longtemps M. Aojima. »

Après tout, sans doute ne me reconnaîtrait-il pas du premier coup d’œil, depuis le temps, surtout que je m’étais teint les cheveux depuis…
© Narja - Never-Utopia




avatar
Mer 11 Fév - 13:44
Famille Aojima

Messages : 786

Casier judiciaire
Statut: Citoyen anonyme
Jauge criminalité:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Les doigts longs et fins de cette femme lui avaient toujours paru si forts. Qu'importe leur douceur, l'élégance de de leurs ongles manucurés et la délicatesse de cette peau fine et claire, ces mains s'étaient toujours montrées fermes, robustes en toutes circonstances. Comme chacun aimait à le dire : le gant de velours, la poigne de fer. Toujours.
Mais du fer, aujourd'hui, que restait-il ? Sous l'épiderme pâle, les articulations semblaient grincer. Quelques nervures infimes, légèrement bleuies par l'âge remontaient des poignets sur les os fins menant aux jointures. Un tremblement imperceptible animait ces doigts, tout affairés qu'ils étaient. Nervosité, vieillesse, et une grande lassitude. C'est ce qui s'échappait de ces mains, à présent.

Akito observa sa mère en silence, ses yeux gris emprunts d'un soupçon de nostalgie et de tristesse lorsqu'il accepta de la laisser jouer ce rôle sans consistance auquel elle s'évertuait à coller en cette soirée particulière. Kanae chercha une fois encore à ajuster le nœud de cravate qui ceignait le col de son fils. Une fois encore, ses mains tremblèrent, et elle peina à redresser le tissu, à le resserrer, comme si la force lui manquait. Ses yeux bleu gris, concentrés derrière ses lunettes élégantes, balayèrent le costume du jeune homme duquel elle chassa quelque grain de poussière invisible avant de poser ses paumes sur les épaules du garçon.
Le ranger se mordit discrètement la lèvre inférieure en sentant la faiblesse de cette poigne. Ce n'étaient pas là les mains fermes de sa mère, non, mais celles d'une inconnue. Kanae Aojima n'était plus cette femme qui déployait ses charmes avec tant de facilité quand elle entrait dans une pièce bondée, attirant aussitôt l'attention de tout un chacun. Ce n'était plus cette femme forte et digne qui brillait au bras de son mari, cette entité qu'ils formaient tous deux, ce couple puissant, autoritaire et aimant. Elle n'était plus... qu'une vieille dame. Une simple vieille dame perdue et angoissée.

"Hum. Tu aurais dû passer ce costume plus tôt, Akito." remarqua-t-elle d'une voix qui se voulait dure, mais se mua plus volontiers en un soupir contrarié. "Le pli aurait déjà pris, et je ne tiens pas à ce que tu ais l'air d'un clown en allant rencontrer la petite Kawada."

Le jeune homme hocha la tête, cherchant inconsciemment à ne pas troubler sa mère plus que de raison. Il écouta ses remontrances, comme un discours obligatoire, rébarbatif, inconsistant. Comme si les choses ne pouvaient se passer autrement.
Akito essaya d'imaginer la façon dont la scène se serait déroulée quelques années auparavant. Il revoyait cette femme, pleine de vie, lui dicter sa conduite avec un brin d'humour, le conseiller avec un sourire en coin et quelques allusions détachées sur la beauté de sa fiancée. Il aurait voulu la revoir ainsi, une mère un peu espiègle, mais seulement avec lui.

"Ne vous en faites pas, mère." dit-il enfin, coupant court à ce dialogue sans but. "Tout va bien se passer."

Ses propres mots sonnaient exagérément vides, mais il ne savait pas quoi dire de plus. Quelque chose était rompu entre sa mère et lui. Quelque chose de lointain, profondément enfoui. Il doutait de pouvoir un jour reforger ce lien, le déloger au plus profond de l'esprit affaibli de cette femme. Mais en attendant, la seule chose qu'il pouvait faire, c'était faire semblant.

~ ♫ ~

L'angoisse de sa mère avait déteint sur lui. Akito, le regard perdu dans le liquide ambré de sa coupe de champagne, attendait patiemment le grand bouleversement que prévoyait sa vie. Les portes du bal s'étaient ouvertes depuis peu, mais personne n'était venu le déranger. Grâce à l'annonce publique, chacun savait. On leur avait réservé un coin tranquille, maintenu légèrement en retrait par les imposantes tables chargées de nourriture. Près d'un rideau bleu nuit, adossé à la fenêtre, le jeune homme répétait en silence les compliments, salutations et thèmes de conversation qu'il était censé aborder au court de cette soirée, avec sa fiancée.
Il portait un élégant costume sombre sur une chemise bleutée. Sur le revers de sa veste, l'écusson de sa famille était brodé. Akito n'aimait pas cette tenue, ce pantalon parfaitement taillé, ces chaussures droites et brillantes qu'il portait pour la première fois aujourd'hui et qui le faisaient déjà souffrir.
Il ne pouvait plus reculer à présent. Cette soirée était arrivée si vite...

Une jeune fille blonde s'approcha finalement de lui. Elle portait une jolie robe blanche que le ranger remarqua du coin de l’œil, l'obligeant à redresser le menton. Elle exécuta une révérence millimétrée, et Akito ne la reconnu que lorsqu'elle se présenta :

"Bonsoir, je suis Kawada Mei, cela faisait longtemps M. Aojima."

Le garçon s'empressa de reprendre son rôle, chassant l’appréhension pour ne laisser sur ses traits que la dignité froide et sereine qu'on lui connaissait. Il posa sa coupe sur le rebord de la fenêtre, et salua à son tour, attrapant doucement la main de Mei sans la quitter des yeux. À peine eut-il fait ce geste que le jeune homme rougit, s'efforçant de ne pas détourner le regard comme il l'aurait toujours fait. La douce chaleur de cette peau contre la sienne le fit frémir, et le joli visage aux traits délicats qui l'observait plongea son esprit déjà égaré dans une tension frénétique qui n'avait pas sa place ici.

"... Très longtemps, en effet. Veuillez m’excuser si je ne vous ai pas reconnue. Cette couleur de cheveux vous va à ravir."

Sa mère n'était pas partisane du baise-main, aussi le jeune homme se contenta-t-il de serrer légèrement celle de sa compagne avant de se redresser. C'était par ailleurs tout ce qu'il pouvait lui offrir. Parler à une demoiselle était déjà une épreuve en soit, pour le garçon timide qu'il était.
"Nous y voilà" songea-t-il. À présent, c'était à lui de diriger. À lui de faire bonne impression. On ne lui présentait pas Mei Kawada dans l'espoir qu'un lien se tisse entre eux pour qu'il en naquît une union. Non. Ils étaient en cette soirée face à face, sans choix possible de reddition. Ils étaient promis l'un à l'autre, et tout le temps qu'ils passeraient ensemble à présent ne serait que le parcours calculé et précis de la grande pièce jouée par leurs familles. Elle était elle, il était lui, et en cette soirée festive, ils étaient les jeunes fiancés destinés à relier deux puissantes familles.

Il inspira profondément, calmant les battements effréné de son cœur secoué par la proximité de sa future compagne. Tout se jouait dès maintenant, et s'il s'embourbait dans cette stupide timidité, jamais ils ne pourraient être à l'aise en présence de l'autre.

"J'espère que tous ces préparatifs ne vous ont pas trop épuisée ?" reprit-il de sa voix basse, vibrant légèrement sous la tension qui l'habitait, avant d'ajouter, curieux : "Je pensais croiser votre frère à vos côtés. Si mes souvenirs sont bons, vous ne le quittiez que rarement à l'époque où nous nous sommes croisés."




Dernière édition par Akito Aojima le Jeu 26 Mar - 10:24, édité 1 fois
avatar
Mar 3 Mar - 19:06
Kawada Ranger

Messages : 1083

Casier judiciaire
Statut: Citoyen anonyme
Jauge criminalité:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur

550 de large
Le tournant d'une vie

100x100

Ft.

Aojima Akito
100x100

Our Story.

31.12.2020 - Alcea - Route 14 - Talma
100x100

And...




Combattre
Je le sentis délicatement attraper ma main, je me redressais, j’étais quelque peu surprise, il fallait dire que je n’étais pas à mon aise. Pourquoi fallait-il que je porte une robe… La tenue que j’avais portée au réveillon de Noël ne suffisait-elle pas ? Bon certes, elle faisait bien plus masculine, mais au moins, peut-être que j’aurais été un peu plus détendu. Non, je me donnais des excuses, cela n’aurait rien changé, qu’importe la tenue que je portais, ce simple contacte me fit rougir malgré mes tentatives pour me ressaisir, ceci n’était pas du tout mature de ma part ! Je levais la tête, me forçant à le regarder dans les yeux, me rendant compte que j’étais minuscule à côté de lui. Je commençais à être intimidé et ses yeux d’un acier perçant ne faisaient que renforcer ce sentiment que j’avais, je n’étais qu’une gamine à côté du ranger et malgré tout, je recevais des éloges. Je rougissais, enfin je supposais, je sentais mes joues légèrement chauffer, j’avais détourné le regard en l’espace d’une demi-seconde, mais je me repris bien vite fort heureusement.

« J-… Je vous remercie. »

Aïe, une hésitation, cela n'allait pas du tout ! Je tenais une de mes mèches de ma main libre comme pour vérifier que tout était bien réel. Après tout, ce n'était pas moi qui m'étais teint les cheveux en premier lieu, mais j'avais finalement gardé ce style. À ses derniers mots, je jetais un regard derrière mon épaule en direction de Kazuo que l'on voyait au loin en train de s'enfiler des coupes de champagne les unes après les autres. Je reposai finalement mes yeux vers le ranger, lui adressant un petit sourire nerveux.

« Je vous remercie pour votre sollicitude, non je vais bien, on m’a très bien encadrée. Haha, j’aurais bien aimé, en effet que Kazu-n… Que mon frère soit à mes côtés, mais… »

Je rejetais un coup d’œil derrière moi, Kazuo avait manifestement l’air d’une humeur massacrante…

« Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée de le mêler à tout cela… Et puis, mère et grand-mère aurait été contre. »

« L'époque où nous nous sommes croisé », une lointaine époque dont je me souvenais à peine, mais, je n'en avais que de bons souvenir, après tout, c'était avant que tout ne parte en vrille dans notre famille. Je les gardais précieusement en moi, souhaitant parfois secrètement pouvoir revenir à ces jours paisibles où nous étions tous réunis et heureux... Bien que ma rencontre avec l'héritier Aojima reste très floue.

Bon, je n'allais pas le laisser diriger la discussion durant toute la soirée, il était peut-être aussi mal à l'aise que moi après tout, enfin j'étais bien plus immature que lui, alors j'étais sans doute la seule à me prendre la tête sur la situation. Dans tous les cas, la passivité était quelque chose reprochée chez les Kawada. Le regardant à nouveau droit dans les yeux, je lui adressais un sourire, montrant malgré tout légèrement ma nervosité. Je ne souhaitais qu'une chose, pouvoir prendre une inspiration afin de calmer mon rythme cardiaque qui battait à tout rompre, chose qui m'était impossible, faire une chose pareille serait bien trop voyant. Je devais faire avec cette désagréable sensation que mon coeur allait me lâcher à tout moment.

« On m’a dit que vous aviez poursuivi votre formation de ranger dans la région de Rhode ? Hm, puis-je vous demander comment était-ce là-bas ? J’ai entendu dire qu’il s’agissait d’une région assez particulière. »
© Narja - Never-Utopia




avatar
Ven 27 Mar - 10:29
Famille Aojima

Messages : 786

Casier judiciaire
Statut: Citoyen anonyme
Jauge criminalité:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Akito n'était vraiment pas à l'aise dans son costume, n'importe qui aurait pu s'en apercevoir. Tanguant légèrement d'un pied sur l'autre, sourcils froncés, regard bas, le jeune homme se voyait confronté une fois de plus à une situation qui lui échappait. Lui qui pourtant, quelques mois plus tôt, était encore un modèle de sang-froid et d'autorité, un élève méthodique auquel on accordait une prise en main parfaite dans l'hostilité d'une région étrangère.
Le fils Aojima s'était fait connaître au sein des rangers comme un novice plein d'avenir, consciencieux et sûr de lui, un futur élément capable de faire face à n'importe quelle situation. Même lorsque son Dynavolt avait été abattu au cours d'une mission, le garçon avait trouvé la force et la maîtrise d'aller jusqu'au bout.
Pourquoi, alors, depuis qu'il avait remis les pieds sur Alcea, Akito sentait-il sa vie lui échapper ? Ces fiançailles précipitées en étaient-elles la seule raison ? Et la jeune Mei, ressentait-elle la même chose ? Certainement, et tu ne fais rien pour arranger les choses ! se gronda silencieusement l'aristocrate en tâchant de reporter son attention sur le moment présent.

Mei avait lancé un regard incertain en arrière tout en lui répondant. Le ranger aperçut le garçon qu'il reconnut comme son frère, se tenant à l'écart un peu plus loin. Il n'avait pas un très bon souvenir de leur rencontre. Kazuo l'avait quelque peu effrayé, il ne savait même plus pourquoi. Mais par la suite, ils avaient joué tous les trois, et tout s'était arrangé. Enfin, à présent qu'il y réfléchissait, ses paroles étaient totalement idiotes ! Que ferait le frère de sa fiancée à leurs côtés, alors que leurs parents tentaient de faire naître en eux quelque sentiment grâce à cette fastueuse et désespérément ennuyeuse cérémonie ? Ce rendez-vous arrangé déroutait d'autant plus Akito pour son côté officiel noyé d'intimité. Il avait la désagréable impression d'être l'un de ces affreux acteurs de télé-réalité, qui se donnait en spectacle aux yeux de tous. Les regards appuyés qu'on leur lançait parfois ne lui avait pas échappé, même s'il tentait de ne rien laisser paraître, de rester digne et droit. Il en venait même à se demander s'il tiendrait la soirée à jouer ce rôle qui était pourtant le sien.
Faisant mine de nouer ses mains dans son dos, le ranger en profita pour essuyer discrètement la sueur qui commençait à rendre ses mains moites. Il devait se ressaisir !

" On m’a dit que vous aviez poursuivi votre formation de ranger dans la région de Rhode ? Hm, puis-je vous demander comment était-ce là-bas ? J’ai entendu dire qu’il s’agissait d’une région assez particulière."

Akito dut dissimuler un soupir de soulagement. Il remercia la jeune fille intérieurement pour avoir la bonne idée de détourner la conversation vers un sujet qu'il maîtrisait, et qu'il avait même un certain plaisir à évoquer. Il reporta ses yeux orageux sur le visage de Mei et croisa son regard, ce qui lui fit bien malgré lui monter le rouge aux joues. Mais qu'avaient donc les jeunes filles à dévisager ainsi les hommes sans retenue, avec leurs grands et jolis yeux ?!

"C'est-c'est... C'est exact" bégaya-t-il, se raclant la gorge avant de continuer. "J'y ai passé deux années en apprentissage. Et je ne vous cacherai pas que le dépaysement était total. Les lois en vigueur ne sont pas les mêmes et la criminalité y est exacerbée. Elle fait même partie de la vie courante. On n'y trouve pas un seul pokémon sauvage, et les pauvres créatures sont victimes d'un commerce souterrain fermement ancré dans la région. Mais... pardonnez-moi, tout cela est un peu ennuyeux..."

Il se frotta la nuque, plus incertain que jamais, mais aussi déterminé à continuer sur le sujet pour lui permettre de se redonner suffisamment de contenance. Il devait juste aborder les points qui, d'après lui, plairaient à une jeune personne de bonne famille.

"Rhode est une zone très sèche, et aux températures élevées. La plupart des villes constituent des oasis au milieu de plaines désertiques, je n'avais jamais vu ça ailleurs. Malgré tous ses lourds défauts c'est une région qui peut s'avérer fascinante."

Terminant ses paroles par un léger sourire, Akito sentit qu'il se détendait un peu. Parler de son travail lui avait permis de chasser une grande partie de sa gêne. Et même s'il se sentait un peu triste de ne pas avoir Trevor ou même Cooper à ses côtés, il se savait à présent un peu mieux armé pour affronter la soirée. Du moins, si la pauvre Mei se sentait le courage de l'écouter parler de tout cela en y trouvant un quelconque intérêt...


avatar
Mar 7 Avr - 16:49
Kawada Ranger

Messages : 1083

Casier judiciaire
Statut: Citoyen anonyme
Jauge criminalité:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur

550 de large
Le tournant d'une vie

100x100

Ft.

Aojima Akito
100x100

Our Story.

31.12.2020 - Alcea - Route 14 - Talma
100x100

And...




Apprendre
Je sentais de temps en temps tous ces regards posés sur moi. À Johto, même si le nom Hasegawa avait une certaine influence, j’avais fini par oublier l’importance de mon second nom de famille qui était celui des Kawada. Je m’étais habituée à être une existence insignifiante aux yeux de tous, y compris de ma propre famille. À présent, j’étais le centre d’attention, je regrettais même d’être de ne plus être invisible. Je ne pouvais plus qu’espérer que Rei resterait un minimum tranquille si elle se montrait. Après tout personne d’autre n’était au courant mise à part ma famille proche et j’imaginais très bien qu’ils souhaitaient garder cela pour eux, car, que diraient les gens s’ils apprenaient qu’une des membres de la branche principal de la famille fondatrice Kawada et même sans doute bientôt des Aojima était « folle ». Non, si cela se savait il n’y aurait même pas de fiançailles. « Fou », « Folle », « Taré », si les gens considéraient les personnes atteintes de maladies mentales ainsi, alors c’est ce que je suis certainement, ce qui ne reflétait pas vraiment une bonne image dans la société.

Néanmoins, le récit du chef Aojima avait réussi à me changer les idées. Je m’étais récemment découvert une nature curieuse du monde. Sans doute parce que je me sentais plus libre malgré les obligations familiales, car même si j’étais à présent enchaîné à la famille Aojima, j’avais réussi à négocier une condition, je pouvais maintenant explorer ma région natale librement et peut-être même pourrais-je aller de l’autre côté de la montagne.

« Oh non, ce n’est pas ennuyeux du tout ! A vrai dire, je ne connais pas grand-chose du monde, c’est à peine si je connais ma propre région natale… »

J’étais un peu honteuse de cela, je souriais nerveusement, je me maudissais de ne pas avoir suivi les cours de géographie et même d’histoire à l’époque du collège, même Rei devait en connaître plus que moi sur la région d’Alcea. Certes petites je voyageais très souvent avec ma famille pour les vacances, mais je n’en avais gardé que peu de souvenirs et depuis j’avais déménagé à Johto, dont je n’avais pas vraiment eu d’occasions de sortir de la ville où je vivais. Mes connaissances s’étendaient donc à Talma et Domuraille, et un petit peu l’île de Runya où j’étais allé lors des festivités d’Halloween, j’avais également passé quelques jours à Hopa… Le reste du temps, Rei était aux commandes si je puis dire.

« Je veux bien vous croire. Pas de Pokémon sauvage vous dites . Cela semble curieux. Y a-t-il une cause particulière à cela ? »

Ma curiosité m’avait détendu, j’espérais cependant ne pas trop l’embêter avec cela, mais le sujet semblait l’inspirer pour le moment, du moins c’est ce que je pensais. De toute façon il nous fallait bien un sujet de discussion qui nous aille à tous les deux. Je continuais à soutenir son regard comme je le devais, de toute façon nous étions à coup sûr surveillés…
© Narja - Never-Utopia




avatar
Sam 11 Avr - 11:07
Famille Aojima

Messages : 786

Casier judiciaire
Statut: Citoyen anonyme
Jauge criminalité:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur



"Oh non, ce n’est pas ennuyeux du tout ! A vrai dire, je ne connais pas grand-chose du monde, c’est à peine si je connais ma propre région natale…"

Lorsque la jeune fille prononça ces paroles, Akito ne put s'empêcher d'afficher sa surprise. Pourtant, après quelques secondes de réflexion, le jeune homme hocha la tête. Evidemment, il avait quitté le confort de la noblesse depuis bien trop longtemps, sinon ce genre de réponse ne l'aurait pas surpris. Les jeunes femmes de bonne famille étaient souvent maintenues loin du monde extérieur. Certains jeunes hommes aussi d'ailleurs. Les clans préféraient souvent que leurs rejetons voient leurs pensées complètes, leurs intérêts, et même leur vie tourner intégralement autour de leur domaine et des affaires familiales.
Il avait soudain l'impression de se pavaner devant Mei en lui faisant miroiter un monde extérieur qu'on lui avait peut-être refusé, ce qui lui fit de nouveau monter le rouge aux joues et baisser les yeux. Ce n'était pas vraiment son style, mais après tout, il ne s'était pas rendu compte que son assurance pourrait passer pour de l'orgueil.

Néanmoins, sa compagne ne parut pas particulièrement offusquée de son attitude, ni même lui en vouloir. Elle sourit simplement, et chercha même à continuer la conversation, comme si le sujet l'intéressait réellement. C'était peut-être bien le cas, et s'il en était ainsi, Akito se trouvait peut-être face à une situation moins compliquée que celle à laquelle il s'était attendu. Si Mei partageait certains de ses centres d'intérêt, peut-être que leur union ne lui causerait pas de tort après tout.

"C'est le commerce lié à la criminalité qui a terminé de dépeupler Rhode de sa faune. Mais elle n'était déjà pas vraiment développée, le climat n'offre pas beaucoup de possibilités aux êtres vivants."

Il se sentait le cœur plus léger, et parvint même à afficher un nouveau sourire, plus sincère cette fois-ci. La jeune fille avait beau ne pas le quitter des yeux - ce qui le mettait immanquablement mal à l'aise - sa franche curiosité plaisait au ranger, et lui permettait de soutenir son regard pour le moment.

"Si vous le souhaitez..." reprit-il avec un peu moins d'assurance, cette fois-ci. "Nous pourrions voyager un peu... lorsque tout cela sera terminé. Les... les cérémonies, et..."

Et voilà que le jeune homme bafouillait à nouveau, incapable de prononcer le mot "mariage", ou d'y faire allusion avec plus de détails. S'éloigner un peu de tous ces arrangements, de toute cette effervescence lui ferait le plus grand bien.


avatar
Lun 13 Avr - 23:49
Famille Kawada

Messages : 2339

Casier judiciaire
Statut: Citoyen louche
Jauge criminalité:
26/100  (26/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Et on se tape l'incruste !.
31.12.2020 - Talma
Raah putain … Cette soirée m'emmerde et en plus, j'ai finis ma bouteille de vodka que j'avais planqué dans mes affaires ! Sérieux … Y'a rien à se foutre sous la dent, c'est frustrant … Jetant la bouteille vide dans une poubelle qui se trouve non loin de là, je fis demi tour et retourne vers le bâtiment où a lieu le bal et rentre sans le moindre problème. Mains dans les poches je m'enfonce dans la foule après avoir prit une grande inspiration, la chaleur commençant à monter alors que j'attrape un verre en passant près d'une table. Je sens que l'alcool commence doucement à monter mais, quelle importance ! J'ai rien de mieux à faire de toute manière que me bourrer la gueule et essayer d'esquiver les discussions barbantes et gloussement pitoyable de la part des donzelles bien trop maquillé et vêtu tel des poupées. Ce que je méprise ce genre de soirée …

Balayant du regard la salle, je finis par repérer ma sœur au bout d'un moment en train de discuter, avec qui ? Regardant mieux je distingue un homme, ah ouais … Elle devait rencontrer le fils Aojima, c'est vrai … Observant de loin le pseudo couple, mes jambes finirent par me faire avancer jusqu'à eux, verre à la main. Arrivant derrière ma sœur, je passe un bras autour de son cou avant de m'exclamer joyeusement, un large sourire aux lèvres.

« Hey Mei ! J'espère que tu vas bien et que tu profites bien de la soirée ! »

Portant ensuite mon regard vers le brun plus grand que moi, gardant mon sourire figé sur mon visage, je ramène mon verre jusqu'à mes lèvres, buvant une gorgée du nectar carmin qui se trouve à l'intérieur avant de retirer mon bras d'autour de ma sœur pour la tendre vers le type.

« Vous devez être Aojima Akito non ? Cela fait longtemps que nous ne nous sommes pas vu ! Je suis Kawada Kazuo, le frère de Mei. »

Code © N3m0







Dernière édition par Kawada Kazuo le Jeu 2 Juil - 0:51, édité 3 fois
avatar
Ven 19 Juin - 22:24
Kawada Ranger

Messages : 1083

Casier judiciaire
Statut: Citoyen anonyme
Jauge criminalité:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur

550 de large
Le tournant d'une vie

100x100

Ft.

Aojima Akito & Kawada Kazuo
100x100

Our Story.

31.12.2020 - Alcea - Route 14 - Talma
100x100

And...




Converser
La région de Rhodes semblait être une région tellement différente d’Alcea ou de Johto, elle me faisait un peu penser à ce que l’on m’avait dit de Scilla, région voisine à la nôtre avec qui nous avions d’ailleurs pas mal de désaccords malgré la trêve qui s’était installé entre les deux régions. Je ne connaissais pas vraiment les détails, car je ne m’intéressais pas tellement aux conflits politiques, bien que d’après mère il était nécessaire que je m’informe sur ce qu’il en était, en vue de ma future position… Bon, s’il en était ainsi, je m’y prêterais, même si tout cela était précipité je n’avais pas vraiment envie d’être un poids lourd pour les Aojima.

Cette discussion m’avait d’ailleurs fait oublier tout cela, les fiançailles, mes obligations, cette rencontre était pour moi devenu un simple échange fort intéressant entre deux connaissances. Enfin, c’était avant que l’on me ramène à la réalité, suite aux dernières paroles de l’héritier qui avait l’air d’être aussi gêné de moi, je sentie mes joues se chauffer, elles avaient sans doute viré vers une couleur pivoine, je détournais légèrement le regard avant de bégayer.

« J-J-J’en serais rav- »

Je n’eus pas le temps de terminer cette phrase qui était sans doute trop basse pour avoir été entendu. Je sentis soudainement un bras passer autour de moi, ce qui me fit légèrement sursauter, je poussais un soupir de soulagement lorsque je constatai qu’il s’agissait de mon frère.

« Kazu-nii ? Tu m’as surprise, oui je vais bien, ne t’inquiète pas. »

Son intervention m’avait détendu, je le voyais à présent aller se présenter auprès de l’héritier des Aojima, après tout c’était normal… Je crois ? Il se comportait assez amicalement, je venais à me demander s’il avait finalement accepté la décision de notre mère.

« Et toi Kazu-nii ? Comment se passe ta soirée ? »
© Narja - Never-Utopia






Dernière édition par Hasegawa K. Mei le Ven 26 Juin - 5:26, édité 1 fois
avatar
Jeu 25 Juin - 21:46
Famille Aojima

Messages : 786

Casier judiciaire
Statut: Citoyen anonyme
Jauge criminalité:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur



Bon sang, que c'était difficile...
Il n'avait jamais été à l'aise avec la gente féminine, mais chaque fois qu'il pensait au mariage qui se profilait - SON mariage - la petite pointe de gêne se transformait en raz-de-marée d'angoisse. Sa mère le connaissait suffisamment... Était-ce pour cette raison que la jeune fille qu'elle lui avait choisi... paraissait tout aussi timide que lui ?
Bien sûr, il aurait été inconcevable pour sa génitrice de lui donner une femme trop forte et indépendante. Kanae Aojima aimait son fils. Elle était fière de lui et de son statut de ranger plus que prometteur. Jamais elle n'aurait permis qu'une fille, quelle qu'elle soit, fasse de l'ombre à son rejeton. Akito en était sûr : Mei avait été choisie pour ce qui semblait être sa nature effacée, docile, et attachante.

Oh ! Le jeune homme ne doutait pas que la jolie demoiselle soit un symbole de gentillesse. Après tout, Kanae souhaitait aussi qu'il soit heureux, et ne l'aurait jamais lié à une fille sans cervelle ou au fond mauvais.
Mais voilà... le soucis était là. Le ranger avait l'impression que tout le monde connaissait sa future promise, et que tout le monde le connaissait, lui. Alors pourquoi Mei et lui ne se connaissaient-ils pas ? Pourquoi les lâcher ainsi, face à face, sans support auquel se rattraper ?
"Tu es un adulte !" se fustigea Akito. "Tu n'as plus besoin qu'on te tienne la main pour aller au-devant des gens !"
Sa propre faiblesse n'irritait. Et en même temps, il ne pouvait pas s'empêcher d'en vouloir à ceux qui les avaient mis dans cette situation. Comment étaient-ils censé avancer s'ils étaient à peine capable de discuter, et seulement de sujets lointains et généraux ?

Mei avait baissé la tête, et semblait murmurer quelque réponse à la proposition que le jeune homme lui avait faite en bafouillant. Akito tendit l'oreille et ouvrit la bouche pour lui demander poliment de répéter, lorsqu'un bras sorti de nulle part s'enroula autour du cou de la demoiselle.
Le ranger leva les yeux, décontenancé, pour croiser le regard de celui qui venait d'apparaître, un sourire chafouin planté sur les lèvres.

"Hey Mei ! Tu passes une excellente soirée j'espère ?"

Le fils Aojima le reconnu bien avant que le blondinet se tourne vers lui pour se présenter. Reprenant un peu du poil de la bête, Akito lui offrit son meilleur sourire de façade, celui qu'il réservait pour ses heures de travail, et tendit la main pour répondre aux présentations du garçon.

"Je me souviens de vous, monsieur Kawada." affirma le ranger en plissant légèrement le nez sous les vapeurs d'alcool qui lui parvenaient.

Aucun doute, Kazuo Kawada n'en était pas à son premier verre. Et ce n'était pas le parfum des bons vins qu'il humait, même à une poignée de main de distance de son interlocuteur.
Mei sembla, quant à elle, soulagée de la présence de son frère.
"Le voilà, son support..." songea Akito avec une pointe de déception.
a jeune fille rassura le blondinet, et lui demanda des nouvelles de sa soirée. Le ranger maintint son sourire calculé pour être au minimum autorisé, et hocha la tête en direction du nouveau venu, ne sachant si l'intervention de ce dernier était un bien ou un mal. Après tout... ce n'est pas comme s'ils menaient une conversation importante, pleine de projets pour l'avenir...

"Il est bien aimable de votre part de nous rendre visite. Mei et moi discutions... de Rhode."

Employer le prénom de la jeune fille le mit extrêmement mal à l'aise, mais c'était un mal nécessaire. S'il commençait à l'appeler par son nom, Akito savait qu'il se réfugierait toujours dans cette distance de sécurité. Et ainsi, il serait bien embêté lorsque leur mariage serait consommé...


avatar
Mer 1 Juil - 19:27
Famille Kawada

Messages : 2339

Casier judiciaire
Statut: Citoyen louche
Jauge criminalité:
26/100  (26/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Fais attention ...
31.12.2020 - Talma
Mei semble rassuré d'un coup, le fils Aojima l'aurait-il mal à l'aise ? De parlaient-ils pour que ça soit le cas ? En tout cas j'ai débarqué au bon moment ! Vu comme elle était tendu, se décontracter ne lui fera pas de mal. L'essentiel, c'est qu'elle va bien et, visiblement, c'est le cas.

« Super aussi ! J'en profite bien ! »

Pour en profiter, j'en profite, même si je préférais profiter d'une tout autre manière mais malheureusement, on ne peut pas tout avoir ! Enfin je m'intéresse au « fiancé » de ma sœur, histoire d'être poli et de vérifier certaines choses … Lâchant ma sœur pour lui tendre la main, il me la serre et je la garde un moment dans la mienne, resserrant légèrement mon emprise dessus avant de relâcher sa main comme si de rien n'était, un large sourire aux lèvres.

« De Rhode hein ? Cette région désertique avec un gros taux de criminalité non ? C'est vrai que vous étiez là-bas jusqu'à ce que vous soyez obligé de revenir sur Alcea. »

Dis-je avec un ton légèrement ironique malgré moi. Visiblement l'alcool commence à me faire devenir quelque peu … Acerbe ? Oui, ça doit être le terme. Qu'est-ce qu'il peut y avoir d'intéressant à parler d'une pareille région ? Il n'y a rien d'intéressant j'en suis persuadé, je suis même sûr que Scilla est bien plus intéressant pour le coup mais bon, je n'y ai jamais mit les pieds, Mère refuse, pas tant que certaines choses ne sera pas sûr là-bas apparemment. Je crois qu'elle craint que la population n'ai une dent encore contre ceux venant d'Alcea mais, surtout, contre les familles fondatrices. C'est pourtant de l'histoire ancienne tout ça ! Pourquoi en faire tout un foin sérieusement ? Rah, la politique je vous jure … Mère veut que je m'y colle mais franchement, j'en ai pas le moindre envie …

Je termine de siroter mon verre presque cul-sec en fait et le pose sur le plateau d'un serveur qui passait par là et que j'ai interpellé, j'en profite pour attraper deux autres verres au passage que je tend à Mei et au gosse Aojima puis m'en attrape un ensuite avant de faire signe au serveur de dégager plus loin. Levant mon verre, je pris la parole.

« Et bien, trinquons ! Au futur mariage du nouveau chef Aojima et à ma tendre sœur ! »

Lançant un regard tantôt sur l'un tantôt sur l'autre, je descend de moitié mon verre avant de m'approcher d'Aojima et pose une main sur son épaule à défaut de pouvoir y passer mon bras au vu de ma taille.

« Prends grand soin de ma sœur, beau-frère ! »

Puis j'ajoute plus bas pour que seul lui m'entend.

« Et si tu lui fais du mal, si jamais elle pleure à cause de toi, sache que ça ira mal pour toi. »

Je lui souris avant de tapoter son épaule et me remet entre les deux.

Code © N3m0





avatar
Jeu 1 Oct - 23:52
Kawada Ranger

Messages : 1083

Casier judiciaire
Statut: Citoyen anonyme
Jauge criminalité:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur

550 de large
Le tournant d'une vie

100x100

Ft.

Aojima Akito & Kawada Kazuo
100x100

Our Story.

31.12.2020 - Alcea - Route 14 - Talma
100x100

And...




Filer
Je reculais d’un très léger pas afin de laisser les deux hommes s’échanger leur poignée de main. Drôle d’ambiance, Kazuo  semblait étrangement de bonne humeur. Il était pourtant le premier à crier haut et fort, qu’il s’opposait à cette décision qui avait été prise à mon insu, quant à mon avenir. Et voilà qu’à présent, il allait amicalement se présenter à mon… Fi-… Fian-… Il n’y avait rien à faire ! J’avais vraiment du mal à me faire à l’idée ! D’ailleurs lui aussi était devenu bien étrange, enfin, je ne le connaissais pas assez pour l’affirmer, si ce n’était qu’il agissait bien différemment qu’un peu plus tôt.

Mais la suite me montra bien vite que mon frère n’était pas si bienveillant à l’égard de l’héritier Aojima, ou alors je me faisais des idées ? Peut-être, il fallait dire que je n’avais pas les idées bien claires, tout se passait si vite… En parlant de ça, voilà que je me retrouvais avec une coupe de champagne dans les mains.

« Heu Kazu-nii, je suis min- »

Trop tard, le voilà déjà en train de trinqué… Il en était à son combientième verre ? Bon sang c’est que maintenant que je m’en compte ! Parfois je m’exaspérais moi-même de par ma lenteur d’esprit, enfin, faisons plaisir à Kazuo. Timidement, je sirotais doucement le breuvage, bon sang, il en faisait beaucoup trop ! … Qu’est-ce qui passe… J’ai… Brusquement… La tête qui tourne… Vivement je pose mon verre, afin de ne pas le renverser, posant ma main sur ma tête… Est-ce que je tenais aussi peu à l’alcool ! Je n’en avais jamais bus moi-même, mais Rei elle devait déjà en avoir consommé ! Ah nan... Tout deviens sombre…

***


… Oh putain ! Je suis où là ???!!! … Une salle des fêtes, des guignols habillés en pingouin, des pimbêches habillées en princesse… Oh bordel ! Je suis moi-même en princesse ! C’est quoi ce délire ?! Je regarde vivement autour, j’aperçois la vieille au loin me fixer et me faire signe de revenir… Non… Ce n’est pas à moi qu’elle s’adresser… Doucement les souvenirs de Mei me revinrent, je me retournai vers les deux hommes. Merde ! Merde ! Merde ! Je fais quoi maintenant ? Abruti de frangin ! T'as oublié que j'étais sous medocs ?! On ne fait pas de mélange putain ! Bon Rei, calmes-toi… prends le joli petit sourire innocent de Mei… Et taches de déguerpir vite de là !

« Hm… Je suis désolée… Un petit vertige… Ne vous inquiétez pas. Hm… Ani-… Kazu-nii ! Je crois que mère nous appelle… Nous ferions mieux d’y aller. Akito, se fut un plaisir de vous rencontrer à nouveau. »

Imitation parfaite ! … Heu merde… Faut faire quoi déjà pour prendre congé chez les bourges ? Ah ouais ! La révérence ! Bordel ! Heureusement que j’ai les souvenir de Mei ! J’effectue donc une révérence calculer avant de me diriger vers la mère, qui dont bien sûr les gestes n’étaient destinée qu’à mon frère, mais c’était une bonne occasion pour filer ! Heureusement la vieille était dans un coin assez isolés des autres invités, je pouvais donc être moi-même sans risque.

« He la vielle ! Mei c'est barré ! Si tu veux pas que tout ton plan foireux capote, t'as intérêt à vite me dégager d'ici ! »

Elle écarquilla les yeux, ouais, elle ne s’attendait pas à « me voir » faut dire ça va faire quelques mois que je n’ai pas pointé le bout de mon nez… Le nouveau traitement sans doute, et Mei à une vie plus stable depuis qu’elle est ici. Bon, aller on s’en va… Enfin ! Fallait d’abord débuguer la mère.

« Oh ! T’inquiète ! J’ai imité Mei ! Il n’y a vu que du feu ! … Enfin je crois… Bref ! J’ai fait de mon mieux ok ? Fais pas cette tête, tu retrouveras "ta très chère fille" bientôt, ce n’est que temporaire. »

Bon, elle semblait ENFIN comprendre la situation. Je vais la laisser régler ses comptes avec le frangins, puis cassos ! Que je me débarrasse de ses putains de fringues !
© Narja - Never-Utopia




avatar
Mer 28 Oct - 13:25
Famille Aojima

Messages : 786

Casier judiciaire
Statut: Citoyen anonyme
Jauge criminalité:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Insinuer que Kazuo Kawada avait une dent contre Akito aurait été un euphémisme. Le fils Aojima grimaça légèrement en sentant la main du jeune homme se refermer sur la sienne avec une force peu mesurée. Le ton du blondinet indiquait clairement son cynisme, ce qui troubla un peu plus le ranger qui se tassa légèrement sur lui-même, ne sachant que répondre.

"Et bien, trinquons ! Au futur mariage du nouveau chef Aojima et à ma tendre sœur !" jappa le fils Kawada après avoir fourré deux verres d'alcool entre les mains de Mei et Akito.

Ce dernier afficha un sourire forcé, jetant un coup d’œil à sa compagne avant de boire une gorgée du breuvage qu'il aurait préféré éviter. S'il avait pu observer un peu plus longuement la jeune fille, le ranger se serait rendu compte de sa brusque migraine et du changement qui s'opéra alors chez elle, mais son attention fut heureusement attirée à cet instant par son frère, lorsqu'il posa une main ferme et sans chaleur sur l'épaule du fiancé.

"Prends grand soin de ma sœur, beau-frère !" pérora-t-il avant d'ajouter tout bas : "Et si tu lui fais du mal, si jamais elle pleure à cause de toi, sache que ça ira mal pour toi."

"Ce n'est pas dans mes intentions..." répondit le ranger en fronçant les sourcils.

Mais déjà, Kazuo reculait pour se replacer entre les futurs jeunes mariés comme si de rien n'était.
La suite des événements prit Akito de court. Mei prétexta une migraine soudaine pour prendre congé, agrémentant son départ d'une révérence et d'un sourire désolé.

"Mais..." commença le ranger, désemparé.

Mais avant qu'il puisse même entamer sa phrase, la jeune fille avait agrippé le bras de son frère pour l'entraîner plus loin, jusqu'à leur mère qui semblait les attendre. Le fils Aojima resta seul, interloqué et légèrement perdu. Il se sentit soudain bien idiot avec son verre à la main, encore à moitié plein.
Soupirant profondément en évitant les regards qu'on lui lançait, le jeune homme but lentement le reste de son champagne avant de se détourner à son tour. Il ne pouvait pas dire que les choses s'étaient mal passées mais... ce n'était pas ce soir-là qu'il serait parvenu à prendre de l'assurance quant à sa futur situation de marié...


avatar
Ven 30 Oct - 15:40
Famille Kawada

Messages : 2339

Casier judiciaire
Statut: Citoyen louche
Jauge criminalité:
26/100  (26/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Nous allons prendre congé !
31.12.2020 - Talma
La situation était des plus amusantes mais, la conversation ne dura pas. Mei se sentait mal. Les yeux rivé sur elle, je fronce les sourcils. Quelque chose ne va vraiment pas et, rapidement, je compris ce qui clochait, Rei. Levant les yeux pour chercher Mère du regard, je la vois, ses yeux sévère fixé sur moi, me faisant signe. Qu'est-ce qu'elle me veut celle la ? Je lâche un soupire avant de me tourner vers le fils Aojima.

« Et bien on dirait que nous allons devoir vous laisser ! Au plaisir de t'avoir rencontré, Akito. »

Je lui souris, un sourire plus méprisant et moqueur qu'autre chose puis, je suivis Rei jusqu'à ce qu'on arrive auprès de Mère. Sans attendre, ma chère sœur agresse déjà notre génitrice, ce qui fit naître un sourire sur mes lèvres. Ce que j'aime ces moments-là où notre chère génitrice s'en prend plein la gueule par son adorable de fille ! Après tout, c'est de sa faute à elle si elle est devenu ainsi. Jamais Mei n'aurait eu besoin de se cacher derrière une autre personnalité si Mère ne l'avait pas lâchement abandonné à notre bâtard de géniteur.

Je ne dis rien, bien trop amusé par la situation, me retenant presque de rire, presque … Je saisi un nouveau verre lorsqu'un serveur passa par là et descend cul sec le liquide carmin qui se trouve à l'intérieur avant de me mettre à rire sous les dernières paroles de Rei.

« Chère Mère, je pense que, pour éviter que Rei et moi faisons de cette soirée un fiasco, nous allons prendre congé ! Passe une agréable soirée, ma tendre Mère. »

Dis-je dans un sourire moqueur, la tête me tournant légèrement et, passant près de ma sœur, je passe mon bras autour de ses épaules pour l'entraîner avec moi. Aller, il est temps qu'on aille vraiment s'amuser ! Ça fait bien trop longtemps que je n'ai pas pu passer un nouvel an avec ma petite sœur et, je compte bien en profiter ! Oh certes, elle est pas majeur mais, franchement, qu'est-ce que je m'en fiche ! Aller, direction le premier bar à ambiance du coin se finir avant que les cloches ne sonnes la nouvelle année !

HRP. Si vous faites analyser le RP, merci de pas m'inclure dedans ;)

Code © N3m0





Contenu sponsorisé


 

[Event] Le tournant d'une vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» event coupe du monde la semaine prochaine
» [Tori] - Event - A l'Abri des Masques
» - Event II.2 - La Faiblesse des Jedi
» Event 5 : Ecriture & Dessin
» Halloween event !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Reborn :: 
Récré
 :: Bazar :: Archives RP
-
Liens utiles
Guide pour bien débuter
Contexte
Carte
CGU
Fonctionnement
Métiers
Avatar utilisés
Staff et crédit
Partenaires
Top-Partenaire

Facebook