Partagez | .
 

 Talma, un départ plus long que prévu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Invité
Mar 3 Fév - 23:41


Il devait être huit heure quand Poussifeu décidé pour moi qu’il était temps de se lever. Sautant directement sur mon ventre et ce, sans la moindre hésitation, il me fit littéralement sauter du lit de surprise.
- Nom de ! Poussifeu… Je t’ai déjà dit un million de fois de pas me réveiller comme ça !
Me relevant je coursais la boule de plumes surexcitée à travers la pièce, pas longtemps cependant, aussi petit et rapide qu’il soit dans une pièce à moitié vide et avec un poursuivant beaucoup plus grand il n’allait pas aller bien, loin. Une fois le petit chenapan attrapé, et savonné, dans tous les sens du terme, je descendais vers le restaurant du centre.
Après un petit-déjeuner des plus simple pour chacun de nous deux je faisais une petite proposition à ma boule de plumes.
- Vu comme tu es survolté ce matin, que dirais-tu d’un petit entrainement physique avant qu’on reprenne le taxi pour Frewick ? Le scintillement de ses deux grands yeux était une réponse sans appel, li n’attendait que ça. Bon… Visiblement tu seras motivé pour aujourd’hui, je vais te faire travailler assez pour que tu ne te rendes pas compte du trajet qui nous attend en voiture. Je lui caressait la crête et partait vers la sortie.

Quelques minutes plus tard nous étions sur le terrain d’entrainement du centre pokémon, face à face, prêts à débuter l’entrainement. La taille actuelle de Poussifeu ne me permettais pas de m’entrainer comme j’y étais habitué, Poussifeu ne pourrait pas opposer de réel résistance si je l’attaquais, je lui demandais donc de m’attaquer avec divers enchaînements d’attaques.
Il ne maitrisait réellement, c’est-à-dire dans une optique d’un combat pokémon, que deux attaques, Griffe et Rugissement, mais il était tout de même capable de produire une Flammèche tout à fait satisfaisante, même si totalement incontrôlable pour le moment.

- Bien ! Tu es prêt ? Donne-moi tout ce que tu as !


A ce signal l’assaut commença, enchevêtrement de sauts, coups de griffes et sons perçants. Le manque d’expérience de Poussifeu se sentait dans cet enchainement furieux, il ne cherchait qu’à me toucher, n’anticipait pas mes mouvements et surtout, ouvrait d’énorme ouvertures avec ses mouvements trop amples. La moindre de ses attaques était comme « téléphonée » pour moi, je me contentais d’éviter en faisant le minimum de mouvement et ne laissant rien transparaitre sur mon visage, cet entrainement devait lui montrer que la puissance brut seule ne suffisait pas.
J’attendais un signe de fatigue de sa part pour mettre fin à son attaque, il marqua un arrêt entre deux sauts, je saisissais l’occasion pour l’attraper et le maitriser dans un seul geste.

- Et voilà ! Fin de la première manche. Son air désappointé était littéralement adorable, je le relâchais et lui expliquais la raison de ce combat à sens unique. Tu comprends maintenant ? attaquer à l’aveuglette sans rien chercher à comprendre de ton adversaire va, non seulement lui ouvrir des opportunité de contrer, mais aussi lui permettre de te laisser te fatiguer sans rien avoir à faire. Poussifeu se contenta d’un hochement de tête doublé d’une mine renfrognée, il comprenait visiblement l’idée, mais ne voulait pas me faire le plaisir que je crois qu’il allait l’appliquer.

Le second round s’engageait quand je sentis une présence proche. Probablement rien, mais par réflexe je me tournais pour vérifier, grand mal m’en pris, Poussifeu avait décidé de lancer une Flammèche qui me passa sous le nez, filant droit sur les deux formes que j’avais repéré.

Je me précipitais devant la petite boule de feu et l’arrêtais par réflexe de mon bras droit, les dégâts de nerf me rendant moins sensible, je me contentais de secouer le bras pour éteindre les flammes.
Je me retournais pour m’excuser, cachant mon bras droit derrière mon dos, il était inutile d’effrayer encore plus cette victime de malchance avec me cicatrices. Et je fus des plus surpris de voir à un ou deux mètres de moi une personne que j’avais rencontré la veille durant le bal.

Demande de modération:
 


Dernière édition par Cyrille Duffour le Dim 22 Fév - 12:18, édité 1 fois
avatar
Invité
Mer 4 Fév - 15:31



Lorsque j'avais enfin pu échapper à tous mes poursuivants, j'avais quitté le bal en toute discrétion pour pouvoir rentrer au centre Pokémon. La soirée n'avait pas été trop mal, j'avais pensé à pire, mais finalement c'était bien mieux ainsi. J'avais fait la rencontre de Cyrille et j'avais enregistré son numéro d'holokit afin de pouvoir le revoir pour qu'il m'en dise plus sur sa vision des auras qui semblait différer de la mienne. À mon retour dans la chambre, je remarquais que Futeki n'était pas encore endormi et qu'il observait le ciel nocturne tout en restant plongé dans ses pensées. Néanmoins, à peine avais-je fait un pas dans la pièce qu'il se tourna vers moi pour me demander comment la soirée s'était passée. Je lui répondis que j'aurais préféré éviter tous ceux qui étaient présents pour me parler du concours, que je n'avais pas encore croisé de nouveau Virgil et que j'avais rencontré quelqu'un pouvant voir les auras.

Tu n'es pas le seul humain capable de le faire ?!
Il semblerait que non... Mais je n'ai pas d'autres infos, j'ai juste récupéré son numéro pour pouvoir le revoir avec toi, je ne sais pas s'il ment ou non, il m'a paru sincère, mais... le sujet est trop important pour que je fasse une erreur. Et crois-moi, il ne saura rien sur notre secret, même s'il a raison dans ce qu'il dit.

Futeki ne semblait pas très rassuré par mes paroles, pourtant, il n'ajoutait rien, comme si j'avais misé dans le mille et qu'il ne pouvait plus répliquer, ce qui ne serait pas la première fois. Il fallait avouer que c'était les seuls moments où je pouvais me permettre d'avoir le dernier mot sur lui, lorsque je parlais d'un sujet sérieux nécessitant toute ma concentration. Je me mis en pyjama tandis que Futeki faisait les cent pas et je finis par aller me coucher sans chercher à savoir ce qui le préoccupait tant. J'avais une assez bonne idée derrière la tête : il avait été très surpris que je puisse capter son aura lorsqu'il m'avait trouvé dans cette forêt, entendre qu'une autre personne serait capable de faire la même chose avait dû le bousculer. Je m'endormis juste à côté d'Atsui qui avait l'air de sentir que j'étais près d'elle vu le sourire qu'elle affichait et je plongeai dans un sommeil où je voyais l'aura de Futeki bouger sans cesse.

Le lendemain matin, je me réveillais assez tôt et je pouvais remarquer que le loup bleu avait passé une nuit agitée, mais qu'il était en forme comme d'habitude. Je laissais dormir les autres avant de me diriger vers les cuisines pour tenter de faire quelques gourmandises avec le chocolat et les baies que je possédais. Personne n'était encore présent à cette heure-ci, ce qui me permettait de pouvoir tenter de faire quelque chose tranquillement. Comme je savais déjà cuisiner des petits plats, je tentais de créer une recette à base de baies Fraive et de chocolat tout en espérant que cela réussisse à donner quelque chose de bon. Dans le pire des cas, je les goûterais avant d'aller empoisonner mes compagnons... Suite à cela, je me rendais à l'accueil où j'appris que j'avais eu un lot gagnant à la loterie à laquelle j'avais participé si bien que je les récupérais avant d'aller à l'arrière du bâtiment où se trouvait le terrain d'entraînement. J'avais pris l'habitude de la séance avec Futeki au réveil et comme cela me réchauffait tout en me donnant plus confiance en moi, ce n'était pas un mal. Alors que j'arrivais à destination, je remarquais qu'il y avait déjà quelqu'un et, au moment où je dépassais l'angle, je vis des flammes foncer droit sur moi avant que le dresseur du Pokémon responsable se prenne l'attaque et que Futeki soit juste devant moi, paume levée pour contrer. En fin de compte, j'avais eu deux protections pour le coup et je n'avais même pas réagi assez rapidement pour éviter de blesser les autres. En se retournant, je vis qu'il s'agissait de Cyrille et qu'il cachait rapidement son bras touché où un bandage avait été enlevé d'ailleurs.

S-s-salut Cyrille... Désolé pour l'irruption... je ne voulais pas vous déranger... Tu n'es pas blessé j'espère ?
Attends, c'est lui ?! Je vois qu'il est combattant dans l'âme et... il y a quelque chose qui ne va pas, dans son dos, c'est... étrange.

J'avais envie de signaler à Futeki que je ne pouvais pas lui répondre en présence du dresseur si bien que j'essayais de capter le regard de mon starter qui était fixé sur Cyrille. Je soupirais discrètement avant de tourner le regard vers la personne que j'avais rencontrée la veille, je m'inquiétais pour son bras et je ne voulais pas qu'il ait des soupçons sur le lien que j'entretenais avec Futeki.

Modération:
 
avatar
Mer 4 Fév - 15:31
PNJ Destiné

Messages : 18443

Voir le profil de l'utilisateur
Le membre 'Hiroi Hassan' a effectué l'action suivante : Destin

'Cuisine' :

Résultat :


avatar
Jeu 5 Fév - 14:02
PNJ MJ

Messages : 2505

Voir le profil de l'utilisateur
Cyrille

L'entraînement fait énormément plaisir à Poussifeu, quoique, celui-ci semble quelque paniqué en voyant votre bras. Poussifeu gagne 6 points bonheurs !

Hiroi

    Lot Tombola
Après la présentation de votre carte d'identité, on vous donne les deux pochettes surprises.

    Cuisine
Bien joué ! Votre cuisson est parfaite ! De plus, vous venez de découvrir une nouvelle recette, celle des Chocofraives !

» Chocofraive
Baie Fraive + Chocolat x2 : De délicieux chocolat mélangé au goût amer de la baie fraive ! Monte les statistiques d'un Pokemon : +1 en défense et +1 en défense spéciale, donne aussi 5 points de bonheur.

La recette est rajouté sur le site de recette !

Vous pouvez éditer vos T-Card !


avatar
Jeu 5 Fév - 14:02
PNJ Destiné

Messages : 18443

Voir le profil de l'utilisateur
Le membre 'Maître du Jeu' a effectué l'action suivante : Destin

'Calendrier' :

Résultat :


avatar
Invité
Jeu 5 Fév - 23:29



Hiroi, c’était Hiroi qui se tenait devant moi, flanqué par un Lucario dont la réaction me lassait clairement penser qu’il s’agissait de son pokémon, non pas que je le savais déjà.
Je faisais signe à mon Poussifeu de se rapprocher de ma main droite, je ne pouvais pas me permettre de faire voir l’état de mon bras à Hiroi, entre ka cicatrice et le fait que je venais d’arrêter une boule de feu avec, je prenais tous les risques de lui faire avoir une crise cardiaque.
Je réfléchissais à un moyen de me sortir de cette situation quand Hiroi m’adressa la parole en premier :

- S-s-salut Cyrille... Désolé pour l'irruption... je ne voulais pas vous déranger... Tu n'es pas blessé j'espère ?

- Quoi la boule de feu ? Non t’inquiètes donc pas, j’ai pris bien pire que ça dans la tête à l’époque de mon entrainement. Ho j’y pense ! Je te présente mon Poussifeu, ma petite boule de plumes survoltée.
Je répondis d’un ton aussi léger que possible, mais l’expression de son Lucario était loin de me rassurer, je savais que mon aura était distordue par ma blessure et visiblement c’était loin de lui plaire… Et les regards d’Hiroi ne semblaient pas vraiment le distraire de son observation non plus… Mon regard avait dû se durcir car je remarquais un léger tressaillement le long de son échine, il commençât alors à me contourner pour voir ce que je cachais. Jouant la carte de l’ignorance je lançais Hiroi sur les auras.

- J’y pense, on avait un peu parlés des aura hier. Je suppose que ce que tu sais de l’aura tu le tiens de ce Lucario n’est-ce pas ? D’ailleurs, je suis sûr que tu lui a donné un autre nom, hier ta langue a fourché et tu t’es repris après avoir dit… F-u-t… Quelque chose comme ça je crois. Je me trompe ?

Je ne saurais dire si à ce moment Hiroi était juste mal à l’aise ou totalement perdu. Toujours est-il que la situation allait clairement m’échapper, entre ce Lucario qui n’avait visiblement aucunement l’intention d’abandonner pour savoir ce que je cachais dans mon dos et Hiroi qui restait encore muet comme un Magicarpe.

Je me devais d’être prêt à tout.
avatar
Invité
Ven 6 Fév - 10:38



D'après ce que je pouvais remarquer, Cyrille ne donnait pas l'impression d'avoir compris que je connaissais parfaitement les intentions de mon Lucario. Il fallait avouer que Futeki ne m'avait pas parlé plus que cela puisqu'il était concentré sur la lecture de l'aura du dresseur. Ce dernier avait l'air mal à l'aise et gardait sa main blessée dans son dos, comme s'il ne voulait pas que j'y jette un coup d'œil. Ce qui était idiot à mes yeux, le centre Pokémon était juste à côté et j'étais certain que les infirmiers présents pourraient s'occuper de lui s'il en avait besoin. Il me rassura en me disant qu'il avait eu bien pire lors de ses entraînements et je n'allai pas mettre sa parole en doute vu la confiance qu'il affichait. Il partit ensuite sur les présentations avec son Pokémon : un Poussifeu. Je ne connaissais pas vraiment ce poussin, mais j'avais déjà vu son évolution finale, le puissant Braségali et il fallait avouer que je le préférais à son stade initial, il paraissait si mignon.

Pendant ce temps, Futeki était en train de tenter de contourner Cyrille afin de voir ce qui le dérangeait tant, mais le dresseur n'avait pas l'air de vouloir le laisser faire. Je trouvais cela intolérable... mais aussi étrange, Futeki n'agissait jamais de cette façon, quelque chose l'intriguait au plus haut point et il voulait en avoir le cœur net. Il me donnait même l'impression qu'il allait aller jusqu'au bout, non... je savais qu'il irait jusqu'au bout et ce n'était pas le changement de regard plus intense de Cyrille qui allait l'en dissuader, au contraire. Pour tenter de concentrer Futeki sur un autre sujet, le jeune combattant me rappela que nous avions parlé d'auras la veille et qu'il devinait que mes connaissances sur le sujet me venaient du loup bleu. Je m'étais un peu crispé à cette réflexion puisque je ne savais toujours pas s'il était au courant de ce que j'appelais mon don, qu'il semblait partager d'ailleurs. Il poursuivit sur le fait que j'avais donné un surnom à mon Lucario puisque j'avais hésité lorsque j'avais parlé de lui la veille. Ce dernier ne voulait pas abandonner alors qu'il mettait mal à l'aise aussi bien Cyrille que moi avec son comportement. La curiosité était une chose que j'aimais avoir également, forcer pour le savoir n'était pas dans mes habitudes et je comptais bien le faire comprendre au loup bleu.

Futeki, ça suffit !

L'ordre claqua tel un fouet. Le ton n'offrait aucune réplique. Futeki s'était brusquement retourné dans ma direction et hésitait avant de comprendre que j'étais très sérieux et que je ne voulais pas en entendre parler. Il s'agissait des rares moments où j'avais le dernier mot sur mon starter et je remarquais qu'il était très surpris de mon intervention. Je devais avouer que je considérais toujours mes Pokémon comme mes égaux, or pour cette fois, j'avais clairement fait comprendre que j'étais celui qui commandait, ce qui ne m'arrivait pas souvent. Sans doute les entraînements matinaux avec le loup bleu m'avaient permis d'avoir plus confiance en mes propres capacités, si bien que j'étais allé jusqu'à me dresser contre lui pour son attitude. Une fois que je m'étais assuré que le message était bien passé, je me tournais vers mon interlocuteur qui devait sûrement se demander ce qui se passait entre nous.

Désolé pour ça... Comme tu as pu l'entendre, mon Lucario s'appelle Futeki et il est... un peu trop protecteur avec moi. Dès qu'il voit quelque chose d'étrange, il ne peut pas s'empêcher de vérifier ce que c'est. Faut dire que... je suis très curieux moi aussi, j'ai dû déteindre sur lui.

J'essayais de faire en sorte de clarifier la situation en montrant les bons côtés, mais je ne savais pas si Cyrille allait vouloir pousser un peu plus loin sur le comportement de Futeki. Les auras ne mentaient pas, c'était pour cette raison que je savais ce que pensait mon starter à tout moment et qu'il examinait toujours les auras des personnes qui m'approchaient. D'ailleurs en parlant d'auras... Il fallait que je trouve le moyen d'enclencher la conversation sans qu'il pense que j'étais concerné par le sujet, sinon il serait au courant du don que je possédais et tant qu'il ne m'aura pas expliqué sa manière de procéder, je ne pourrais en aucun cas le lui dire.

Tu m'avais parlé d'une vision d'auras hier... tu peux m'en dire plus ? Je suis curieux de savoir si j'en suis capable moi aussi...
avatar
Invité
Sam 7 Fév - 12:58



- Tu m'avais parlé d'une vision d'auras hier... tu peux m'en dire plus ? Je suis curieux de savoir si j'en suis capable moi aussi...

Il voulait éviter le sujet, bien gentil de sa part, mais son Lucario, enfin Futeki, était beaucoup trop nerveux pour que je puisse être totalement calme. Une idée me traversa l’esprit, Hiroi était un humain intéressant, et sans doute pas du genre à fuir juste en voyant ce que je cache.
J’éclatais de rire, un rire impressionnant,, cette idée était folle, mais je ne pouvais m’empêcher de me dire que ce serait plus simple de tout lui dire plutôt que de devoir lui expliquer après une erreur.

- Détourner la conversation pour ne pas me mettre dans une position plus inconfortable hein ? Ma question devait sonner bien étrangement après cet éclat de rire soudain, les têtes de Hiroi et Futeki étaient splendides, un mélange de surprise et d’inquiétude.
Excuse-moi, c’est juste qu’il est rare qu’on ne me pose pas de question à propos de mon bras. A vrai dire, je pensais que Futeki ne t’écouterais pas. Peu de pokémons comme lui peuvent aussi aisément mettre leur curiosité de côté. Donc… Je vais tout vous expliquer…
Je révélais alors mon bras, une cicatrice sur tout le dos, du coude jusqu’au dos de la main, et de l’autre côté, une « fissure » dans la paume et une seconde cicatrice s’étendant du poignet au coude sur le ventre du bras. La réaction d’Hiroi et Futeki fut étonnamment calme, de simples tressaillements, et un échange de regards inquiets.

- Avant que vous disiez quelques choses, je vais vous raconter comment j’ai… « Eu » ce que j’appels « ma marque »et pour tout dire… ça commence à dater maintenant, trois ou quatre ans…
Je leur racontais l’histoire de l’anniversaire, l’accident dont aucun d’entre nous, 5 personnes, n’avait conservé le moindre souvenir de cet évènements. Puis, la difficulté de vivre avec des marques pareils, les regards, les rumeurs et surtout la façon dont on était tous mis sur le côté. Puis comment le dojo nous avait tous plus au moins, et de diverse façons aider à vivre avec.

- Voilà, c’est un peu résumé, mais ça explique aussi pourquoi j’ai autant de mal à le montrer. En ce qui concerne ce qui a attiré l’attention de ton ami, mon maître m’a un jour dit que ces marques semblaient distordre nos auras, les faisant paraitre dangereuses et… En quelque sorte… « Maléfiques »… Pour ma part je comprends complètement cette effet, après tout, depuis ça, j’avais découvert d’une façon assez insupportable le côté sombres des hommes. Et je dois dire que j’ai détesté ça, je me suis battu bien plus que je ne l’aurais normalement fait, j’ai été tellement amère pendant un temps…
Je me sentais m’assombrir, il fallait que je m’arrête là avant de définitivement me murer dans mes mauvais souvenirs.
Mais bon ! Je lâchais ces mots comme on aurait cassé une vitre, de nulle part. Tu voulais que je te parle de la vision d’aura ? C’est pas aussi compliqué que ça en a l’air, je me concentre un peu, je regarde entre mon index et mon majeur et…
En le disant, je le faisais et alors je vis alors leurs deux auras, si proches l’une de l’autre, on aurait pu croire à une seule et même personne si leurs formes n’étaient pas aussi différentes.

Je m’arrêtais net et m’excusais immédiatement.

Désolé, je ne pensais pas être dans le bon état d’esprit pour voir correctement… En tout cas, vos deux auras sont assez impressionnantes, Hiroi, tu ne serais pas lié aux Aura-guerriers d’une façon ou d’une autre ? Au vu de ce que j’ai vu, toi et Futeki possédez un lien très puissant, presque trop pour un non initié… J’espères qu’un jour je pourrais en créer un aussi bon avec mes partenaires.

Je m’asseyais, caressant la crête de Poussifeu pour laisser Hiroi me répondre. Entre ce que je venais de lui apprendre, et de voir, il devait avoir bien du mal à savoir comment répondre. Mais j’attendrais le temps nécessaires, j’en avais trop dit pour ne pas pouvoir attendre une réponse.
avatar
Invité
Dim 8 Fév - 14:25



Alors que je venais de poser ma question, mon interlocuteur éclata d'un rire tonitruant, même si je ne comprenais pas comment la situation pouvait être hilarante. Il déclara tout haut ce que j'avais prévu tout bas, autrement dit, tenter de changer de sujet de conversation afin de le mettre plus à l'aise. J'échangeai un regard surpris avec Futeki qui se demandait également pourquoi il réagissait de cette manière s'il avait compris ce que je pensais. En réalité, il était juste surpris de voir que je ne semblais pas pousser ma curiosité plus loin à propos de son bras, même si j'étais curieux de savoir quand même, je respectais le jardin secret des gens. Il enchaîna sur le fait qu'il ne pensait pas du tout que Futeki allait m'écouter, à ses yeux, je n'étais pas capable de contrôler mon premier partenaire. Cela me froissait un peu, mais je comprenais tout à fait son sentiment, je donnais plus l'impression de me faire porter par Futeki que l'inverse. Cyrille décida de jouer la carte de la vérité avec nous, sans doute parce qu'il ne pouvait pas cacher éternellement son bras et que le loup bleu finirait sûrement par comprendre ce que c'était avec l'aura. Nous pouvions donc voir l'étrange et longue cicatrice qu'il possédait et, rien qu'avec l'aspect, je n'étais pas étonné que Futeki ait réagi de cette manière. Je tressaillis en me demandant ce qui avait pu donner une telle marque et mon regard ne pouvait que réfléchir l'inquiétude que j'avais à ce sujet. L'histoire qui suivait était tout aussi étrange puisqu'il ne semblait pas le seul à avoir gardé une telle cicatrice et aucun d'entre eux n'avait de souvenirs du moment.

Bien évidemment, ils durent dissimuler ces nouveautés pour éviter de rendre les gens mal à l'aise et je comprenais à présent pourquoi il avait toujours ses bandages au bras. De plus, d'après le maître du dojo qui possédait également un Lucario, les auras différaient des autres êtres humains, elles devenaient en quelque sorte maléfiques. Cyrille m'apprit aussi qu'il était devenu très sombre après cet événement, comme si cette marque y était pour quelque chose. Futeki n'avait pas l'air d'apprécier ce qu'il voyait, mais d'un autre côté, j'étais incapable de bouger tellement j'étais stupéfait d'apprendre cette histoire. Je ne pensais pas que c'était possible de se voir doter de quelque chose du jour au lendemain. Pour mon cas, je me doutais que le don venait de mes ancêtres et que je l'avais depuis ma naissance, mais qu'il n'était apparu que devant le bon Pokémon. Finalement, il me parla du sujet qui m'intéressait : la vision d'aura et tandis qu'il m'expliquait comment faire, il le fit sur nous deux. Il semblerait qu'en plaçant deux de ses doigts de part et d'autre de son œil tout en se concentrant, il soit capable de regarder le comportement de l'aura des personnes de son champ de vision. Malgré le fait qu'il ne le fit qu'un instant, Futeki grogna de cette initiative puisqu'il savait que Cyrille pouvait comprendre le lien qui nous unissait à travers l'aura.

Désolé, je ne pensais pas être dans le bon état d’esprit pour voir correctement… En tout cas, vos deux auras sont assez impressionnantes, Hiroi, tu ne serais pas lié aux Aura-guerriers d’une façon ou d’une autre ? Au vu de ce que j’ai vu, toi et Futeki possédez un lien très puissant, presque trop pour un non initié… J’espères qu’un jour je pourrais en créer un aussi bon avec mes partenaires.

Merde ! C'était le seul mot que j'avais en tête à ce moment. Cyrille venait de découvrir le lien qui nous unissait et comme il savait que je n'avais subi aucun entraînement comme le sien, il se doutait forcément que c'était inné. Je devais avouer qu'il avait été sincère avec moi, du coup, j'hésitais à l'être en retour, mais la décision ne venait pas de moi seul, il fallait que Futeki soit également d'accord. Je m'apprêtais à lui répondre lorsque mon starter intervint sans même se tourner vers moi, comme pour dissimuler le fait que je pouvais comprendre ses paroles.

Attends avant de lui répondre, s'il veut savoir pour nous, il doit le mériter. Et comme c'est un combattant au vu de son aura, je serais ravi de l'affronter pour voir ce qu'il vaut.
D'accord... Je ne sais pas ce que sont les Aura-guerriers, bien que je le devine grâce au nom et... je pense ne pas être lié à eux vu ma façon de faire. Ensuite, tout coordinateur se doit de créer un lien fort avec ses partenaires, Futeki est le premier d'entre eux, il est normal que notre lien soit puissant. D'ailleurs... je pense qu'il veut se mesurer à toi maintenant qu'il connaît ton histoire... je le connais assez bien pour deviner ses intentions !

J'avais accéléré le rythme de mes derniers mots, voulant faire comprendre au plus vite que ce n'était que de la déduction et non de la compréhension de ses paroles. Je me retrouvais encore avec les joues aussi rouges que brûlantes et je ne savais plus où me mettre, si bien que je déviais le regard un peu n'importe où. Pendant ce temps, très à l'aise, Futeki fit un signe d'approche à Cyrille pour assurer le fait qu'il était prêt à le combattre pour mériter notre secret. J'espérais juste qu'il n'allait pas se donner à fond, j'avais vu de quoi il était capable depuis son évolution et je ne voulais pas ramener le dresseur pour des soins intensifs...
avatar
Invité
Dim 8 Fév - 18:03



Un combat ? Son pokémon devait vouloir tester quelque chose chez moi. Après tout, je n’avais pas eu l’occasion de combattre depuis un moment contre un adversaire face auquel je pouvais me permettre de répliquer.
J’avais ce pendant remarqué une certaine tension dans la voix d’Hiroi, je l’avais peut-être froissé en disant m’attendre à ce que Futeki ne l’écoute pas. Je décidais de répondre aux deux problèmes en une seule fois.

- Futeki veut me tester ? Très bien, mon entrainement avec Poussifeu m’a plutôt bien échauffé, ce sera intéressant. Et, à propos de ce que je disais plus tôt, quand je disais que Futeki ne t’écouterait pas, je ne faisais pas référence en termes d’autorité, mais de curiosité. Hiroi, tu l’as admirablement caché, mais toi aussi tu étais intrigué par ce que je cachais, et Futeki te ressemble beaucoup, plus naturel, il n’allait sans doute pas hésiter à me forcer à révéler mon petit secret. Mais, je ne fais là qu’une supposition.

En disant cela, je me relevais en faisant signe à Poussifeu d’aller à côté d’Hiroi puis me plaçait face à son Lucario.

- Poussifeu, ne carbonise pas mon ami entendu ? J’adressai un regard à mon Poussifeu, connaissant sa tendance à enflammer les vêtements des inconnus et me retournais ensuite face à mon adversaire.

- Futeki, j’ai hâte ce que tu sais faire. Mon art est conçu pour égaler les pokémons, et mon partenaire ayant été un Lucario, je suis curieux de voir comment un pokémon plus jeune combat. Tout en parlant j’adoptais ma posture de départ, poing droit tendu, main gauche en griffe devant le cœur et jambes fléchies, le tout en positionnant l’alignement de mes épaules face à Futeki.
Je vais ouvrir le bal, j’espère que tu sauras tenir le rythme. Je laissais couler mes émotions, changeant pour un calme absolu, Puis j’attendis.


Après un instant, je m’élançais, en une enjambée j’étais devant mon adversaire, il était surpris et voyant mon poing gauche arriver, il changea rapidement sa position pour l’arrêter, une détection, il fallait régir vite, sans arrêter complétement le mouvement précédent. A l’instant où il initia sa parade pour arrêter mon poing gauche ce-dernier ralenti, l’autre remonta immédiatement pour le frapper en plein ventre, le faisant reculer sur quelques mettre.

- Détection ? Une approche intéressante en début de combat, simple mais toujours efficace. Enfin, contre un adversaire qui ne le remarque pas, nous continuons je suppose ? Ma question était purement rhétorique, simplement pour montrer à Futeki que j’étais confiant dans mes capacités. Il hocha la tête, montrant un petit sourire au coin des lèvres, je reprenais ma position et esquissait moi aussi un sourire, ce combat allait être très intéressant.

Après plusieurs minutes Futeki avait réussi à m’atteindre plusieurs fois, mais sa force était bien moins imposante que celle du vieil Alron, un seul de ses coup suffisait à m’envoyer en arrière, avec Futeki, le corps à corps était constant. Cependant, je remarquais aussi un petit manque de finition dans ses mouvements, probablement dû à son plus jeune âge.
La vitesse de ses attaques était impressionante, et les échanges de coups devaient paraitre bien terrifiants à Hiroi qui nous regardais en tenant Poussifeu comme une grosse peluche, il ne disait rien, sans doute su'il sentait l'inquiétude d'Hiroi et voulait le rassurer un peu.
Après un violent échange entre nous deux nous prenions un peu de distance.

Tu es fort Futeki, et je suis content que tu ne retienne plus tes coups, moi non plus d’ailleurs, une preuve que les deux adversaires sont valeureux aurait dit mon maître. Seulement… A ce mot Futeki attaquait, prêt à me donner un coup de paume en plein visage. Ma réaction fut tout aussi rapide, paume de la main gauche vers l’extérieur remontant rapidement pour dévier le mouvement de Futeki, je me rapprochais rapidement et frappais de la paume de ma main droite avant de finir ma phrase. Il te manque encore un peu d’expérience pour exprimer l’énorme force que tu possèdes.

Futeki fit deux pas pour s’éloigner de moi avant de mettre un genou à terre, ne pouvant me permettre de l’envoyer au tapis, je l’avais contraint à gaspiller ses forces et à encaisser un maximum d’assauts, cet ultime coup avait comme relâché toute la pression accumulée au fil de cet affrontement.
Hiroi se précipita au côté de son partenaire et je lui lançais :

- Ne t’inquiètes pas, c’est juste de la fatigue, il sera remis le temps qu’on finisse de discuter.
avatar
Invité
Ven 13 Fév - 11:19



Cyrille n'avait pas l'air de prendre mal le fait de combattre contre Futeki, au contraire, il semblait plutôt enjoué à cette idée si bien que cela certifiait le fait qu'il était un combattant comme l'avait précisé le loup bleu. Il revint sur ses paroles par rapport au fait qu'il ne m'attendait pas à être en mesure de retenir Futeki et qu'il avait remarqué que j'étais curieux de nature si bien que mon starter avait fini par partager ce trait de caractère avec moi. Il fallait avouer que sans cette curiosité, jamais nous n'aurions pu nosu rencontrer et nous retrouver par la suite, il avait été curieux de voir quelle était l'aura qu'il avait captée et j'avais été curieux de comprendre le don que j'avais découvert lors de mon sauvetage. Je ne pouvais pas en vouloir à Futeki pour cela puisque j'étais comme lui et que c'était grâce à cette curiosité que nous avions pu rester unis. Cyrille plaça son Poussifeu à mes côtés avant d'aller faire face à Lucario qui n'attendait que cela, son aura semblait sur le point d'exploser, il était prêt à donner tout ce qu'il avait. C'était ce que j'avais craint. Si jamais Futeki se laissait aller, j'avais bien peur de l'état dans lequel allait ressortir son opposant, suite à son évolution, il m'avait fait une démonstration de puissance suffisamment impressionnante pour que je sache ce dont il était capable. Lors du concours, il avait aussi été prodigieux en contrant par lui-même certaines offensives adverses tandis que je le guidais pour contre-attaquer tout en beauté afin de ne pas perdre de points dans l'agressivité de ses coups. Était-ce une bonne idée de l'avoir comme partenaire de concours alors qu'il était un combattant pur et dur ? Je chassais cette question de mon esprit puisque leur affrontement commençait et je ne voulais pas en rater une miette.

Le dresseur avait débuté par une approche directe, je pensais immédiatement que c'était une grossière erreur, et pour cause, Futeki utilisait très souvent la Détection pour esquiver les premiers coups afin de jauger son opposant et utiliser cela à son avantage. Et c'était bien ce qu'il avait fait si bien que les coups étaient esquivés et que la contre-attaque débutait. Je ne parvenais pas à discerner tous les coups dans ce ballet de muscles, mais lorsque Futeki recula de plusieurs mètres, je haussais un sourcil. Était-il en difficulté ? L'art martial de Cyrille était-il aussi impressionnant qu'il repoussait un Lucario dans ses retranchements ? Mais j'oubliais un détail très important : il avait déjà combattu un Lucario plus expérimenté, le jeune spécimen qu'il devait avoir en face de lui ne devait pas être une si grande menace à ses yeux. En témoignait ses paroles sur le fait qu'il avait bien compris la technique utilisée par mon starter. Je n'en revenais pas, c'était juste stupéfiant et ce n'était que le début. Dans ma contemplation, j'avais pris le Poussifeu de Cyrille dans les bras et ce dernier réagissait durant les échanges en même temps que moi, bien qu'il y mettait plus d'énergie. Ils s'éloignèrent une nouvelle fois l'un de l'autre et les deux semblaient très heureux de la tournure des évènements. Je n'avais jamais vu une telle confrontation, les deux opposants semblaient à égalité. Cyrille avait beau être un humain, il connaissait la manière d'attaquer d'un Lucario, quant à Futeki, il se laissait déstabiliser par son adversaire et prenait des coups pour rien. Pourtant, je l'avais entraîné à se méfier de ce genre d'enchaînements, puisqu'ils étaient très utilisés en concours, il fallait à tout prix qu'il canalise son énergie et son envie de combattre pour donner le meilleur de lui-même. Sans doute était-il trop jeune pour le comprendre pleinement, il devait manquer d'expérience dans la matière, mais c'était mon cas également, je ne pouvais pas lui en vouloir.

Le jeune homme profitait de la pause pour placer quelque mots comme quoi il était heureux de voir qu'aucun des deux ne retenait ses coups et que cela exprimait une sorte de respect de la force de l'autre. Néanmoins, je savais ce qui allait arriver, Futeki allait se jeter sur lui aussi rapidement que possible pour le finir en beauté, il le faisait très fréquemment depuis qu'il avait évolué. Je le vis prendre appui sur ses pattes arrières avant de s'élancer sur son adversaire du moment tout en chargeant de l'énergie dans sa paume. "Non, pas ça !" J'ignorais s'il avait entendu mes pensées, s'il avait ressenti mon aura ou n'importe quoi d'autre, mais je vis dans son geste une hésitation qui lui coûta chère puisque Cyrille le dévia avant de frapper à son tour et de faire plier le loup bleu. Je relâchai alors le Poussifeu pour me précipiter sur mon starter qui peinait à se relever tandis que j'entendais son opposant me dire que c'était juste de la fatigue. Je le savais, bien sûr que je savais que c'était de la fatigue, il s'était lancé corps et âme dans cet affrontement, mais il y avait autre chose. Je discernais une nouveauté dans son aura et comme je n'avais jamais vu ce phénomène, je ne pouvais pas savoir de quoi il s'agissait réellement, juste émettre des suppositions. Rassuré, je me relevais tout en accompagnant Futeki afin qu'il puisse se tenir dignement devant son adversaire, geste qu'il appréciait malgré tout. Cyrille avait passé le test, il nous avait parlé avec franchise de sa marque dissimulée, c'était à notre tour de lui révéler ce que nous cachions.

Tu peux y aller... et dis-lui qu'il n'est vraiment pas mauvais pour un humain.
Je n'aurais jamais pensé te voir dans cet état... mais tu as raison, un marché est un marché. Cyrille, tu as été franc avec nous, c'est donc à notre tour, mais je te demanderai de n'en parler à personne. La raison pour laquelle Futeki me suit alors que je suis un coordinateur et non un amateur de combats est que nous sommes liés. Tu as pu le voir, nos auras sont proches et pour une bonne raison... je... je peux voir son aura de manière naturelle et continue.

Je laissais un temps pour qu'il puisse se rendre compte de toutes les possibilités que cela impliquait. La lecture d'aure signifiait que je pouvais le repérer tant qu'il était dans mon champ de vision, que je pouvais deviner ses émotions, ses intentions. Pouvoir le faire de manière aussi naturelle que j'observais n'importe qui relevait du domaine des Riolu et des Lucario, néanmoins, j'en étais capable et je n'avais pas encore conscience de tout le potentiel que cela m'apportait.

Il semblerait que ce don vienne de mes ancêtres. À Bourg Limë, on raconte que ses habitants ont toujours été capable de communiquer avec les Pokémon. Ce don m'a été transmis, mais je ne vois que l'aura de Futeki, aucune autre ne m'apparaît et... je peux aussi parler avec lui sans la moindre gêne... d'ailleurs, il dit que tu n'es pas mauvais pour un humain.

Je me taisais à présent, j'attendais une réaction de sa part et j'espérais qu'il ne me prendrait pas pour un fou. En fait, il y avait peu de chances que cela arrive, il avait vécu une histoire tout aussi invraisemblable mais vraie, il allait donc comprendre que j'étais tout ce qu'il y avait de plus sérieux au monde.
avatar
Invité
Lun 16 Fév - 20:33


- Un don de tes ancêtres… Une vision continue de l’aura… Avec ce que tu m’apprends, il y a de fortes chances que cet endroit, Bourg-Limë, soit lié aux Aura-Guerriers, où tout simplement que là-bas, la vie soit plus… « Naturelle »… Qu’ici, en ville.
Je m’arrêtais dans cette réflexion à voix haute pour observer Hiroi et Futeki, leur ressemblance n’était pas fortuite, la puissance de ce Lucario était bien trop démentielle en comparaison de sa maitrise pour qu’il ne soit qu’une alliance du hasard. Pourtant, quelque chose ne collait pas, si ce village était peuplé d’adepte de l’aura, pourquoi cacher son pouvoir ?

Poussifeu était venu se mettre sur moi qui étais assis en tailleur et réclamait ardemment un peu d’attention. Je lui caressait la crête et l’installait plus confortablement avant de reprendre.
- Bon, c’est décidé, je mets le cap sur Bourg-Limë, il faut que j’en sache plus, et aller là-bas devrait pouvoir m’aider.

Les regards interrogateurs de Hiroi et Futeki me confirmaient une légère incompréhension. Naturellement ils ne pouvaient pas savoir pourquoi je m’intéressais autant à l’aura alors que mon propre corps me limitait dans son usage.
Je vous ai parlé de « l’accident », et… Il y a maintenant un moment, l’enquête avait été fermée, mais un jour, l’inspecteur nous avait convoqués pour nous poser une question assez étrange. Il voulait savoir si nous avions vu ou entendu quelque chose qui pourrait laisser penser qu’il y avait quelqu’un d’autre dans la grange. Naturellement, même lorsque les événements étaient frais dans nos têtes, rien ne nous était venu à l’esprit. Seulement… Il y a quelques mois, cinq ou six avant mon départ je pense j’étais retourné voir l’inspecteur pour savoir ce qu’il voulait dire à l’époque.
Je leur exposais alors une hypothèse littéralement folle, un humain aurait pu être le responsable, ou même plusieurs s’ils étaient accompagnés de pokémon. Cette hypothèse n’était soutenue que par une chose, le fait que rien d’autre que nous dans la grange n’avait été « abimé », s’il s’était agi d’un effondrement les dégâts auraient été bien plus importants et surtout nous aurions eu peu de chance de nous en sortir. J’avais parlé de cette idée avec les autres, et en fin de compte c’est une explication plus logique que la thèse de l’accident.
- Je me doute que vous vous demandez où je veux en venir. Et bien, une fois j’en parlais avec mon maitre qui fit alors une supposition, qu’il ne s’agissait peut-être pas juste d’un humain, mais de quelqu’un qui maitrisait l’aura. En fait, même si le pokémon avait été un spectre ou un psy, on aurait forcément trouvé des traces de son activité hors non, il n’y avait rien, d’où l’explication d’un martialiste, après tout, il existe tellement d’arts différent qu’il n’est pas impossible que cela soit le cas.
Les deux airs ébahis de mes amis étaient proprement magnifiques, un Lucario la bouche à demi ouverte et un humain figé sur pied. Je décidais de finir avant de les faire imploser.

- En résumé, maintenant je me renseigne sur un maximum d’arts martiaux du type de la griffe ou de l’aura pour savoir si notre hypothèse est valide ou non. D’autant plus que j’ai la ferme intention de faire payer le coupable pour ce qui nous est arrivé. Ce sont les motivations secondaires de mon voyage. Désolé d’avoir pris sur votre temps à tous les deux, faudrait vraiment que j’apprenne à faire plus court quand je me mets à parler…

Je soupirais et me relevais, j’entendis deux voix qui s’approchait, elles étaient trop loin pour être discernables, nous nous arrêtions juste à temps pour ne pas nous attirer des ennuis.
Je sortais un bandage neuf de mon sac et le mettais rapidement en place, ce mouvement était devenu naturel pour moi, presque instantané.

- J’entends du monde qui s’approche, je pense qu’il est temps d’arrêter là nos confidences. C’est dommage, j’aurais bien discuté un peu plus… A moins qu’un combat en duo te tentes, pour ma part, je trouverais ça intéressant. Qui plus est, Poussifeu en aurait bien besoin, il est littéralement chauffé à blanc, notre combat a dû le motiver.
avatar
Invité
Jeu 19 Fév - 23:34



Cyrille avait l'air de croire tout ce que je venais de lui raconter, il était même en train de penser à voix haute en revenant sur le fait que ce don me venait de mes ancêtres vu la légende que l'on racontait sur Bourg Limë. Pour lui, c'était lié à ce qu'il appelait les Aura-Guerriers, le même terme qu'il avait utilisé en pensant que j'en faisais partie. De telles personnes existaient-elles réellement ? Comment de simples humains pouvaient manipuler l'aura pour en faire une arme ? Pour moi, l'aura était quelque chose d'unique à chaque personne et seuls les Riolu et les Lucario étaient capable d'en comprendre toute l'essence. Il était vrai qu'avec de l'entraînement, je pourrais en faire de même, mais je ne me voyais pas pour autant utiliser la célèbre attaque Aurasphère de mes propres moyens. En fait, je ne savais pas jusqu'où pouvait aller ce don... Peut-être que j'étais en mesure d'apprendre à m'en servir à une plus petite échelle. Les entraînements de Futeki visaient-ils cet objectif ? Le savait-il lui-même en premier lieu ? J'en doutais, mais mon esprit ne pouvait pas se permettre de chasser une possible réponse à mes questions. Le jeune dresseur finit par déclarer qu'il allait rejoindre mon village natal le plus rapidement possible. Ce qui me paraissait très étrange, j'avais précisé que mes informations ne venaient que de ce que j'avais pu entendre, rien ne disait réellement que mes ancêtres étaient capables de manipuler l'aura afin de comprendre tous les Pokémon. Et surtout... en quoi aller dans mon village natal allait pouvoir l'aider ? Soit j'avais raté quelque chose, soit il n'avait pas tout expliqué et, en jetant un regard à Futeki, je pouvais remarquer que je n'étais pas dans l'erreur, lui aussi ne savait pas ce que notre interlocuteur voulait dire.

Avec des explications plus approfondies, je comprenais mieux ce qu'il pensait. L'enquête avait été bouclée par manque d'informations, mais la personne qui s'en chargeait semblait convaincue qu'il y avait quelque chose d'étrange dans cette histoire : d'après elle un humain pouvait être responsable de cela. Et son maître de dojo avait soulevé l'hypothèse d'un manipulateur d'auras pourrait être le responsable. Je jetais un œil à Futeki pour voir ce qu'il en pensait, mais je restais figé en voyant ce que j'avais sous les yeux. Ce n'était pas le fait qu'il restait bouche bée, c'était plutôt son aura qui me sautait aux yeux : elle bouillonnait. Il y avait quelque chose qui le rendait furieux et je pensais deviner ce qu'il avait en tête. Il se sentait visé par rapport à l'accusation puisqu'il était un manipulateur d'auras lui aussi, pourtant, Cyrille avait bien précisé qu'il parlait d'un humain et non d'un Pokémon. Pourquoi une telle colère en lui dans ce cas ? Le dresseur du Poussifeu reprit son discours en précisant que le but secondaire de ce voyage était de retrouver la personne qui était responsable de cette histoire et de lui payer ce qu'il vivait depuis. Ce qui était très compréhensible, à sa place, je... je ne ferai rien en fait... j'étais tellement paralysé par le monde extérieur que je n'aurais jamais osé sortir, encore moins avec une marque pareille. Futeki tourna un peu brusquement la tête et Cyrille annonça qu'il entendait du monde qui s'approchait et qu'il ne valait mieux pas poursuivre notre discussion. Néanmoins, il n'était pas contre un combat en duo avec moi puisque son Poussifeu avait l'air d'être remonté à bloc, mais je savais déjà quelle était ma réponse. L'aura de mon starter n'était pas habituelle, je voulais en discuter avec lui avant de faire quoi que ce soit d'autre. Deux personnes arrivèrent et lorsqu'ils virent que nous avions des Pokémon, ils s'empressèrent de demander un petit entraînement que je déclinais avec politesse.

Dé... désolé, mais je... je dois partir. Cyrille, b... bon courage pour ton voyage.

Suite à ses mots, je pris congé de tout ce petit monde pour m'éloigner le plus possible de la foule et prendre la direction de la sortie de la ville afin de reprendre la route puisque j'avais fait tous les achats nécessaires. Futeki me suivait et semblait même vouloir accélérer le pas ce qui faisait que j'étais obligé de courir pour rester à son niveau.

* * * * * * * * * *

La ville s'éloignait petit à petit, mais Futeki ne ralentissait pas. Je devais avouer que si je parvenais à tenir le rythme, c'était uniquement grâce aux entraînements qu'il me faisait faire, je serais déjà essoufflé au sol sans cela. Soudainement, le loup bleu s'arrêta et je vis son aura devenir un peu trop menaçante, si bien que je reculai d'un pas tandis qu'il se tourna vers moi pour me faire part de ses pensées.

Pourquoi m'as-tu interrompu ?

De quoi parlait-il ? Il était devant moi, je ne pouvais pas l'avoir arrêté, il s'était stoppé de lui-même. Que signifiait tout ceci ? Mon esprit était en train de visionner la journée en remontant le temps jusqu'à ce que je puisse comprendre mon starter. Lors du combat contre Cyrille, il avait voulu utiliser une Forte-Paume et l'attaquer avec, mais j'avais pensé de toutes mes forces qu'il ne lance pas l'attaque. En fin de compte, il avait hésité et cela avait permis au dresseur de remporter leur duel. C'était donc cela.

Tu allais utiliser une attaque sur un humain !
Un humain qui savait très bien se défendre, j'étais obligé d'y aller à fond avec lui puisqu'il avait l'habitude de combattre un Lucario ! Toi-même tu l'as compris, pourquoi m'avoir empêché de donner ce coup ?!
Tu... tu m'as entendu ?
C'est ton aura qui m'a retenu, tu sais même pas à quel point l'aura peut être une arme. Ton don te permet de voir la mienne mais tu n'es pas capable de comprendre ce que tu vois.

Ses mots pénétrèrent mon cœur comme une lame. Futeki m'aurait transpercé avec une arme blanche, j'aurais sans doute ressenti la même chose. C'était tellement violent et vif à la fois que j'en eus le souffle coupé pendant un instant. Respirant avec difficulté, je baissais la tête tout en me tenant le torse comme si j'avais une blessure apparente que je devais couvrir pour éviter que le sang ne s'écoule. Mais il n'était pas question d'une blessure physique dans ce cas, elle était seulement mentale et bien plus douloureuse. Les larmes me montèrent aux yeux presque immédiatement et je n'avais pas la force de les repousser si bien que mon visage était en larmes lorsque je relevais la tête pour m'adresser à mon Pokémon.

Co... comment tu peux dire ça… ?
Mais c'est vrai ! Même si les humains pouvaient maîtriser l'aura, tu en serais incapable.

Je n'en pouvais plus. Mes larmes coulaient tels des flots de rivières salées sur mes joues tandis que je tentais de rester sur mes jambes qui tremblaient de plus en plus. Je ne comprenais plus rien. Futeki était celui qui me poussait à avancer, il me soutenait. J'avais toujours fait des efforts pour lui, pour qu'il puisse être fier d'avoir un partenaire comme moi, qu'il puisse se dire qu'il n'avait pas fait le mauvais choix et qu'il pouvait poursuivre sa route avec moi sans me traîner comme un boulet qui le retenait. Je me forçais à lutter contre ma peur des gens, je tentais de parler avec de plus en plus de personnes, je m'entraînais avec lui pour gagner en confiance. Mais il venait de tout balayer d'un revers de main. En quelques mots, il me montrait à quel point j'étais minable... Je ne méritais pas de l'avoir comme partenaire... Notre lien d'aura n'était qu'une illusion, il serait bien mieux avec quelqu'un qui pourrait le combattre à armes égales comme il le souhaitait. D'un geste lent et hésitant, je pris sa Pokéball à ma ceinture, elle n'avait jamais servi, il ne voulait jamais rentrer dedans, préférant voir les environs pour vérifier qu'il n'y avait aucun danger à l'aide des auras qu'il pouvait percevoir bien mieux que moi. Si je comprenais bien, il en avait marre de rester avec moi alors que je n'étais pas digne de lui. Je devais me faire une raison, même si cela devait me briser le cœur.

Si... si tu le vois comme ça... alors trouves un autre dresseur !

Faisant volte-face, je me mis à courir pour m'éloigner de lui, encore et toujours plus. Je ne devais pas m'arrêter, sinon j'allais faire demi-tour. Chaque pas enfonçait encore plus profondément cette lame immatérielle dans mon cœur, mais si c'était pour le bonheur de Futeki, je n'avais pas le droit de rebrousser chemin. J'avais bridé ses compétences en voulant le garder près de moi sous prétexte que je pouvais voir son aura et entendre ses paroles. Le don de mes ancêtres était au final qu'une malédiction qui faisait plus de tort qu'autre chose. Pour la première fois depuis ma rencontre avec Futeki, je maudissais le fait d'avoir reçu cet héritage.

* * * * * * * * * *

J'avais passé la journée à marcher dans la forêt sans vraiment savoir où j'allais. Je donnais l'impression d'être un zombie qui n'avait pas d'autre but que de mettre un pied devant l'autre et de recommencer jusqu'à arriver à un obstacle qu'il devait contourner pour poursuivre. Futeki ne m'avait pas suivi, il était sûrement parti s'entraîner ou trouver un dresseur qui correspondrait mieux à ses capacités, quelqu'un qui l'aiderait à grandir, pas une loque qui avait besoin de lui pour avancer. Je finis par ne plus avoir la force de marcher et je m'adossai au tronc d'un arbre avant de me laisser glisser au sol tellement je n'en pouvais plus. J'avais perdu Virgil et je venais de perdre Futeki... je ne pouvais pas être plus mal que je ne l'étais à présent. Le soleil allait bientôt se coucher si j'en jugeais à l'obscurité qui gagnait les environs, il fallait que je monte le camp au plus tôt, sinon j'allais devoir dormir au froid cette nuit. Je me relevais tant bien que mal et je tombais face à face avec un loup au pelage très sombre. Si le loup avait été dressé sur ses pattes postérieures, j'aurais pu penser qu'il s'agissait de Futeki, mais comme ce n'était pas le cas et que je percevais aucune aura de la part de ce Pokémon, je savais qu'il n'en était rien. J'étais pris d'effroi lorsque je remarquais qu'il s'agissait d'un Grahyena dont l'expression me laissait croire qu'il venait de trouver son repas du soir. Je pris mes jambes à mon cou tout en zigzagant entre les arbres afin d'éviter de réduire la distance qui me séparait du loup qui me poursuivait. Je n'avais même pas le réflexe de sortir mes Pokémon de leurs Pokéballs pour combattre, j'étais juste terrifié à l'idée de me faire bouffer par une bête sanguinaire. Comme un malheur n'arrive jamais seul, je finis par trébucher sur une racine, permettant ainsi au loup de se mettre en dominant face à moi. Il allait me sauter dessus, c'était certain, j'avais beau reculer du mieux que je pouvais, il s'avançait toujours plus, prenant son temps comme le prédateur qu'il était ayant réussi à bloquer sa proie. Désespéré, je n'avais qu'une seule pensée à ce moment-là.

Fu... Fu... FUTEKI !

Le loup bondit dans ma direction et je sus que je vivais mon dernier instant en ayant en tête le fait que je n'étais qu'une déception pour mon partenaire de toujours. Soudainement, je vis un éclair bleu apparaître devant moi pour repousser le prédateur. Un combat s'ensuivit entre les deux bêtes avant que le Grahyena accepte sa défaite et décide de chercher une autre proie. La silhouette que j'avais devant moi m'était trop familière pour que je ne la reconnaisse pas, sans compter que la douce lueur qu'il y avait autour ne pouvait signifier qu'une seule chose.

Futeki... c'est toi...

Ce n'était pas une question, je savais que c'était lui. C'était le seul être dont je pouvais discerner l'aura, il était unique, cela ne pouvait être que lui. Sans réfléchir, je me jetais dans ses bras, bien que j'étais plus grand que lui, et je l'enserrais de toutes mes forces pour me persuader que je ne rêvais pas. Lorsque je sentis qu'il posait ses pattes antérieures sur mon dos, je sus que je n'étais pas en train de rêver. C'était vrai ! Futeki était revenu ! Il ne m'avait pas abandonné. Les larmes coulèrent d'elles-mêmes tellement j'étais heureux de le retrouver, heureux qu'il ait décidé de continuer la route avec moi malgré ce qu'il m'avait dit. Mais qu'est-ce qui lui avait fait changé d'avis ?

Tu ne peux pas rester une journée seul sans qu'il t'arrive quelque chose n'est-ce pas ? Je dois toujours te retrouver perdu dans une forêt.

Je souriais en repensant au fait que notre rencontre était dû au fait que je m'étais perdu dans la forêt bordant le laboratoire du professeur de Bourg Limë. Il était toujours là pour moi, il était mon sauveur, celui qui me permettait d'avancer.

Pour... pourquoi ?
Parce que nous sommes tous les deux des imbéciles. Je n'aurais jamais dû me défouler sur toi parce que j'étais frustré d'avoir perdu contre Cyrille, c'était une erreur de ma part. Et tu n'aurais jamais dû abandonner si vite, tu aurais dû me retenir.
Facile à dire...
Je sais... Mais ça prouve une chose : nous sommes vraiment faits pour rester ensemble. Il n'y a que toi pour me retenir et je suis le seul à pouvoir te faire avancer. Je suis désolé pour ce que je t'ai dit.
Ce... ce n'est rien... tu es... là... maintenant...

J'étais tellement fatigué des événements de la journée que je me sentais partir, épuisé par tant d'émotions à la suite. À moitié endormi, je sentis Futeki me prendre mon sac avant d'en sortir le sac de couchage et m'installer à l'intérieur pour me rejoindre. Ne voulant pas le perdre une nouvelle fois, je saisissais une de ses pattes pour me convaincre qu'il serait toujours présent à mon réveil. Je pouvais enfin me laisser aller dans un sommeil profond et réparateur, protégé par mon partenaire de toujours, celui qui ne m'abandonnerait plus jamais.
Contenu sponsorisé


 

Talma, un départ plus long que prévu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Vraie Raison du Départ de Batista
» Croisé pékinois poil long 5/6 ans orphelin Béthune (62)
» Départ non réfléchi et vite regrété.
» Sujet a long terme: ork sauvage.
» Patrimoine de Coupvray: Part de Brie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Reborn :: 
Récré
 :: Bazar :: Archives RP
-
Liens utiles
Guide pour bien débuter
Contexte
Carte
CGU
Fonctionnement
Métiers
Avatar utilisés
Staff et crédit
Partenaires
Top-Partenaire

Facebook