Partagez | .
 

 Une paix de courte durée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Sam 23 Avr - 17:22
Kawada Ranger

Messages : 1083

Casier judiciaire
Statut: Citoyen anonyme
Jauge criminalité:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur

550 de large
Une paix de courte durée

100x100

Ft.

Akito Aojima
100x100

Our Story.

01.11.2021 - Alcea - Route 3 - Merya
100x100

And...




Boulversement
Le temps c’était nettement refroidi, plongeant ma tête dans mon écharpe, je quittais l’hôtel dans lequel nous séjournions Akito, Cooper et moi, après notre visite à la foire d’Halloween. Le temps que les deux hommes terminent ce qu’ils avaient à faire, j’en profitais pour faire un tour en ville, après tout, cela faisait un bon moment que je n’avais pas mis les pieds dans ce coin de la région, du moins, lorsque j’étais « éveillée ». Rei ayant provoqué pas mal de grabuge dans cette ville, j’espérais que cela ne me retombe pas dessus lors de ma petite escapade.

J’étais seule, j’avais profité pendant que je passais pour déposer mes Pokemon au Centre pour un petit bilan de santé mais aussi pour que certains se reposent, épuisés par leur journée à la foire. J’étais également passé par la machine de transfert afin d’y envoyer le Ponyta récemment capturé dans les plaines, espérant qu’il trouve un dresseur sachant bien s’occuper de lui.

Faire les boutiques à Merya était assez compliqué, les magasins ouvraient à des heures hasardeuses et les vendeurs n’étaient pas toujours aptes à recevoir et à s’occuper des clients, néanmoins j’avais tout de même réussi à me rendre dans un pokéshop pour y faire quelques emplettes pour l’équipe qui c’était agrandi, notamment par l’arrivée de Kaiko.

La petite Lixy m’avait été offert par Akito qui m’avait quelque peu prise au dépourvu, ne m’attendant pas du tout à sa réaction suite à mon refus de continuer de jouer le jeu de cette mascarade organisée par ma famille, qui pouvait causer du tort aux Aojima qui ne le méritaient pas… J’ignorais pourquoi, je n’avais pas réussi à répliquer, j’ignorais pourquoi ses mots m’avaient tant touché et je culpabilisais d’avoir ressenti une pointe de joie alors que j’avais décidé d’accepter sa gentillesse et de lui faire confiance, plutôt que de lui éviter un destin qu’il regretterait.

« Puis-je vous aider ? »

La vendeuse me tira soudainement de mes pensées tandis que mon regard se perdait sur les équipements rangés de manière pas vraiment organisés sur les étals de la boutique, les gens d’ici étaient vraiment peu soigneux… Malgré tout je repartis avec un objet pour Hikage.

C’est lorsque je me baladais hasardeusement dans les rues de la ville que quelque chose me frappa, les décorations d’Halloween se remplaçaient progressivement par des guirlandes colorées et lumineuses, les branches de sapin et autres accessoires rappelant que les fêtes approchaient à grands pas. Dans quelques semaines, j’allais très certainement fêter le dernier Noël et Nouvel an avec ma famille… Je me demandais si je devais être attristée par cela. Je pouvais toujours revoir ma famille proche quand je le souhaitais et ces réunions de famille signifiaient également revoir les personnes que je n’appréciais guère. Sans doute allais-je encore recevoir un efflux de remarques cyniques de grand-mère, et Renji viendrait encore m’enquiquiner à me coller et me chercher avec ses paroles qui ne m’embarrassaient plus à force.

Oui, Noël approchait, et puisque j’étais là, il fallait que j’en profite pour trouver les cadeaux de mère, Kazuo et… Akito. À cette pensée qui m’était venue naturellement, je sentis mes joues se chauffer légèrement. Je lui devais bien cela et puis, c’était normal n’est-ce pas . Entre fi-fiancés… Plus je cogitais là-dessus, plus je ne pouvais m’empêcher de cacher mon visage gêné dans mon écharpe.

Trouver un cadeau à Kazuo et Mère était aisé, un bracelet en cuir pour Kazuo et un livre bien trop compliqué pour moi, pour mère, mais c’était là que la réalité me frappa, je ne connaissais absolument pas Akito, j’ignorais ce qui pouvait lui faire plaisir comme présent…

Un vent glacial qui m’obligea à remonter mon cache-col, fit alors germer une idée, une écharpe, grise… Un classique certes mais au moins c’était quelque chose qui pouvait toujours être utile… Et bien que la couleur soit sobre, elle avait le mérite d’être passe partout. Déterminée, je partis donc à la recherche d’une boutique ouverte et décente où je pouvais trouver ce que je cherchais. Bien que je mis un moment choisir la nuance qui conviendrait le mieux, j’avais finalement réussi à me décider…

Observant l’écharpe emballée dans son sachet entre mes mains, je ne pus m’empêcher de sourire, la serrant contre moi… Ce sentiment… Étais-ce du bonheur… ? Je ne sais plus, cela faisait si longtemps que je n’avais pas ressenti une telle émotion.

Je n’arrivais pas à ôter ce sourire de mon visage, rangeant le bien dans mon sac, je me mis en route pour l’hôtel, j’ignorais ce qu’ils faisaient, mais ils ne valaient mieux pas que je tarde s’ils voulaient quitter la ville…

Puis soudainement… Le noir… Le trouble… Je fus désorienté… Je crut sentir quelque chose me happer brutalement dans un bâtiment désaffecté et en ruine devant lequel je passais, j’avais été balancé sur le sol sans que je ne comprenne ce qui m’arrivait… Devant moi se tenaient deux hommes, j’ignorais ce qu’ils me voulaient, mais je ne comptais pas me laisser faire sans me défendre ! Plus maintenant ! Fronçant les sourcils, je me relevais en les fusillant du regard jusqu’à ce que…

« Honeeeeeeey ! ♥ »

Mon sang se glaça, cette voix qui c’était élevé derrière moi… Non… C’était impossible…

« Oh my honey, ça fait siiiiiii longtemps ! Tu m’as tellement manquée ! ♥ »

J’écarquillais les yeux, n’osant pas me retourner, je tremble, comme un vieux réflexe de terreur, non, c’était impossible, c’était encore un de mes nombreux cauchemars.

« Et bien ? Tu n’es pas contente de me revoir toi aussi ? Bien sûr que si au fond de toi tu dois être heureuse n’est-ce pas ? Après tout… »

Immobile, je fermais fortement les yeux, me persuadant de me réveiller, lorsque je sentis deux bras m’enlacer… Je réalisais alors que je ne rêvais pas, c’était la réalité.

« Tu es ma chose, mon jouet, tu ne l’as pas oubliés j’espère… Hya ! Cette petite bouille terrorisée est tellement craquante ! »

Elle était là, bien réelle. Je serrai les poings et les dents, je tente de reprendre mon calme. Je réussis alors à articuler…

« Hi-Hiyori… »

Elle me lâcha, exécutant une rotation dansante tout en se postant devant moi, un grand sourire illuminant son visage.

« Et oui ! C’est bien moi ! … Hm… ? »

Elle s’arrête un moment, une expression intriguée remplaçant son sourire malsain, en quelques pas elle se retrouva à quelques centimètres de moi à scruter mon visage. Je fronce les sourcils, tandis qu’elle attrape mon visage entre ses mains.

« Ooooh~ Voilà une expression que je ne connais point. Fuhuhu ! Intéressant ! Intéressant ! »

Je resserrai la mâchoire, sentant mes ongles s’enfoncer dans la paume de ma main. Si elle pensait que j’allais me laisser faire, que j’allais la laisser m’intimider et se servir de moi pour contenter ses désirs sadiques, elle se trompait lourdement. J’étais loin d’être resté la même petite collégienne seule, soumise et effrayée qu’autrefois et je comptais bien lui faire comprendre.

L’agrippant fermement par le col de sa robe, je la projetais devant moi, rugissant.

« Ne me touche pas ! »

Malgré la violence de mon geste, elle avait réussi à retrouver son équilibre sans tomber, une fois stable, elle afficha un sourire des plus effrayants.

« Intéressant… Tu te rebelles contre moi . Oh ! Ce ne serait pas la première fois ! Je me souviendrais toujours du dernier jour où l’on s’est vus. ♥ »

Je reculai, je la vis alors faire un petit signe de la main à ses deux gorilles qui fondirent sur moi. Esquivant l’un, puis l’autre, je ripostais en mettant un à terre, tenant à l’œil le second… Lorsque soudainement, je me retrouvais immobilisée… ne mettant pas aperçu de la présence de deux autres hommes qui se cachaient dans l’ombre, je continuais malgré tout à me débattre en vain, tandis que l’on me forçait à m’agenouiller.

« Tout doux, tout doux… Laaaa… Calmes-toi. »

Épuisée, je m’étais progressivement arrêté, haletante, je lui lançai alors un regard haineux, pestant sèchement.

« Que… Qu’est-ce que tu fais ici ? Qu’est-ce que tu me veux ? »

Je reprends mon souffle, jetant à un regard à mes agresseurs qui me retenait fermement.

« Qu’est-ce que tu manigances ? »

Que faisait-elle à Alcea et avec des sous-fifres qui semblaient lui obéir au doigt et l’œil ! Elle sourit, et s’accroupit afin de se placer à ma hauteur, déposant délicatement ses doigts sous mon menton.

« Allons, allons, penses-tu vraiment être en position de poser des questions ? »

Je fronce les sourcils, tentant de tendre la main pour attraper mon holokit dans ma poche… Elle reprit.

« C’est évident ce que je veux de toi non ? Fêtons nos retrouvailles my honey ! ♥ Messieurs, servez-lui donc un thé. »

Je l’écoutais à peine, atteignant presque l’objet qui permettrait de me tirer de là, c’est alors que l’on me releva brusquement, m’arrachant un petit cri de surprise quand une vive douleur qui m’agressa le ventre me coupa le souffle, prise d’une quinte de toux, je n’eus pas le temps de reprendre ma respiration que je me retrouvais alors rouée de coups…

« Oh, veillez à ne pas abîmer son joli visage si expressif. »

À bout de forces submergées par la douleur, je vacillais, c’est alors qu’elle reprit.

« Oh ! Tu sais ! J’ai vu ton frère ! Très intéressant lui aussi ! Adorable ! ♥ »

À ces mots que je sursautais, levant la tête vers elle en serrant les dents, lui lançant un regard mauvais… Qu’elle ne s’avisait même pas de s’approcher de Kazu-nii et de toucher à un seul de ses cheveux !

« Malheureusement il est déjà la propriété de quelqu’un que je respecte, je n’ai donc pas pu en faire mon jouet, c’est dommage, mais ce n’est pas grave, tu es là toi ! ♥ »

Que voulait-elle dire par là, pourquoi j’avais tant de mal à saisir ces paroles, mon esprit s’embrouillait de plus en plus, j’avais mal et j’avais de plus en plus de mal à réfléchir…

« Dis-moi ! Tu te souviens de ça ? »

Elle désigna son cou sur lequel était dessinée une cicatrice…

« Je me suis toujours demandé… Est-ce ton œuvre ou bien celle d’une de tes identités ? »

Je me mordis la lèvre inférieure, elle était donc au courant pour ma maladie dont elle était principalement la cause . Mais penser qu’elle se soit renseigné jusqu’au fait que l’on me soupçonnait une troisième identité était effrayant. Où avait-elle eut accès à mon dossier médical !?

« D’ailleurs… Ça m’étonne que ton ange gardien ne se soit toujours pas réveillé… Moi qui voulais tant faire sa connaissance… Hum… Devrais-je te malmener plus encore ? Mais oui ! Je sais ! Et si je te faisais la même cicatrice que moi ? »

Elle s’approcha de moi, traçant une ligne sur mon cou du bout de son ongle, elle ricana.

« Ne t’en fais pas ! J’éviterais la carotide. Ce serait idiot que tu meures ! »

La terreur m’envahit la voyant sortir un cutter, ce cutter. Tremblante, je tentais de reculer, mais je fus bien évidemment bloquée par les deux hommes qui me retenaient fermement par les bras et les épaules. Elle s’approcha tandis que terrorisée, je commençais à me débattre furieusement.

Ne m’approche pas ! Ne m’approche pas ! Ne m’approche pas ! Non ! Je ne veux pas que ça recommence !

« Aaah~ si tu savais comme ça m’avait manqué. Moi qui joue au chasseur et toi qui joue la proie, c’était si amusant ! » « Qu’est-ce que c’est que ce bordel ?! »

« Qu’est-ce que c’est que ce bordel ?! »

Une grosse voix grave résonna dans le bâtiment, cette voix… Elle m’était également familière… Je tournais les yeux, apercevant un homme que je ne vis pas très bien à cause du contrejour, mais cette silhouette, je la connaissais…

« Tsk… On se replie ! … À bientôt Mei~ Ne t’en fait pas, on se reverra~ »

Brusquement lâché par mes ravisseurs, je tombais lourdement sur le sol, me recroquevillant sous la douleur. Je lève les yeux, voyant l’homme s’approcher…

« He bien… On m’a appelé suite à un signalement d’agression dans la zone… Mais je ne m’attendais pas à tomber sur toi Mei… Toujours dans les ennuis hein ? Vous faites bien la paire ton frère et toi. »

Comme si je m’attendais moi non plus à que ce soit mon propre père, qui me sauve. Je détourne le regard, tentant de me difficilement de me lever, c’était terriblement douloureux, mais je serrais les dents, c’est alors que je sentis que l’on me soulevait par l’arrière du col pour me remettre sur mes pieds. Une fois debout, je vacillais légèrement dans un grognement de douleur, la respiration sifflante.

« … Merci. »

« Tu dois avoir une ou deux côté cassé, je vais appeler une ambulance. »

« Ne vous donnez pas cette peine, ça ira. »

« C’est la procédure Mei. »

« Et bien vous n’avez qu’à l’ignorer. Je vous remercie de votre intervention, mais si vous le permettez, on m’attend quelque part. »

L’homme soupire, me toisant caché derrière ses lunettes.

« Aussi têtu et imprudente que Kazuo. D’ailleurs je te conseillerais de le garder à l’œil avant qu’il ne fasse la bêtise de trop. »

Qu’est-ce qu'il voulait dire par là… ? Peu importe, je fais volte-face, avançant lentement vers la sortie, attrapant mon sac qui était tombé sur le sol, mon bras contre mon ventre.

« Au revoir… père. »

Je m’éloignais le plus vite que je pouvais… Avançant dans la rue, je me dirigeais vers le centre Pokémon récupérer mon équipe… Remarquant à peine certains passants qui se tournaient vers moi, affichant un regard inquiet ou désolé.

« Vous allez bien mademoiselle ? »

Une voix féminine me stoppa dans mon avancée, je la regardais interloqué.

« Vous êtes pâle, vous allez bien ? »

C’est en apercevant mon reflet dans la vitre teintée d’un magasin que je percutais l’état dans lequel je me trouvais… Le visage pâle, crispé de douleur, les vêtements froissés, je tenais à peine debout.

« Je… Tout… Tout va bien, ne vous en faites pas, je vous remercie. »

Je reprends ma route tandis que la femme tente timidement de m’arrêter, mais trop tard, j’étais déjà loin, puisant dans mes dernières forces pour accélérer le pas. Je ne pouvais me montrer ainsi à Akito et Cooper, non, ils ne devaient pas savoir ce qui venait de se passer et ils ne le sauront pas. Heureusement j’avais toujours avec ma boîte de médicament, une boîte de premier soin… Au Centre Pokémon, je m’isolant dans les toilettes, je ne pouvais pas prendre le temps de vérifier l’ampleur des dégât, mais je pris au moins le temps d’ajuster mes vêtements et sortir une boîte d’antidouleur. Avec ça je pouvais bien feindre et faire comme si rien ne c’était passé quelques heures…

Récupérant mon équipe, je me rendais rapidement à l’hôtel, me rendant dans ma chambre en prenant bien soin de ne pas croiser Akito et Cooper. Il fallait que je prenne une douche, mesurer l’ampleur des dégâts, que je me soigne, en prenant bien soin de changer mes vêtements…

Comme je m’y attendais… mon corps était couvert d’hématomes, et vu la douleur que je ressentais dans la poitrine en respirant, je devais bien avoir une côte cassée comme l’avait observé mon géniteur. C’était triste à dire, mais j’avais l’habitude, à force j’avais appris à me soigner aisément et avec les moyens du bord.

C’est alors que je m’habillais, que j’entendis la sonnerie de mon Holokit, je l’attrape, sentant progressivement l’antidouleur faire son effet, c’était un mail de Cooper…

« On est prêt à partir, on t’attend à l’entrée. »

Je range l’holokit terminant de m’habiller de façon à bien cacher mes hématomes, puis je fixe mon reflet dans le miroir… je ne pouvais pas me montrer avec ce visage-là. Secouant la tête, je me force de sourire, difficilement, mais cela ferait l’affaire.

Je rassemblais finalement mes affaires, pour descendre rejoindre les deux rangers, seuls. Il était rare que je ne sois pas accompagné de Hikage mais… Je ne pouvais pas me permettre de le sortir, le renard sombre repérait trop vite que quelque chose ne va pas.

Sortant de l’hôtel je m’approche des deux hommes et leur souris. Je me sentais soudainement… Rassurée et plus calme en présence d’Akito… C’était assez étrange.

« Excusez-moi pour l’attente. Hm, vous rentrez sur Frewick ? J’ai quelque chose à faire là-bas, ça ne vous dérange pas que je vienne avec vous ? »

Très bien Hiyori, voyons qui de nous sera le chasseur, et qui sera la proie.
Modération

• Achat des lunettes noires (2.500P$)
• Envoie de Ponyta à l'échange miracle
Merci !
© Narja - Never-Utopia






Dernière édition par Mei H. Kawada le Mar 7 Juin - 14:40, édité 4 fois
avatar
Lun 25 Avr - 12:05
Famille Aojima

Messages : 786

Casier judiciaire
Statut: Citoyen anonyme
Jauge criminalité:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur
PERSONNAGES PRÉSENTS - 01.11.2021
AKITO - MEI - COOPER
Trevor (Grahyena ♂) - Slevin (Couafarel ♂)


une paix de courte durée. - Merya (route 3)


Akito avait passé une après-midi contrariante. Cooper, Mei et lui étaient sur le départ, mais il restait quelques petites choses à régler du côté de son partenaire. Et comme ce dernier devait être leur chauffeur, il leur avait fallu attendre encore un peu.
Le jeune homme commençait sérieusement à envisager d'abandonner la voiture de fonction dont Cooper avait la charge pour se munir de son propre véhicule. Dépendre du géant ne lui plaisait pas vraiment, et il songeait qu'ainsi il lui serait plus facile de... d'emmener sa fiancée là où elle le voudrait lorsqu'ils auraient droit à un peu de temps à eux.

Quoiqu'il en soit, le retard de leur départ ne tombait pas forcément mal. Akito avait besoin de respirer un peu d'air frais, de réfléchir un peu pour lui même. Depuis qu'il était revenu à Alcea, il avait l'impression de ne jamais avoir droit à un moment d'intimité, et rares étaient les instants où il avait pu se retrouver seul.
Marchant dans les rues de Merya, son col remonté jusqu'au menton pour échapper à la brise qui s'était levée, le garçon était perdu dans ses pensées. Avait-il bien fait lorsqu'il avait poussé Mei à accepter son affection ? Aurait-il du prendre le temps de réfléchir plus sérieusement ? Ce n'était pourtant pas son genre de se laisser aller à faire des choix poussés par ses sentiments plutôt que sa réflexion.

Tandis qu'il s'interrogeait silencieusement, le ranger suivait ses deux canidés comme un automate. Trevor et Slevin, que leur maître avait libérés pour la peine, entraînèrent le jeune homme dans différentes rues, attirés par les odeurs de nourriture ou de certaines boutiques de dressage. C'est ainsi qu'Akito ressortit de l'un d'elles avec un petit objet destiné à son Grahyena pour le remercier de sa loyauté. Slevin, quant à lui, eu droit à quelques biscuits qu'il méprisa royalement pendant plusieurs minutes avant de finalement les grignoter.

Lorsqu'Akito revint à l'hôtel, Cooper lui apprit que Mei n'était pas encore rentrée. Aussitôt le jeune ranger s'inquiéta sans pour autant expliquer les raisons à son partenaire. Bien sûr, il ne lui avait rien dis de la maladie de Mei dont il venait lui-même d'apprendre l’existence. Hors de question de confier un tel qui ne lui appartenait en outre qu'à moitié. Mais savoir sa jeune compagne seule dehors, maintenant qu'il connaissait son mal, lui donnait plus de soucis qu'il ne l'aurait imaginé.

"Elle s'est très bien accommodée de ce problème jusqu'à maintenant..." se morigéna-t-il. "Fais-lui confiance, ce n'est pas une enfant qu'on lâche dans la nature !"

Mais malgré ces pensées, Akito n'en demeura pas moins sur le pied de guerre jusqu'à ce que la jeune fille fut enfin rentrée. Elle disparut dans sa chambre pour se préparer, puis les rejoignit enfin.

"Excusez-moi pour l’attente. Hm, vous rentrez sur Frewick. J’ai quelque chose à faire là-bas, ça ne vous dérange pas que je vienne avec vous ?" demanda la demoiselle.

Cooper lui répondit avec un grand sourire qu'il n'y voyait aucun inconvénient. Akito s'évertua à dissimuler son regard un peu soucieux, et invita sa fiancée à le suivre jusqu'à la voiture.

"Nous aurons une permission au moment de noël. Je compte sur vous pour me tenir au courant de votre santé." lui glissa-t-il discrètement avant d'ajouter en rougissant et en détournant le regard : "Si nous pouvions nous voir pendant les fêtes, j'en serai fort heureux."

Il n'avait rien remarqué à l'état habilement dissimulé de la jeune fille. Ce qui n'était pas le cas de Cooper qui, marchant derrière eux, observait la demoiselle en silence. Il ne dirait rien du trajet, mais le géant prendrait soin de garder un œil sur Mei à partir de maintenant.

DEMANDE DE MODÉRATION.

Achat de Lunettes Noires. (2.500 P$)

Taxi pour Frewick avec Mei.



avatar
Lun 25 Avr - 12:11
PNJ MJ

Messages : 2505

Voir le profil de l'utilisateur
Mei
    Achat
      Vous achetez Lunettes Noires x1. Cela vous coûte 2.500 P$

    Gestion
      Ponyta est envoyé à l'échange miracle. Merci de remplir le formulaire à envoyer au Master.


Akito
    Achat
      Vous achetez Lunettes Noires x1. Cela vous coûte 2.500 P$

    Déplacement
      Vous prenez le Taxi pour Frewick. Cela vous coûte 600 P$.
      Bon voyage !


Contenu sponsorisé


 

Une paix de courte durée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Manifestation pour la paix a Cite-Soleil
» Les differents gangs de Martissant auraient fait la paix
» Paix a son ame: Une autre Victime du Chaos
» QUE LA PEUR SOIT ET LA PAIX FUT !
» Repose en paix Mireille.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pokemon Reborn :: 
Récré
 :: Bazar :: Archives RP
-
Liens utiles
Guide pour bien débuter
Contexte
Carte
CGU
Fonctionnement
Métiers
Avatar utilisés
Staff et crédit
Partenaires
Top-Partenaire

Facebook