Partagez | .
 

 L'amour à contresens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Ven 10 Avr - 21:49
Alcea

Messages : 1618

Casier judiciaire
Statut: Citoyen anonyme
Jauge criminalité:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur
PERSONNAGES PRÉSENTS - 03.01.2021
Kenshîro (dresseur)
Mélusine (Pitrouille ♀)



L'AMOUR À CONTRESENS. - Talma (route 14)

Y aurait-il meilleur jour pour se laisser ainsi aller, proclamer haut et fort que Talma, en ce début de journée, était d'humeur festive, même quelques jours après que se soient achevées les fêtes de fin d'année ? Le blanc manteau de l'hiver s'était dissipé. Et malgré la fraîcheur matinale, un soleil vivifiant berçait les rues aérées de son éclat doré. Les murs blancs reflétaient la lueur du jour, chassant les ombres et baignant les passants tranquilles d'une clarté radieuse. Les habitations de briques rouges et les commerces aux devantures colorées ajoutaient un soupçon d'énergie à cette joyeuse matinée.
Perchés sur les arbres effeuillés qui bordaient l'avenue, quelques oiseaux chantaient, accueillant cette promesse de printemps avec un entrain que Mélusine partageait. La petite Pitrouille flottait sur la brise en riant doucement, s'arrêtant parfois devant une vitrine pleine de couleurs, se laissant porter au-dessus des toits de tuiles, et jusqu'au sommet des grands immeubles. Le centre ville de Talma regorgeait de vie, animé par une technologie qui accapara l'attention du petit spectre de longues minutes, ses petits yeux jaunes fixés avec émerveillement sur l'écran géant qui diffusait en continu une abondance d'images de mets exquis, de parfums, de vêtements, le tout présentés par des jeunes femmes ou des jeunes hommes qui donnaient parfois un léger teint rosé aux joues de Mélusine.
Mais elle finit par se détourner de ces visages charmants et souriants, roulant sur elle-même en gloussant tout bas. Tous ceux-là ne l'intéressaient pas. Il n'y en avait qu'un, et un seul qui comptait à ses yeux. Et il était là, quelque part en dessous.

La Pitrouille glissa sur un courant ascendant, prenant une nouvelle fois de l'altitude en dépassant un cortège de feuilles mortes qui, libérées de la couche de neige, avaient suivi le vent pour quitter les gouttières dans lesquelles elles avaient trouvé refuge. Survolant la ville immense, la petite boule végétale chercha des yeux le quartier dans lequel elle avait vu l'élu de son cœur pour la dernière fois. Elle aperçut bien vite l'enseigne multicolore qui tourbillonnait au gré de la brise, le restaurant dans lequel Kenshîro avait mangé un peu plus tôt.
Avec un charmant sifflement de joie, Mélusine quitta les vagues dansantes du vent pour fondre vers les ruelles familières. Portée par sa vitesse, elle s'engouffra dans les petites avenues que le dresseur empruntait régulièrement, emportant dans son sillage un chapeau, une perruque, sous les cris de surprise de plusieurs passants. La petite Pitrouille rit de bon cœur et bifurqua soudain, se dirigeant vers le parc cerné d'immeubles immenses dans lequel, elle le savait, son cher compagnon l'attendait.

"Te voilà enfin !"

Mélusine roucoula en entendant la voix du jeune homme, et ralentit aussitôt pour venir le rejoindre, près de la grande fontaine centrale, s'empourprant légèrement en dissimulant son sourire dans ses feuilles sombres lorsque le regard doré de son dresseur se posa sur elle. Sa moue dédaigneuse faisait toujours fondre la petit créature spectrale. Il semblait s'être inquiété pour elle, comme toujours. Elle se morigéna intérieurement, se promettant de ne plus s'éloigner si longtemps. Kenshîro avait suffisamment de problèmes à régler avec tous les bêtas récalcitrants de son équipe pour qu'elle se permette de lui ajouter ainsi du tourment.

Avec un soupir, le jeune homme se détourna pour se rasseoir sur le banc duquel il s'était levé en la voyant. Mélusine gloussa doucement. Le garçon était tellement timide qu'il ne pouvait jamais la regarder très longtemps dans les yeux, et préférait, comme toujours, se plonger dans la lecture de ses livres de dressage. La petite Pitrouille ne lui en voulait pas, elle vint se poser sur le dossier du banc, tout contre lui, tout contre son épaule, rougissant un peu plus en profitant de cet instant de complicité. Pour une fois, Duncan n'était pas là pour tout gâcher.
Lorsqu'il était présent, le rongeur accaparait toute l'attention de Kenshîro, qui se sentait obligé de le surveiller à longueur de temps pour ne pas blesser l'affligeant égocentrisme du Pikachu. Mais aujourd'hui, Mélusine avait le jeune homme rien que pour elle. Une balade en ville, puis dans le parc, comme ces jeunes couples que les humains formaient à la télévision. Une sortie en amoureux.
Elle rougit une fois encore, fermant les yeux en souriant, ébouriffant ses feuilles sombres pour dissimuler son visage avec embarras. Ah ! Tout cela était tellement romantique ! Impulsive, la créature spectrale ne put s'empêcher de se coller un peu plus contre le garçon pour déposer un baiser léger comme une plume sur sa joue, comme elle l'avait vu faire de nombreuses fois par les jeunes humaines.
Aussitôt, Kenshîro poussa une sorte de grognement, comme s'il se raclait la gorge, avant de tourner la tête pour la fixer droit dans les yeux. La Pitrouille n'eut pas le temps de lire son expression, elle avait déjà détourné la tête, plus rouge qu'une tomate. Ciel ! Qu'est-ce qui lui avait pris ! se gronda-t-elle en ne pouvant toutefois se départir de son sourire, un sentiment de béatitude l'emplissant comme une bulle prête à éclater. Sans oser croiser à nouveau son regard, elle gazouilla doucement, se trémoussant en essayant de se calmer. Elle sentit le dresseur se lever du banc derrière elle, avant de lui lancer un bref "On rentre."
Elle s'était montré trop rapide, hélas. Un peu déçue, mais toujours enivrée par le baiser, elle regarda le jeune homme s'éloigner de dos. Il était à nouveau gêné, et voilà qu'il n'osait plus la regarder.

Mélusine soupira. Tant pis, ils auraient d'autres occasions, elle en était persuadée ! Kenshîro n'était pas encore prêt, mais cela ne saurait tarder. Un jour, lui aussi franchirait le cap de la timidité, et alors, elle serait là pour lui ! C'est ce que le petit spectre se promis en quittant son perchoir, décidée et revigorée, pour suivre son dresseur en flottant gaiement sur l'air annonciateur de printemps.




 

L'amour à contresens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» GIFI un amour de caniche toy femelle de 10 ans (34)
» la faim plus fort que l'amour
» Barikad Crew-- Amour Infini-- Honneur à la femme haitienne
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» L'amour dans Bilbon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Reborn :: 
Récré
 :: Bazar :: Archives RP
-
Liens utiles
Guide pour bien débuter
Contexte
Carte
CGU
Fonctionnement
Métiers
Avatar utilisés
Staff et crédit
Partenaires
Top-Partenaire

Facebook